Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Oui, un campus numérique à trois millions d'euros, ça interroge

Publié par vierzonitude sur 11 Octobre 2020, 17:56pm

Oui, un campus numérique à trois millions d'euros, ça interroge

Ainsi, toute critique des projets municipaux et intercommunaux est mal venue. La preuve, ce message d'un sympathisant (voire plus) du parti dominant (à Vierzon) sur un post concernant le campus numérique à troismillions d'euros sur le site de la Société-Française. 

"Ça va ramener des étudiants et faire vivre cette ville et vous vous gueulez , à rien n’y comprendre , quand il n’y a rien de fait vous gueulez et quand ça bouge vous gueulez, expliquez vous, car on finit par croire que tout ce qui est fait par cette municipalité est forcément mauvais, je dis bravo."

Alors oui, on va s'expliquer.

1) Qui paye ?

Nous aurons tous remarqué qu'Algosup,  cette école de développeurs de logiciels informatiques, installé dans des locaux du Parc technologique de Sologne avec seize élèves, est privée. Dans la presse locale, on a pu lire que le coût annuel de la formation est de 8.500 euros par élève, avec un cursus minimal de trois ans et maximal de cinq ans, le diplôme oscille entre 25.500 euros et 42.500 euros, avec possibilité de prêt dans deux banques de la ville. Soit.  Dans une ville qui prône le tout gratuit (mais pourvu que ce soit les autres qui financent) et les services publics (pourvu que ça ne sorte pas de la poche de la ville), ce coût de trois millions d'euros peut poser question. Pourquoi tant d'argent public pour une initiative privée ? On nous rétorquera que les travaux seront subventionnés. Certes, mais cela reste tout de même l'argent du contribuable. On nous refait le coût du bowling pour lequel, justement, le contribuable a financé des structures qui allaient au-delà de la simple mise à disposition d'un local nu.

2) Pourquoi tant d'empressement ?

L'école vient à peine d'ouvrir, elle est en phase de rodage avec seulement seize élèves pour la rentrée 2020-2021, qu'on nous en annonce 200 en 2023 ? 500 en 2030, selon un décompte qui a tout du doigt mouillé. Sur quels critères objectifs se base-t-on pour obtenir ce chiffre de fréquentation ? La marée ? Des réservations à long terme ? L'air du temps ? Une boule de cristal ? Surtout, l'école vient à peine d'ouvrir que la communauté de communes se précipite dans la construction d'un campus numérique chiffré à trois millions d'euros avec plusieurs dizaines de salles de cours et des installations (notamment une tour pour les drones) qui donnent le tournis. 

3) Pourquoi une telle priorité ?

Le futur campus numérique prévoit notamment, (une astuce sans doute pour obtenir des subventions supplémentaires), le campus connecté et le Conservatoire nationale des arts et métiers (organisme de formation). Pourquoi une telle priorité ? On comprend le sens de cette précipitation, le numérique a le vent en poupe, l'image de marque de Vierzon est en jeu, il y a sûrement des financements à capter et surtout, ça bouche deux travées du site de la Société-Française. Mais alors, si la communauté de communes et la ville de Vierzon sont capables de mobiliser trois millions d'euros pour un campus numérique, pourquoi ne sont-elles pas capables de mobiliser autant de fonds pour rénover l'avenue de la République, les quartiers piétons, certaines rues de Vierzon ? Pourquoi, à Vierzon, ne monte-t-on des projets qu'en fonction de l'argent que l'on peut toucher ? Si demain, la plantation d'oignons est subventionnée, Vierzon en fera pousser sur le site de la Société-Française...

4) Pourquoi tant de moyens pour certains projets et rien pour d'autres ?

