Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Madame Faucille et Monsieur Marteau ouvrent une école privée à Vierzon

Publié par vierzonitude sur 15 Octobre 2021, 06:00am

Nouveau rendez-vous pour les lecteurs de Vierzonitude : les aventures presque vraies de Madame Faucille et de Monsieur Marteau. Aujourd'hui, Madame Faucille et Monsieur Marteau ouvrent une école privée à Vierzon.

Madame Faucille et Monsieur Marteau ouvrent une école privée à Vierzon

Madame Faucille, qu'une nostalgie écolière étreint régulièrement quand elle repense à l'odeur de la craie sur le tableau noir, piétine sur le carrelage en lave noire de sa salle de bains. Elle sent monter en elle, ce matin, après s'être prélassée sous les jets d'eau massant de sa cabine de douche privative, comme un élan bienfaiteur qui la porte à créer quelque chose dont elle en sent la finalité sans pour autant en définir les contours.

Monsieur Marteau, de son côté, parcourt avec dans les yeux une humidité plus avide que triste, les différentes enveloppes de subventions qui n'ont pas encore été croquées par les projets que ces dites subventions doivent nourrir de leur bombance. Au chapitre "éducation", Monsieur Marteau sourit d'aise au passage d'une idée qui le chatouille comme une plume géante sur le dessus de son crâne chauve.

Madame Faucille, devant les quelques mètres carrés de son miroir de salle de bains qui reflète à l'infini le mur d'en face lui-même orné d'un énorme miroir, joue, sans trop savoir pourquoi, le rôle d'une institutrice enseignant le meilleur d'elle-même et du monde qui l'entoure à une classe de chérubins suspendus à ses lèvres glossées.

Monsieur Marteau, jamais avare d'une initiative sonnante et trébuchante, pense sincèrement que l'éducation nationale est une institution dépassée et que le règne du privé permettra d'endetter les futurs étudiants jusqu'au moins leurs 40 ans, ce qui permettra à sa banque privée d'engranger des intérêts substantiels.

Madame Faucille s'habilla strictement comme un instituteur de la troisième République, descendit au drugstore du coin, acheta des craies, un tableau noir, et se mit à faire la classe à des bambins imaginaires. Elle sut, à partir de cet instant, qu'elle désirait, au fond d'elle, plus que tout jusqu'à ce tout la lasse, enseigner pour le plaisir de transmettre. La question était : qu'allait-elle transmettre qui soit transmissible ?

Monsieur Marteau calculait déjà le montant des brouettes d'argent public qu'il pourrait encaisser en ouvrant une école privée à 15.999, 99 euros par an et par élève, de préférence dans un bâtiment communal dans lequel une communauté de communes ou une société d'économie mixte exécuteraient les travaux nécessaires en ratissant le plus de subventions possibles, comme c'est la mode en ce moment. Et Monsieur Marteau, il ne l'a jamais encore avoué à sa femme de Madame Faucille, adore la mode.

Madame Faucille, tout à sa diction enseignante, avait entrepris d'apprendre la géographie vierzonnaise pendant la guerre froide et l'économie du parc technologique tel que le voit le père François 1er, économiste depuis 1977, à des petites têtes déjà bien remplies, limite surdoués, car à enseignante extraordinaire, ce pour quoi elle se prenait, élèves extraordinaires.

Monsieur Marteau avait opté pour ouvrir à Vierzon, une école du numérique, malgré la concurrence après s'être fait assurer que les fours à globe, près du cinéma, seront réhabilités par l'Etat, la région, le département ainsi que le fonds friche pour en faire des amphithéâtres de quelques places. Puisque ce n'est pas la quantité d'élèves qui compte, après tout, mais la qualité.

Madame Faucille fit graver, sur le fronton de sa salle de bains, "liberté, égalité, fraternité", fit installer une rangée de pupitres entre sa douche et le sèche serviettes, un tableau noir à la place du miroir ainsi qu'une petite estrade grâce à laquelle elle dominait le vide abyssal de son rêve qui se concrétisait devant ses yeux surmontés de ses paupières colorées.

Monsieur Marteau lança les inscriptions, et trouva un nom à son école L'I.N.E.P.T.I.E", L'Institut National Educative de Partenariats Thérapeutiques In door et Ex door. Il trouvait le titre suffisamment pompeux pour que ça ne veuille rien dire et acta sa trouvaille. Il entendit alors Madame Faucille dire "et maintenant prenez vos cahiers de composition."

Voilà comment Madame Faucille et Monsieur Marteau ouvrent une école privée à Vierzon.

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Et après cela..

Mme Faucille enseignante au grand cœur, coquette de haut en bas, sans faux cils ce coups là afin de ne pas se rendre si ridicule en cours devant ses élèves en difficultés, trouva cette fois-ci une solution révolutionnaire, pour faire encore plus de profit dans cette école du dernier espoir,une très belle idée lui vint en tête à en faire rougir une banane.

Elle eu l'idée de créer un portefeuille crypté dans cette école du numérique,dont ses élèves auront le devoir de fabriquer et de sécuriser, et d’accroitre ainsi,son portefeuille de futur retraitée, sans crainte pour elle et ses proches .

Elle confie cette horrible tâche , à un groupe de hackers méritants de sa classe étoilée, afin de résoudre l'équation mathématique sur la possibilité de trouver une solution pour réduire un code binaire à 1 chiffre hors du 0 et du 1.

Mr Marteau , heureux de cette initiative , eu lui aussi une merveilleuse idée de son coté, et se demanda si une entreprise pourrait voir le jour à" ses frais" sur son sol et aider ainsi tous les petits porteurs à éviter d'avoir pleins de notes dans leurs poches trouées de capitalistes,et de là, trouva enfin un investisseur dévoué à cette fastidieuse demande et pressante, pour combler cette défaillance terrible qui est la mémoire vive .

Mme Faucille très heureuse de savoir que ses élèves ne pointeront pas au chômage à Vierzon dès la fin de la formation très compétitive comparée au secteur public, grâce à Mr Marteau et sa générosité débordante, et grâce à son école de la seconde chance pour enfants délaissés, se laisse envahir enfin d'une joie immense et incomparable.,

Madame Faucille sur cette victoire contre la précarité ,sera toujours à l'écoute de ceux qui voudront également, malgré une bourse de l'état si peu regardante à ses dépenses , assister à ses cours moyennant un petit abonnement annuel et si discret . :-))
Répondre
L
A quand le recrutement du prof Mr ROSE....et oui Mr ROSE est un excellent prof d'accompagnement à l'emploi...
Répondre
L
Une affaire très épineuse que cela mais désolé, Mr Rose est déjà prof à l'école de la Bourgeoisie à Epinay -sur -Seine, de quoi envoyer encore plus les gens vers son joli nom très piquant en toutes saisons!! :-))

Archives

Articles récents