Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Pendant le confinement... chez Joël Machère

Publié par vierzonitude sur 23 Mars 2020, 08:45am

Nous avons demandé via Messenger à Joël Machère, pro de français au collège Vaillant, quel était son quotidien pendant le confinement. Voici sa réponse et sa photo.

Si vous souhaitez nous faire partager votre confinement, vous pouvez nous envoyer vos messages et photos à vierzonattitude@gmail.com

"Enfermé depuis lundi, aujourd’hui j’ai tourné la clé du paradis.

Je suis sorti dans les rues, acheter du pain, voir mon boulanger, en train de grogner au sujet des ignorants et des bêtises racontées par les gens.  Au loin, j’ai entendu une joyeuse tondeuse de printemps. Je n’ai presque pas vu d’êtres vivants.  Au loin, à mon image, un autre passant;  dans un garage, une ombre se glissant subrepticement. Parfois, des voix se faufilant par des volets resplendissants. Le soleil rebondissait partout comme une bienfaisante écume et s’allongeait estivalement sur le bitume fraîchement installé comme un marc de café moulu pour mieux être réélu. Des affiches nous rappelaient le doux temps récent du « votez pour moi »; en ce temps, on s’embrassait encore sans gants. 

 

À mon retour sur une branche, un bourgeon et un rouge-gorge annoncent le printemps. Ils ignorent tout de nos vilaines préoccupations et profitent de ce monde plus apaisant.

Je suis un professeur éloigné de ses élèves. 

Malgré leurs excès, toujours à anticiper, leurs petites têtes ne cessent de me manquer. Heureusement, ils sont là, fidèles à eux-mêmes, à leurs humours, à leurs inquiétudes, à leurs soucis de bien faire dans de multiples fils de discussions. Paroles en reflets de tous ces jours partagés. Paroles en ombres de leurs présences bien réelles. 

Chaque message traduit un peu de leurs humeurs et de leurs cœurs, fier d’avoir fini ou plein d’interrogations ou plein de flemme déguisée en incompréhension devant ce qui est trop facile, chaque message rappelle une voix, un regard, un sourire, un visage.  

Soyons patients, espérons nous retrouver bientôt, entiers, heureux, amusés, en bonne santé. Nous pourrons alors à nouveau exulter, nous réclamer, nous réprimander, nous énerver, et finalement juste partager et vivre, vivre doucement, vivre éperdument. 

En hommage à toutes ces âmes douces et fragiles qui nous protègent chaque jour, qui nous environnent de souvenirs tendres au creux de chaque silence, de chaque solitude, de chaque absence. Puissent nos coeurs les retrouver, peu importe d’être confinés, si à la fin, nous finissons simplement par nous évader."

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents