Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Bus : cinq chauffeurs en moins et tout le monde est content !

Publié par vierzonitude sur 28 Septembre 2015, 10:30am

C'est au conseil municipal de ce soir, lundi 28 septemnre, que sera approuvé le nouveau contrat des bus à Vierzon. Résumons : quand un fonctionnaire part en retraite et n'est aps remplacé, nos édiles de la gauche radicale grimpent sur la table pour crier au scandale. Rendez-vous compte le service public bla bla bla bla, l'emploi bla bla bla bla... Mais quand nos mêmes édiles de la gauche radicale rognent eux-mêmes lemploi chez eux, à Vierzon, là c'est formidable, c'est une gestion saine, intelligente, pragmatique, on peut faire plus avec moins, un vrai discours de capitalistes ! Donc, nos édiles de la gauche radicale adoubées en cela par la gauche socialiste et la droite gnan gnan de l'opposition sont contents du nouveau contrat des bus. Heu-reux de participer à supprimer au moins cinq emplois de chauffeurs (sept personnes au total). Et s'empressent de p^réciser que ce sont des départs en retraite et des départs volontaires. Oui mais des départs non remplacés. Quand c'est la gauche qui décide de sucrer des emplois, c'est très bien ! Prière d'applaudir. Le plus important, c'est l'économie réalisée : 480.000 euros. Car dans la presse locale, nos élus si forts et si intelligents vantent les mérites du nouveau contrat mais en aucun cas, ne mettent en avant les points négatifs. N'ya-t-il plus de lignes régulières en journée au profit du tout bus à la demande sur toutes els ligens ? Mais chut. L'opposition qui a maintenant l'habitude d'être d'accord avec la majorité nous dit que c'est "une bonne négociation". Une raison de plus pour ne pas la croire.

Bus : cinq chauffeurs en moins et tout le monde est content !

L'économie d'environ 480.000 euros que la ville de Vierzon va réaliser sur le dos des transports publics ne tombe pas du ciel. Pour arriver à ce résultat, il a fallu serrer les boulons. A commencer par le personnel : sept postes en moins dont trois départs à la retraite non remplacés (y compris le poste de directeur) et deux chauffeurs. Coup de bol, il y a une démission. Deux salariés intérimaires font les frais de la nouvelle organisation. Et il restera un poste à supprimer. Pour le reste, on met les trois lignes dans un shaker et on secoue, du coup, il y en a le double, avec des fréquences de passage plus longues en heures creuses et toujours le transport à la demande. Grosse économie également avec la suppression de la navette gratuite de centre-ville (200.000 euros en moins). Certains vont trouver ça génial, d'autres trouveront moins cool...

La Ratp conserve les bus à Vierzon pour huit ans. Les salariés du Vib devraient être satisfaits. Pour eux, il n'était pas question de revenir à Véolia qui avait déposé une offre mais qui s'est fait coiffer au poteau par la RATP. Dans le Cher, Bourges et Vierzon restent donc dans le giron de la Ratp. Le suspense prend fin. La majorité enterrinera son choix le 28 septembre prochain, lors d'un conseil municipal qui détaillera ce que deviennent les trois lignes de bus, les lignes régulières, la place du transport à la demande etc.

Mais ce qui compte le plus pour la majorité, ce n'est pas tant la réorganisation physique des bus, le fait qu'il n'y aura plus de siège social à Vierzon et de directeur. Non, ce qui compte c'est l'é-co-no-mie. Une baisse de 23,45%, environ 480.000 euros d'économie (au détriment de l'emploi ?) Voilà de quoi pouvoir boucler un nouveau budget, celui de 2016, sans avoir recours à une augmentation des impôts locaux. Le cap de 2017, nouvelles élections législatives en ligne de mire, devrait offrir un boulevard à un député-maire qui, malgré les baisses de dotations d'Etat, a réussi l'exploit de ne pas faire porter le poids de cette infamie hollandaise sur le dos des Vierzonnais. Reste à savoir comment vont être accueillies la nouvelle architecture des transports urbains à Vierzon. Les usagers et les chauffeurs ont encore leurs mots à dire.

Bus : cinq chauffeurs en moins et tout le monde est content !
Bus : cinq chauffeurs en moins et tout le monde est content !

Les 21 chauffeurs du Vib, les transports de bus et les 7 salariés, aimeraient savoir à quelle sauce ils vont être mangés, avec la nouvelle délégation de service public qui doit choisir, selon nos informations, entre Véolia et la RATP qui gère actuellement le service. Les salariés s'inquiètent et à juste titre, car le nombre de salariés devraient en pâtir. Trois chauffeurs savent d'ores et déjà qu'on les aidera à retrouver un poste ailleurs... Ce qui ne signifie rien de bon pour eux. Un départ à la retraite ne sera pas remplacé et la navette gratuite (emploi municipal) devrait passer à la trappe. Les chauffeurs surtout aimeraient beaucoup savoir de quoi l'on parle autour de la table entre Véolia et la RATP. D'autant que les syndicats, sous une municipalité de gauche, ne semble pas trop regardant sur l'avenir. On se souvient d'ailleurs qu'en 2005, sous la municipalité de Jean Rousseau, trois semaines de grèves ont suivi après l'annonce de la suppression d'une ligne et de la refonte des deux autres. Du coup, une troisième a dû être ajoutée. D'ailleurs, dans une lettre aux élus vierzonnais, adressée par les salariés du Vib, en avril dernier, le syndicat CFDT, à l'origine du courrier, rappelle avec perfidie, que le maire actuel, alors dans l'opposition, était farouchement opposé à la suppression de la ligne Forges/Politzer.
Or, le cahier mentionne non pas la suppression d'une ligne, mais le remplacement des bus réguliers par des bus à la demande. La navette gratuite est devenue une option. Ce n'est pas pour rien que les salariés, en avril dernier, s'inquiétaient de savoir q'il y aura des suppressions de lignes, et si oui combien. Combien de suppressions de postes engendreront ces suppressions de lignes . La navette du centre-ville gratuite sera-t-elle maintenue ? Avez-vous l'intention de substituer des lignes par du transport à la demande. Les salariés avaient du avoir le cahier des charges en mains...
"Depuis plusieurs mois, aucun bus ne passe par l'arrêt Foch le samedi alors que nous étions obligés de prendre un grand bus pour cause d'affluence. Un transfert d'arrêt a été fait soit aux arrêts Forum ou Marché au blé, constituant de la perte de clientèle. Comment explique-vous cette contradiction ?" Les chauffeurs expliquent que "les usagers sont demandeurs d'un passage avec arrêt avenue de la République" et enfin, "trouvez-vous normal qu'aucun bus ne desserve notre superbe zone commerciale de l'Orée de Sologne ?"
On apprend aussi dans ce courrier qu'un groupe de travail, sur la base du volontariat, avait été créé. "Ce groupe, constitué d'anciens et de nouveaux conducteurs, a été partie prenante das le projet de réaménagement du réseau et y a travaillé activement. Il a été malheureusement pour nous dissous à l'initiative de Monsieur le Maire."

Datée du 29 avril dernier, la réponse du maire de Vierzon est claire : la nouvelle délégation de service public devra offrir plus en permettant à la ville de payer moins... "capter un maximum d'usagers, renforcer la fréquence de passage des bus aux heures de pointe en privilégiant le transport à la demande aux heures creuses", surtout "tout en réduisant l'impact de la subvention d'équilibre sur le budget municipal". Il est vrai que la municipalité aura besoin de liquidités pour son prochain budget au cas où elle veuille construire un second bowling... "La législation sur les marchés publics et le droit de la concurrence prévoient que durant toute cette période qui ira jusqu'au 17 juillet prochain, la négociation avec les entreprises doit obligatoirement rester confidentielle." Très bien, nous sommes le 21 août... Et apparemment, ce ne sont pas les syndicats qui vont oser demander où en sont les négociations. des fois que ça froisserait la majorité... Un conseil municipal était prévu le 10 septembre. Il aura lieu le 28 septembre. Jusque là, les salariés du Vib ont de quoi se ronger les ongles.

Faire mieux avec moins, c'est le leitmotiv de la majorité municipale pour dire qu'elle n'a plus les moyens de payer un réseau de transports urbains comme si Vierzon avait 50.000 habitants, la ville n'en a plus que 26.000. Donc, il faut réduire la voilure. En contrat avec la RATP, la ville avait demandé une dérogation d'une année supplémentaire afin de réfléchir à ce qu'elle ferait avec ses bus : délégation de services publics, régie ou gratuité ? La ville a donc choisi de nouveau une délégation de service public pour la gestion et l'exploitation du réseau de transports urbains, le Vib. La durée de la délégation sera de huit ans. Et la convention prendra effet le 1er janvier 2016.

Actuellement, le réseau actuel est constitué de :
- trois lignes régulières qui sont complétées par trois lignes scolaires accessibles à tous les usagers;
- une navette de centre-ville;
- des transports à la demande qui permettent également la desserte des quartiers excentrés.


En 2013, la production kilométrique s'est élevée, au total, à 422.479 kilomètres. 16 véhicules étaient affectés à la mise en oeuvre du réseau. Le réseau a assuré environ 890.234 voyages.


A partir du 1er janvier 2016, le réseau pourrait être constitué :

- de trois lignes régulières circulant uniquement en heures de pointe,
- des services de transports sur réservation zonaux circulant aux heures creuses,
- de trois lignes scolaires accessibles à tous les usagers, et éventuellement une navette de centre-ville.

C'est dire qu'en dehors des heures de pointe, les bus traditionnels seraient remplacés par des services de transports sur réservation, à la demande quoi. Du service public, toujours, mais il faudra commander son bus à l'avance. Les lignes scolaires ne bougent pas, mais la navette de centre-ville est en option. Remarquez, à quoi sert une navette de centre-ville quand la ville concentre les commerces en périphérie et qui plus est au nord de Vierzon ? Il y avait l'Orée de Sologne, il y aura désormais Leclerc.

Les commerçants du centre-ville seront certainement ravis d'apprendre que la navette de centre-ville leur sera retiré. Bah, un peu de plus dans la barque, ça ne peut que faire fuir les derniers commerçants qui restent. Economie sur toute la ligne : désormais, pour faire du shopping, prière d'emprunter la ligne qui mène à l'Orée de Sologne ou à laclerc. Mais nous aurons l'occasion de reparler des bus, bien évidemment.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chat noir 28/09/2015 11:47

N’avez-vous jamais pensé combien il est absurde d’avoir à payer pour voyager dans le métro, le bus ou le train ? Ou au gaspillage que représente le coût de l’impression des billets, de la rémunération des agents qui les vendent et qui les contrôlent et, last but not least, de l’installation de tourniquets de plus en plus sophistiqués dans le seul but d’empêcher les gens de voyager gratuitement? C’est bête, comme le disait récemment un slogan publicitaire de la RATP.


Par souci d’une plus grande justice sociale, le tarif zéro réduit bien des préoccupations du voyageur et offre à tous un service social indispensable. Les dépenses de contrôle et de billetterie peuvent servir plus utilement l’amélioration des conditions de déplacements des usagers. La circulation individuelle, génératrice d’importantes charges monétaires pour I’automobiliste est également responsable d’un coût social lourd de conséquences pour la collectivité (accidents de la route, bruit, pollution, stérilisation de I’espace…) si bien que le tarif zéro permettra au contribuable les économies de loin supérieures au coût théorique apparent de la gratuité.


Dans la société futur l’accès aux transports collectifs sera gratuit car ce sera une société amonétaire où l’accès sera libre pour tous à tout ce dont ils ont besoin. Mais la gratuité d’accès aux transports publics peut exister également dans le cadre du capitalisme.


Isolée du contexte de la gratuité généralisée qui régnera dans cette société, la gratuité des transports ne serait donc qu’une réforme du système actuel . Miaou


Les précédentes campagnes de revendication, de luttes pour l’obtention de la gratuité d’accès aux transports publics n’utilisaient qu’une argumentation philosophique, idéologique ou sociale. Mais quel est le poids d’arguments, fussent-ils des plus légitimes, voire moraux dans une société, fût-elle de gauche, basée sur l’exploitation des individus dans le travail et la consommation, sur le profit, où l’on ne parle que P.I.B., taux de croissance, déficit extérieur, déficit de I’Etat, la tenue de l'euro … concurrence? Seul l’argument économique (le concret) peut être compris des « représentants du peuple » et autres «responsables » .


S’il est vrai qu’une argumentation philosophique ou morale n’influence en rien le capitalisme, de même les gestionnaires de ce système n’acceptent que les réformes qui bénéficient à une quelconque section de la classe dominante . C’est-à-dire que si la gratuité des transports était adoptée, ce serait pour servir I’intérêt d’un groupe spécifique, par exemple les employeurs du centre de Paris qui pourraient verser des salaires plus bas n’ayant plus besoin d’y inclure un montant pour couvrir les frais du voyage aller-retour domicile-lieu de travail.


Concentrons nos efforts sur la propagation de l’idée d’une société ou l’accès sera gratuit et libre pour tous à tous les produits et services, ce qui présuppose la possession commune et la gestion démocratique de tous les moyens de production et de distribution.

Aniece 16/09/2015 14:16

Çà ne va pas être facile de prendre le bus à VIERZON ...il va falloir bien "calculer" ses déplacements pour éviter de poiroter aux arrêts ... Je ne prenais déjà pas le bus car je trouvais que les attentes étaient trop longues .. pourtant dans d'autres villes c'est vraiment bien fait .. pas besoin d'utiliser de véhicule. Moins de pollution, des emplois de créer. A VIERZON, le choix est fait : le confort des citoyens ...ben on verra cela plus tard ..là pour l'instant on s'occupe de faire des économies (enfin la Ville ... pas les citoyens (je suppose que les impôts locaux ne vont pas baisser pour autant et le prix des tickets non plus..)

hildago 31/08/2015 07:13

et le ticket bus validite 1 heure impossible (aller retour ) pour faire les courses vu les horaires ?

chat noir 21/08/2015 22:59

Mais c'est un véritable Scandale ! C'est quant même quelques choses la gestion de la paix sociale avec la gggaaauuuuccchhhheee !

J'ai vécu des choses similaires après mai 81 tout les syndicats et syndicalistes fermait d'un seul coup leurs grandes gueules et en plus nous disait de la fermer, ou même prêt à nous taper physiquement dessus prétextant qu'il fallait laisser une chance aux camarades du gouvernement Mitterrand.

Ahahahah la belle affaire, il avaient oublié l'observatoire, les signatures des condamnations à mort, les francisques de petain .... C'est dingue comment nos militants syndicaux on la mémoire courte, l'étiquette leurs suffit, pas très exigeant ces gens là

Archives

Articles récents