Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Anne-Sophie Goux de l'Hellébore : Il faut ne pas trop se poser de questions à long terme

Publié par vierzonitude sur 28 Avril 2020, 13:21pm

Anne-Sophie Goux a repris le magasin, anciennement Hélène Fleurs depuis mars 2005 pour créer l'Hellébore aux Forges, un magasin qui ne lui était pas inconnu car elle avait fait ses quatre années d'apprentissage auprès de Mme Nouallet qui avait elle-même créé le magasin de fleurs  en 1967. Vierzonitude a voulu savoir comment Anne-Sophie Goux vivait le confinement, comment elle envisageait la réouverture, l'avenir... Voici ses réponses.

Anne-Sophie Goux de l'Hellébore : Il faut ne pas trop se poser de questions à long terme

Votre magasin est fermé depuis le 17 mars. Comment vivez-vous le confinement à titre personnel...

A titre personnel, j'habite à la campagne, donc le confinement est assez facile à vivre finalement... J'ai un grand jardin et au fil de toutes ces années passées dans le commerce, j'ai mis pas mal de choses de côté à faire... Cela m'occupe donc et me prend pas mal de temps ... Ce qui me manque le plus, c'est de ne pas voir ma famille et mes amis, même si avec les nouvelles technologies, on peut se retrouver, mais ça reste différend... De plus je vais régulièrement au magasin m'occuper de mes fleurs et de mes plantes.

Comment vivez-vous le confinement à titre professionnel et économique surtout ?

Coté professionnel, lorsque j'ai appris à la radio que je devais fermer le magasin dès le dimanche matin, ça a été un choc. Nous n'avions pas d'informations, et personne ne semblait pouvoir nous en donner au début. J'ai passé la première semaine au téléphone entre comptable et services administratifs afin de tout mettre en place pour mes employées et pour faire toutes les demandes d'aides. A ce moment personne ne savait ce qui allait se passer. Du point de vue économique, je m'estime chanceuse car j'ai un peu de trésorerie, même s'il ne faudrait pas que cela dure éternellement.

On parle d'aides de l'Etat, êtes-vous éligible, est-ce que cela sera suffisant ? Et sinon, comment faites-vous pour tenir ?

Je trouve que l'Etat a été assez réactif vis-à-vis des entreprises, et j'ai effectivement été éligible à certaines aides, comme le chômage partiel pour mes employées et les 1.500 euros d'aide pour les indépendants. Mon mari travaille dans une autre société à Vierzon, et même si lui aussi est au chômage partiel, nous vivons aujourd'hui avec son salaire et nos économies.

La date du 11 mai vous apporte-t-elle un peu d'espoir ?

A partir du moment où le Président de la République a parlé de la date du 11 mai, je pense, que nous avons tous repris espoir, même s'il reste beaucoup d'incertitudes. J'ai néanmoins toujours gardé la confiance, en préparant depuis le début la reprise et la réouverture du magasin. J'ai continué à préparer des projets, à modifier et à améliorer le magasin en prévision d'une future réouverture. Quand le 11 mai a été cité tout cela est devenu encore plus réel.

Peu d'activité, peu de rentrée d'argent, on suppose que les charges tombent, le loyer à payer. Comment faites-vous pour faire face ?

Encore une fois, en piochant dans ma trésorerie, et en vivant sur le salaire de mon mari. Nos crédits professionnels ont été suspendus et décalés par notre banque le temps que durera la crise, cela nous aide bien aussi.

Parlez-vous avec d'autres commerçants de la situation et si oui, qu'en disent-ils de leur côté ?

J'ai quelques contacts avec d'autres commerçants, et nous partageons ensemble nos angoisses et idées. Mais tous, comme nous, ils ont décidé de se battre pour leurs commerces et leurs clients. Les commerçants ont l'habitude de gérer des situations inattendues et de trouver chaque jour des solutions à des nouveaux problèmes.

Comment envisagez-vous de reprendre une activité en accord avec les mesures sanitaires. Commet allez-vous faire ?

J'ai déjà tout commandé afin de pouvoir recevoir mes clients dans les meilleures conditions. Gants, visières, masques, gel hydroalcoolique, et je m'apprête à faire installer un plexi au niveau de ma caisse. Je prévois aussi un marquage au sol afin que les gens ne soient pas trop proches les uns des autres même s'il y a rarement plus de cinq personnes en même temps au magasin.

Comment voyez-vous l'avenir proche, l'avenir plus lointain ?

C'est peut être la question la plus difficile, car même en ayant tout prévu, nous ne savons pas ce que va nous apporter la crise. Les clients seront-ils à nouveau au rendez-vous ? Faut il s'attendre à une seconde vague, voir à une re-fermeture ? Il faut, je pense ne pas trop se poser de questions à long terme et d'abord se concentrer sur la réouverture... Et surtout garder le moral.

Pour le 1er mai, vous aurez du muguet et comment pourra-t-on s'en procurer chez vous ?

Dès le 15 mars, sur notre page Facebook, nous avons mis en place un service de livraison et de prise de commandes par téléphone, je n'ai donc jamais réellement cessé de travailler même si cela représentait peu de commandes au début.

Pour le 1er mai, nous continuons donc sur la même lancée, les clients peuvent nous joindre par téléphone au numéro du magasin et passer leurs commandes avec paiement à distance en CB. Pour toute la période du confinement, j'ai, de plus, décidé d'effectuer les livraisons gratuitement sur Vierzon et les alentours.

De plus, la Boulangerie Lamirault située au Forges nous a spontanément contacté afin de nous proposer de nous aider à vendre notre muguet. Nous les en remercions vivement et cela fait plaisir de voir qu'un élan de solidarité s'est créé entre les boulangeries et les fleuristes, car nous savons qu'il en est de même pour les autres collègues fleuristes de Vierzon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents