Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Covid : dans le Cher, 1000 cas pour 100 000 habitants

Publié par vierzonitude sur 7 Janvier 2022, 13:35pm

Covid : dans le Cher, 1000 cas pour 100 000 habitants

Sur sa page facebook, la députée du Cher, Nadia Essayan, rend compte d'une réunion des élus avec le Préfet du Cher à propos de crise sanitaire dans le Cher et la situation vaccinale.


Situation de la crise 

Les choses changent rapidement dans cette crise. Il est plus que nécessaire d’avoir recours à un test PCR pour valider un test antigénique et autotest positif. La manière exceptionnelle de cette crise nécessite une bonne communication. 

Taux d’incidence historique et jamais imaginé : 1000 cas pour 100 000 habitants donc 1%. Semaine de janvier, 1% de la population était touchée par la Covid. Ces chiffres devraient doubler d’après les tendances. Cette semaine, on a dépassé les 1000 personnes positives sur une journée deux fois, ce qui est historique. 

Depuis le début de la semaine, 3000 personnes déclarées positives soit 1% de la population sans les chiffres vendredis, samedis et dimanches. 

Si la situation était la même, il y a un an alors ça aurait été une catastrophe car la majorité des cas sont des Omicron avec une bonne couverture vaccinale. 

80% de la population totale vaccinée et pour les plus de 12 ans on a 90% de vaccination à deux doses dans le Cher. 42,7% du département total pour les 3 doses et 50% pour les plus de 12 ans.  On voit les choses avec plus de sérénité car l’impact d’Omicron est moins fort. 

L’hôpital connaît toujours la vague des malades avec deux semaines de décalage. Actuellement, il y a entre 5 à 7 personnes en réanimation (aujourd’hui 6) et 40/60 personnes en hospitalisation conventionnelle. L’hôpital devrait pouvoir assumer le pic sachant que ces cas en réanimation concernent un pic de taux d’incidence de 0,5%. Cependant, les personnels sont fatigués et le respect des gestes barrières doit donc se poursuivre. 
 

Contamination et isolement 

- Une personne positive doit être isolée entre 5 et 10 jours selon sa situation. Vaccinée positive 7 jours réduite à 5 si test négatif. Personne non vaccinée alors 7 jours. 

- Cas contact : isolée 7 jours mais si vaccinée alors aucune obligation en se testant négativement et en respectant les gestes barrières.
Centre Jacques Cœur est en plan blanc actuellement avec la Covid mais n’a pas impacté les vacances de Noël mais a touché les séjours non urgents jusqu’au 15 janvier. Une préoccupation concerne les médecins avec 8% des cas de Covid positifs. La modification de la planification est nécessaire, parfois, à cause de la situation des établissements scolaires sur Bourges et les cantines dans la commune. 
Une vigilance doit aussi être conduite sur le centre d’appels du 15 qui est fortement bousculé actuellement. 

 

Vaccination 

Il y a une volonté d’accélérer la vaccination qui permet de limiter les effets du virus sur l’hospitalisation et les contaminations. 

Sur le département : 90% de la population de plus de 12 ans est vaccinée à deux doses, ce qui est très positif. 
Pendant les deux semaines avant les congés de Noël ont été les plus intenses avec 24 000 injections par semaine, ce qui est un record absolu. Implication totale des centres de vaccination, des communes mais aussi l’ensemble de la chaine pour cette vaccination. La reprise depuis la rentrée est très forte. 

Les créneaux sont ouverts et les vaccins sont disponibles avec du Pfizer pour les moins de 30 ans et du Moderna pour les plus de 30 ans. Il faut inciter à la vaccination, avec le nouveau passe qui évolue à la mi-janvier, et la troisième dose est ouverte à partir de 4 mois de la dose précédente. 

Pour la troisième dose, 50% de la population des plus de 12 ans est atteinte. La médecine de ville est un relai fort sur le terrain avec le réseau des pharmacies.
 

Nouvelles dispositions sanitaires 

Un mémo a été envoyé aux collectivités et aux intercommunalités pour les grands espaces. Dans tous les établissements, la consommation debout de type buvette est interdite. Les mêmes dispositions s’appliquent pour les salles des fêtes (de type L) avec une obligation d’une place assise en respectant le protocole hôtellerie restauration. 

Les assemblées générales doivent se tenir avec les règles sanitaires en cours. Dans les assemblées, il faut respecter le protocole. La boite fonctionnelle de la préfecture reste ouverte pour les collectivités. 
 

Établissements scolaires 

La DSDEN (Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale) gère les situations en lien avec l’ARS. Il y a une augmentation des cas. 70 cas avant les vacances et maintenant 110 cas sont signalés. 
Le taux département est celui national de 3,5 à 10% d’absence du corps enseignant. 

Il y a une forte évolution du nombre d’enfants cas contacts à risque. Pour les élèves du primaire, si un élève est contact à risque alors réalisation d’un test antigénique ou PCR. Si le test est négatif alors retour en classe et auto-test à réaliser. Le nouveau protocole simplifie les règles, car si un nouvel enfant est déclaré positif, alors l’ensemble des élèves ne doivent pas refaire un dispositif entier pour les tests. L’État soutient les collectivités en participant à l’acquisition des capteurs de CO2, comme indicateur à la qualité de l’air dans une pièce.

