Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Béatrice Zito et Séverine Da Rocha de l'Atelier détente : il faudra être patiente pour retrouver un équilibre

Publié par vierzonitude sur 29 Avril 2020, 05:50am

Béatrice Zito et Séverine Da Rocha co-gèrent le salon de coiffure et d'esthétique L'atelier détente, rue des Ponts, ouvert depuis le 1er décembre 2010. Vierzonitude a voulu savoir comment elles vivaient le confinement, comment elles envisageaient la réouverture, l'avenir... Voici les réponses.

Béatrice Zito et Séverine Da Rocha de l'Atelier détente : il faudra être patiente pour retrouver un équilibre

Votre salon est fermé depuis le 17 mars comment vivez vous le confinement à titre personnel?

De notre point de vue, il y a toujours à faire chez soi, le plus compliqué selon nous c'est de ne pas pouvoir voir sa famille, ses enfants, ses clients… Moralement c’est compliqué.

Comment vivez-vous le confinement à titre professionnel et économique surtout ?

Nous ne nous attendions pas à une fermeture des commerces si proche. Lorsque le confinement a été déclaré, nous nous sommes occupées en début de semaine, de remettre en ordre le salon et de faire de nouvelles vitrines en espérant une réouverture pour Pâques. Nous ne nous étions pas préparées à une fermeture si longue. Le confinement est compliqué dans le sens ou le contact avec la clientèle nous manque. Notre clientèle est avant tout une source de motivation, quelques messages de soutient sur nos réseaux sociaux nous permette d’avancer et de voir que notre clientèle demeure toujours à nos côtés. Il est essentiel de préciser que seule notre clientèle nous permet de faire vivre ce salon puisqu’elle reste notre unique entrée d’argent. C’est pourquoi sur le plan économique, il est compliqué de faire face puisque les rentrés d’argent sont stoppés. Il faut savoir que lorsque nous sommes indépendant nous n’avons pas le droit au chômage partiel, ce qui signifie en clair : pas de rentrée d’argent = pas de salaire.

On parle d’aide de l’Etat, êtes-vous éligible, est-ce suffisant ? Sinon, comment faites vous pour tenir ?

L’aide de l’état est une bonne chose de mise en place à laquelle nous sommes effectivement éligible, toutefois, elle reste trop faible : 1 500€ par mois de confinement : cela ne nous permet pas d’assurer l’ensemble des charges auxquelles nous devons faire face. Nous avons le chômage partiel qui nous permet de prendre en charge notre salariée.

La date du 11 mai vous apporte t-elle un peu d’espoir ?

Bien sûr, nous souhaitons reprendre au plus vite notre activité, pour notre bien être personnel ainsi que celui de la société.

Pas d’activité, pas de rentrée d’argent, on suppose que les charges tombent, les loyers à payer, comment faites vous pour faire face ?

Les échéances de crédit son effectivement repoussées, le loyer suspendu, nous avons une trésorerie suffisante pour tenir mais jusqu’à quand ? Il faudrait reprendre au plus vite afin d’honorer toutes nos charges.

Parlez-vous avec d’autres commerçants de la situation ? Et si oui, quand disent-ils de leurs côtés ?

Oui nous échangeons, et nous avons le même discours, c’est compliqué pour tous, économiquement comme moralement. La question qui revient souvent est : Comment allons nous faire et quand allons-nous rouvrir ?

Comment envisagez-vous de reprendre toute fois une activité en accord avec les mesures sanitaires. Comment allez-vous faire ?

Nous sommes trois personnes dans le salon à travailler, nous avons la chance d’avoir un commerce de 120m² sur trois niveaux, donc nous pouvons être chacune à des niveaux différents et de pouvoir recevoir notre clientèle en respectant les distances. Nous pouvons donc travailler sereinement avec toutes les mesures d'hygiène et de sécurité demandées par l’Etat, de plus nous allons travailler avec des serviettes, peignoirs et tabliers à usage unique, il y aura également du gel hydro alcoolique, des lingettes désinfectantes pour nettoyer chaque outils, siège, tablettes pour que le client puisse s’installer dans les meilleurs conditions possibles. Ensuite, nous-mêmes aurons des tenues spéciales et des masques afin de se protéger mutuellement. Et une douche est à disposition du personnel afin d’éviter de « propager le virus ».

Comment voyez-vous l’avenir proche, l’avenir plus lointain ?

L’avenir proche va être compliqué dans la mesure où le retard pris ne pourra pas être rattrapé, il va falloir gérer au mieux notre agenda et satisfaire notre clientèle. Quand à l’avenir lointain, il nous faudra être patiente pour retrouver un équilibre.

Avez-vous déjà des rendez-vous ?

À la fermeture nous avions déjà des rendez-vous de planifiés pour les semaines à venir, nous allons reprendre contact avec notre clientèle qui était prévue au moment de la fermeture pour reprendre leurs rendez-vous. Nous allons faire de notre mieux pour les satisfaire.
 

* Un grand merci à Nathalie notre comptable, Melissa notre banquière, le CCI du Cher et Hélène de l’OCAV pour leurs dévouements afin de nous permettre de passer au mieux cette situation. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents