Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Méreau refuse toujours d'intégrer la communauté de communes de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 26 Septembre 2020, 09:04am

Méreau refuse toujours d'intégrer la communauté de communes de Vierzon

La cohésion des territoires attendra. Et l'exemple ne viendra pas du politique qui, de toute façon s'enferre dans ses manies politiciennes. Meilleur exemple : Méreau. Le maire de Méreau devenu président d'une communauté de communes croupion, celle de Coeur de Berry, affirme, sans l'once d'une hésitation, dans la presse locale, que le rapprochement de Méreau avec Vierzon "ce n'est pas le souhait pour le moment."  Est-ce vraiment son souhait personnel ou celle d'une influente personnalité politique qui ne voudrait l'âme de son territoire au communisme vierzonnais ? Méreau qui ne fait pas partie de la communauté de communes de Vierzon, c'est comme Saint-Doulchard qui demanderait son départ de l'agglo de Bourges. Illogique. 

A tel point que Saint-Doulchard est imbriquée dans Bourges comme l'est Méreau dans Vierzon. A tel point que les deux communes se partagent même, dans le sens horizontal, une voirie, le Bois Blanc, qui a été l'objet de truculentes polémiques y compris au journal télévisé de TF1. Que Nançay veuille bercer sa Sologne avec des communes du même territoire (Nançay a demandé à partir de la CDC de Vierzon pour rejoindre celle d'Aubigny) peut se comprendre. Nançay n'a pas de frontière avec Vierzon. Mais Méreau...

La petite commune qui monte a toujours été un point stratégique. D'ailleurs, rappelons-nous que Max Albizzati, premier maire adjoint de Vierzon de 1990 à 2008, président du Comité de bassin de Vierzon, avait choisi Méreau pour y implanter, juste en face de Vierzon, une zone industrielle devenue un enjeu majeur. La preuve. A l'heure où Vierzon a dépensé presque six millions d'euros pour le parc technologique, le long de la rocade bord, s'apprêt à construire un nouvel atelier relais, la CDC de Méreau annonce vouloir investir 700.000 euros dans... un atelier-relai. Y-at-il autant d'entreprises que cela qui veulent s'installer dans un mouchoir de poche ? On en doute. Mais les deux territoires continuent de se tirer la bourre et de se faire concurrence. Pas pour le bien des citoyens non, mais pour des questions de chapelles politiques.

Pourtant, la CDC de Méreau a vu partir la grosse ville de Mehun-sur-Yèvre, Foëcy, Allouis et Massay. Quelle est la logique, notamment pour la Préfecture du Cher, de laisser des communautés de communes se vider et de refuser un mariage avec Vierzon ce qui serait plus logique. On sait Vierzon sans partage. La preuve : le président de la communauté de communes, un élu vierzonnais, n'a autre que comme premier vice-président le maire de Vierzon, sans aucun doute voué à reprendre la présidence de la communauté de communes en 2021 pour préparer une candidature aux législatives en 2022. IL y avait peut-être un autre signal à envoyer aux communes qui composent la CDC de Vierzon que cette hégémonie-là. 

Toujours est-il que l'on n'y voit pas plus clair. Et qu'une fois de plus, aux intérêts collectifs se heurtent la nécessité des intérêts politiciens. Le deux poids deux mesures n'a jamais autant fonctionné. Une mécanique ancienne mais comment faire du neuf avec des élus qui cumulent des décennies de mandats ? 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

duchemol 27/09/2020 09:51

quand je lis CROUPION, je comprend TROU DU CUL avec des termes pareils je pense que MR MORNAY a raison de ne pas se marier avec les COCOS de VIERZON

un autre 26/09/2020 14:04

Le territoire ne risque pas d'avancer et se développer avec des gens pareils.

Archives

Articles récents