On comprend que la communauté de communes s'attache au développement économique de la ville de Vierzon. Quand il faut couper les rubans, tout le monde est là. Quand les fermetures arrivent, il n'y a plus personne. Rappelons le cas de Courtepaille, mis en avant par nos élus face au Parc technologique, avec quarante emplois. C'est très joli sur un bulletin de propagande électorale. Mais personne pour s'apitoyer sur la fermeture quand elle est arrivée. Rappelons le projet, sur le parc technologique, d'une maison de repos pour cadres surmenés (le terrain avait été réservé), puis au bout rien. Ou cette école de commerce rue Blanche-Baron, toujours rien. Il y a, à Vierzon, tant de projets à mener que la communauté de communes et la ville de Vierzon refusent de les mener, pour la raison, bien souvent, qu'il n'y a pas d'argent. Et là, on nous annonce trois millions d'euros pour un campus numérique. Doit-on parler de ce projet d'auberge de jeunesse dans le B3 de la Française qui ne verra jamais le jour ? Et pourtant, on en a vu les esquisses....

5) Un campus numérique mais un centre-ville exsangue.

C'est vrai que ça fait riche, un campus numérique. Et ça fait ville dans le vent, branché, attirante pour les étudiants. Mais à quoi bon s'enorgueillir d'un musée virtuel et d'un campus numérique, quand on voit l'état de la rue Joffre, de l'avenue de la République, de la rue Victor-Hugo, de la rue de la Société-Française... Comment prétendre attirer des centaines d'étudiants dans une ville qui ne soigne pas ses détails ?  Et arrêtons les discours officiels genre "la reconquête commerciale est en marche" quand la vacance commerciale ne fait que se creuser...

5) Aucune vue d'ensemble pour le site de la Française.

Rassurez-vous, on ne parlera plus de musée du machinisme agricole. Conseillons à l'association de la Mémoire industrielle qui possède une fabuleuse collection de la proposer à une ville qui en fera un meilleur usage que celle-ci. Quel projet d'ensemble pour le site de la Française ? Depuis 2008, rien. En douze ans, cette majorité n'a pas fait mieux que les précédentes. Du vent, des études pour rien, et aucun résultat, si ce n'est que nos élus avancent à l'aveugle sans savoir comment remplir le vide. Il n'y a aucune politique constructive, juste du coup par coup, du cas par cas. On met ça là sur un coup de tête, allez, on verra plus tard. On déménage une base de loisirs sans savoir ce qu'on fera de l'ancienne. En 2008, un rapport conseillait de minimiser la propriété foncière de la ville. Or, elle n'a fait que racheter des locaux et des locaux, à grands renforts de financement pour les rénover, le dernier exemple en date est le premier étage de l'office de tourisme.

6) Doit-on se courber devant la haute grandeur municipale ?

Ce n'est pas parce qu'une municipalité, qui plus est communiste (et là, on va nous taxer d'anticommunisme primaire, c'est le seul argument qu'on nous oppose pour avoir à s'expliquer sur le fond) prononce une phrase ou est à l'origine d'une initiative qu'il faut nous courber devant. Les génuflexions de certains sont honorables mais qu'ils s'en gardent d'en faire un modèle pour tout le monde. Il y a, en dehors de Vierzonitude, des citoyens vierzonnais qui se posent des questions, qui critiquent. Rappelons que les dernières élections municipales ne sont pas un modèle de démocratie et la légitimité que certains refusent d'attribuer à l'élection du président de la République, par exemple, on peut aussi  la retourner contre eux.

7) La critique est facile, c'est vrai, mais l'art municipal est critiquable.

Que nos élus croient détenir la bonne parole et l'intelligence universelle qui puissent les hisser, pensent-ils au-dessus de la nasse mal pensante, c'est leur droit. Le nôtre, c'est de s'interroger, de questionner, de douter (choses que ne font peut-être assez ceux qui nous dirigent). Alors, si nous souhaitons un plein succès au campus numérique, soyons prudents pour mieux remettre en cause, plus tard, si la réussite le confirme, cet excès de prudence. En attendant, et au regard de nombreux exemples vierzonnais, trois millions d'euros, en comparaison d'un Smic, puisque nos élus aiment les images de gauche, ce n'est pas rien. L'argent public appartient au public. Nos élus ne font que la gérer. Il est sain que l'on s'en préoccupe. Que cela plaise ou non.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

LoL 11/10/2020 19:38

Quoi encore trois patates !!, ça va finir par nous donner le Bourdon cette affaire de gros sous , hein Didier !! :-))

Hélas, le seul héritage gagné à cette vitesse, c'est bien l'endettement!!

Archives

Articles récents