Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Il faut sauver le cèdre du 22 rue de la Société-Française !

Publié par vierzonitude sur 4 Février 2021, 13:52pm

Il faut sauver le cèdre du 22 rue de la Société Française. L'arbre se situe dans un projet  de renouvellement d’aménagement urbain de la rue de la Société, situé sur la parcelle 0297.

L'association Arbres remarquables et son correspondant pour le Cher, Gérard  Guéraud s'est rendu sur place avec Mary-Claude Grison, conseillère municipale d'opposition. Ce cèdre magnifique présente au moins deux critères, sur les trois,  pour  répondre à notre label « Arbre remarquable », âge et donc taille, histoire, coup de cœur.

En effet, il doit avoir pas loin  de deux cents ans ans. Il est situé dans ce qui aurait été le parc du château de Bel Air, domaine de la porcelainerie Hache. Il est visible, donc faisant partie du site de la Française.  Des recherches, auprès d’un  professeur d’histoire tendrait à prouver que ce soit un des arbres de la liberté.

Tous les historiens vierzonnais en parle : Adrien Fontaine, Henri Letourneau, Michel Bloit : Pierre Pétry père d'Adolphe Hache, propriétaire du château de Bel Air et de la manufacture de Porcelaine, est maire de Vierzon, au moment de la révolution de février 1848 et sous la Seconde République (1848-1852). Il plante un "arbre de la Liberté" , donc le cèdre, dans la cour de l'usine, comme partout en France.

Pour toutes ces raisons, il faut le protéger et être donc « aux petit soins avec lui ». Le parking et la zone goudronnée qui sont prévus seront préjudiciables à son bon développement et à son avenir. Il faut donc lui laisser le maximum de terre à l’aplomb de sa ramure. L'association peut examiner sa candidature au label pour ce témoin de l’histoire industrielle de Vierzon. Bien entendu, cette demande ne peut être faite que par les propriétaires de l’arbre, c’est-à-dire la copropriété de la parcelle et bien sûr, aussi par la commune, car à priori il y a eu un accord avec les propriétaire de cette parcelle au sujet du plan de réaménagement.

Le chêne au centre routier est resté debout, préservé au milieu d'un giratoire.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Archives

Articles récents