Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Projet de plateforme : la gauche vierzonnaise en plein paradoxe

Publié par vierzonitude sur 11 Février 2021, 08:53am

Nos chers élus nous rabattent le même argument depuis des décennies, sur ce territoire vierzonnais, frappé plus que d'autres par le chômage. L'argument de l'emploi et au nom de cet argument, tout doit être fait, même en dépit du bon sens. Combien de banderoles tendues, combien de discours enflammés et combien de résultats ? 

La vision politique de cette majorité qui a toujours considéré Vierzon comme son dû, comme un capital politique précieux, une serre, doit considérer aujourd'hui, qu'elle a des contradicteurs, y compris de son propre camp, en face d'elle. L'argument de l'emploi, si vertueux soit-il, génère toutefois une contradiction quasi-génétique à Vierzon. Un même élu depuis quarante ans nous le dit et le redit, alignant promesse sur promesse et pour quel droit d'inventaire ?

Dans le discours de la gauche radicale qui peut tout envisager sachant qu'elle n'aura jamais le pouvoir, on ne peut pas en même temps, trouble Macroniste diraient ses adversaires, flatter le capitalisme quand ça arrange à la communauté de communes et lutter contre lui quand ça arrange au conseil municipal. 

Le dernier numéro de Ripostes, la feuille de la section du P.C, est un numéro d'équilibriste somptueux dans lequel, le scribe, sans aucun doute, bi-polaire, ose écrire que le capitalisme n'est pas l'ennemi de l'environnement, ce grand écart pour justifier l'artificialisation de "prairies sans intérêt", à coup de 500.000 euros.

Alors, depuis quand la gauche radicale, à Vierzon, est-elle l'amie de l'emploi ? Depuis que ça rapporte politiquement, bien sûr. Se souvient-on de la manifestation de ce patron pour la survie de son entreprise au centre de Congrès ? Comme cette majorité est devenue, d'un seul coup, l'amie du commerce parce que l'Etat finance et les élus peuvent se couvrir de lauriers. 

Quel élu a soutenu les nombreux commerces qui ont fermé comme Plus face à la mairie et qui, eux aussi, employaient des salariés ? Les a-t-on vu voter une motion, comme c'est l'habitude pour rien, pour mettre un terme à ces fermetures ? Pour taper du point sur la table ? Bien sûr que non. 

Comment peut-on condamner les dividendes des actionnaires et emprunter de l'argent, via la société d'économie mixte, pour construire le siège social de Véolia qui, entre nous, ne doit pas manquer de liquidités pour ça ?

Aujourd'hui, nos élus, hypnotisés par une promesse de 300, 400 emplois on ne sait plus trop le nombre, désigne leur ennemi comme étant celui qui ne leur donne pas raison sur ce coup-là. Et pourquoi ?  Parce que certains élus et des citoyens estiment, entre autre, que la jeunesse vierzonnaise ne mérite pas que des emplois de manutentionnaires payés à coup de lance-pierre. La quantité compte donc plus que la qualité. Paradoxe : on propose ce genre d'emplois à la jeunesse de Vierzon pendant que l'on installe une école privée dans le B3. Où est la logique ?

Il faudrait savoir, cher(e)s élu(e)s de gauche car lorsque l'on utilise justement vos arguments sur l'espoir d'une vie meilleure, voilà que nous sommes des ennemis venus de la droite, des ennemis de l'emploi. Vos ennemis. Que l'environnement ce n'est pas seulement récupérer l'eau de pluie et installer des ruches, la belle affaire, ou intégrer un bâtiment industriel dans l'habitat de "la reinettes des prés" qu'un ancien syndicaliste moque sans vergogne pour tenter de ridiculiser ceux qui ne partagent pas ses idées.

Quand un camarade, sur les réseaux sociaux, se répand sur un commerçant qui veut vendre les murs de son commerce, des murs qui lui appartiennent et qu'ensuite le même, vient nous vanter les vertus du capitalisme parce que des échéances électorales pourront être nourries d'une promesse dont personne n'est sûre, on peut en effet être dubitatif. Quand LFM a vendu ses locaux et ses terrains pour plus d'un millions d'euros à la société d'économie mixte, s'est-on autant répandu à son sujet sur sa gourmandise ? Et là encore, pour quel résultat ? L'entreprise est partie.

En politique, on appelle ça l'opportunisme. Le reconnaître ce n'est pas grave, c'est comme estimer que le capitalisme caresse avec douceur l'environnement. Et qu'à partir du moment où des sommes comme 500.000 euros sont engagés pour viabiliser des prairies, le citoyen a le droit de regarder de plus près à quelle sauce il va être asphyxié. Se faire le chantre de la concertation citoyenne en voulant même voter un budget propre sans permettre un minimum de démocratie citoyenne sur un projet aussi important, c'est comme faire croire qu'un camion pollue moins qu'une reinette des prés. Et qu'un parking est lus glamour qu'une prairie sans intérêt.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Lev 11/02/2021 19:13

Quel paradoxe vouloir lutter contre le chômage en construisant un hangar de logistique, cet instrument de la délocalisation des emplois.
À moins que la philosophie locale soit
Le malheur des autres fait notre bonheur

jean Marie 11/02/2021 17:44

On connait désormais la position des élus de la France Insoumise à propos de cette désormais célèbre plateforme logistique qui aurait finalement mieux sa place à Bourges. Là le promoteur y aurait comme interlocuteurs des élus de gauche ( y compris de la France Insoumise! ), enchantés d'accueillir ce genre de structure ( implantations à répétition) , sans état d'âme excessive. Mais au fait, on attend toujours la position des amis du chef d'escadron Doré et de Mme Essayan sur ce sujet brûlant...

Lev 11/02/2021 11:08

Ah !, la lutte contre le chômage !!! Il n’y a pas 79 ans mais 46 c’était le mot d’ordre de Raymond Barre qui annonce en avril 1977 l'adoption d'un "pacte national pour l'emploi des jeunes" afin d'enrayer la progression du chômage, notamment au sein d'une des catégories les plus touchées, les 18-25 ans.
On connaît les résultats Il est temps de changer les paradigmes

Wizard 12/02/2021 09:40

Mauvaise analyse qui ne mène nulle part comme d'habitude.

Il convient d'expliquer comment il faut faire avec des "travailleurs" qui exigent de bons niveaux de rémunération (avec un indice des prix le plus bas possible pour leur sacré saint pouvoir d'achat) dès le départ, pas de contraintes et de pénibilités trop fortes, un temps de travail réduit, de belles perspectives d'évolution de carrière.
Le tout destiné à une population dont l'employabilité (en général) est quasi inexistante.
Avec, cerise sur le gâteau, une concurrence exercée par une immigration dont la première génération se satisfait de conditions sociales réduites au minimum.

Alors, plateforme ou pas, on ne voit pas ce que ça pourrait changer.

Archives

Articles récents