Les élus ont été réunis par le Préfet du Cher pour faire un point sur la crise sanitaire dans notre département et sur la situation vaccinale. Le préfet a présenté l’ordre du jour : situation épidémiologique, vaccination, mesures du décret du 1er janvier 2022, point sur les établissements scolaires avec les fermetures. I. Situation de la crise Les choses changent rapidement dans cette crise. Il est plus que nécessaire d’avoir recours à un test PCR pour valider un test antigénique et autotest positif. La manière exceptionnelle de cette crise nécessite une bonne communication. Taux d’incidence historique et jamais imaginé : 1000 cas pour 100 000 habitants donc 1%. Semaine de janvier, 1% de la population était touchée par la Covid. Ces chiffres devraient doubler d’après les tendances. Cette semaine, on a dépassé les 1000 personnes positives sur une journée deux fois, ce qui est historique. Depuis le début de la semaine, 3000 personnes déclarées positives soit 1% de la population sans les chiffres vendredis, samedis et dimanches. Si la situation était la même, il y a un an alors ça aurait été une catastrophe car la majorité des cas sont des Omicron avec une bonne couverture vaccinale. 80% de la population totale vaccinée et pour les plus de 12 ans on a 90% de vaccination à deux doses dans le Cher. 42,7% du département total pour les 3 doses et 50% pour les plus de 12 ans. On voit les choses avec plus de sérénité car l’impact d’Omicron est moins fort. L’hôpital connaît toujours la vague des malades avec deux semaines de décalage. Actuellement, il y a entre 5 à 7 personnes en réanimation (aujourd’hui 6) et 40/60 personnes en hospitalisation conventionnelle. L’hôpital devrait pouvoir assumer le pic sachant que ces cas en réanimation concernent un pic de taux d’incidence de 0,5%. Cependant, les personnels sont fatigués et le respect des gestes barrières doit donc se poursuivre. Contamination et isolement : - Une personne positive doit être isolée entre 5 et 10 jours selon sa situation. Vaccinée positive 7 jours réduite à 5 si test négatif. Personne non vaccinée alors 7 jours. - Cas contact : isolée 7 jours mais si vaccinée alors aucune obligation en se testant négativement et en respectant les gestes barrières. Centre Jacques Cœur est en plan blanc actuellement avec la Covid mais n’a pas impacté les vacances de Noël mais a touché les séjours non urgents jusqu’au 15 janvier. Une préoccupation concerne les médecins avec 8% des cas de Covid positifs. La modification de la planification est nécessaire, parfois, à cause de la situation des établissements scolaires sur Bourges et les cantines dans la commune. Une vigilance doit aussi être conduite sur le centre d’appels du 15 qui est fortement bousculé actuellement. II. Vaccination Il y a une volonté d’accélérer la vaccination qui permet de limiter les effets du virus sur l’hospitalisation et les contaminations. Sur le département : 90% de la population de plus de 12 ans est vaccinée à deux doses, ce qui est très positif. Pendant les deux semaines avant les congés de Noël ont été les plus intenses avec 24 000 injections par semaine, ce qui est un record absolu. Implication totale des centres de vaccination, des communes mais aussi l’ensemble de la chaine pour cette vaccination. La reprise depuis la rentrée est très forte. Les créneaux sont ouverts et les vaccins sont disponibles avec du Pfizer pour les moins de 30 ans et du Moderna pour les plus de 30 ans. Il faut inciter à la vaccination, avec le nouveau passe qui évolue à la mi-janvier, et la troisième dose est ouverte à partir de 4 mois de la dose précédente. Pour la troisième dose, 50% de la population des plus de 12 ans est atteinte. La médecine de ville est un relai fort sur le terrain avec le réseau des pharmacies. III. Nouvelles dispositions sanitaires Un mémo a été envoyé aux collectivités et aux intercommunalités pour les grands espaces. Dans tous les établissements, la consommation debout de type buvette est interdite. Les mêmes dispositions s’appliquent pour les salles des fêtes (de type L) avec une obligation d’une place assise en respectant le protocole hôtellerie restauration. Les assemblées générales doivent se tenir avec les règles sanitaires en cours. Dans les assemblées, il faut respecter le protocole. La boite fonctionnelle de la préfecture reste ouverte pour les collectivités. IV. Établissements scolaires La DSDEN (Direction des Services Départementaux de l'Éducation Nationale) gère les situations en lien avec l’ARS. Il y a une augmentation des cas. 70 cas avant les vacances et maintenant 110 cas sont signalés. Le taux département est celui national de 3,5 à 10% d’absence du corps enseignant. Il y a une forte évolution du nombre d’enfants cas contacts à risque. Pour les élèves du primaire, si un élève est contact à risque alors réalisation d’un test antigénique ou PCR. Si le test est négatif alors retour en classe et auto-test à réaliser. Le nouveau protocole simplifie les règles, car si un nouvel enfant est déclaré positif, alors l’ensemble des élèves ne doivent pas refaire un dispositif entier pour les tests. L’État soutient les collectivités en participant à l’acquisition des capteurs de CO2, comme indicateur à la qualité de l’air dans une pièce.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
L
Cher : 300 000 habitants, 50 malades sont 6 graves…., la France a peur
Répondre

Archives

Articles récents