Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Koyo : "les salariés non protégés de Moult sont désormais licenciés"

Publié par vierzonitude sur 9 Novembre 2015, 15:47pm

Arnaud Touchard, alors secrétaire du CHSCT de l'usine Koyo de Moult nous a envoyé ce message pour nous tenir informé de la situation de Koyo à Moult, en Normandie :

"Les salariés non protégés de Moult sont désormais licenciés, pour eux commence le parcours du combattant de l'accès à un nouvel emploi.

Le site de Moult est mis en vente, nous n'en connaissons pas le prix, mais il semble qu'un projet de reprise de celui ci ait été "botté en touche" par le groupe. Nos sources ne nous ont communiqué ni le nom de l'acquéreur potentiel, ni le motif du refus de Koyo, dont l'application de la loi Florange n'a pas l'air d'être la priorité...

Pour ce qui est du site de Vierzon, le compte de résultat n'est pas brillant, loin de là ! L'intégration de l'activité de Moult se passe mal, avec des soucis d'approvisionnements, des problèmes qualité et des soucis de capabilité des machines transférées. Comme l'indiquait l'expert du CHSCT de Moult en février 2015, "sans actions d'investissement, les maux de Moult produiront les mêmes effets à Vierzon". Le présent semble lui donner raison.

Il est à noter que la fabrication des composants de Moult est toujours très largement sous traitée, et chose surprenante, une grande partie est produite à Olomouch... en république tchèque !

A cette situation, la direction rétorque que les coûts de sous-traitance dépassent largement ce qui avait été "planifié", et reconnait que la pérennité de l'activité de KBVM passera par l'intégration du business de Moult.

Il est vrai qu'une TPE comme "JTEKT" de près de 40.000 personnes, cotée en bourse de TOKYO, appartenant majoritairement à la PME "Toyota", n'avait pas les moyens d'anticiper cette situation...

Les mauvaises langues s'autoriseraient à penser, qu'il serait possible, que peut-être KBVM ne se remette pas de ce transfert !

En revanche, sur le site internet de Koyoen République Tchèque, les perspectives sont plus réjouissantes, il est même stipulé qu'un nouveau marché est acquis par le biais d'un client " John Deere", (tout droit venu de l'activité Normande).

En bref, tout ceci est bien inquiétant pour Vierzon, mais la direction affirme avoir recruté une cinquantaine d'intérimaires sur Vierzon... Précarisation quand tu nous tiens !

Les salariés de Moult seront donc à Orléans, ce jeudi 12 novembre, au tribunal administratif, pour faire reconnaitre le caractère "abusif" de ce plan de licenciement. Plus que jamais, les salariés de Koyo Vierzon, et notamment leur syndicat majoritaire, se doivent de garder l'œil ouvert.

Fraternellement.

Arnaud Touchard.

Ce jeudi 1er octobre, les 57 salariés licenciés de l’entreprise Koyo à Moult et qui devaient être transférés à Vierzon, comparaissent en audience de conciliation du conseil de prud’hommes de Caen. Les 57, explique la presse normance, ont refusé des postes. D'autres salariés se seraient rendus à Vierzon, mais personne n'a pu leur indiquer leur poste.

Voici ce qu'on peut lire sur le site de la Liberté : "En juin 2014, les salariés de cette entreprise, qui fabriquait des roulements à aiguilles pour l’aéronautique, apprenaient le transfert de leur usine à Vierzon. Ce déménagement de l’outil de production, sous la forme d’une transmission universelle de patrimoine, a été officialisé en novembre 2014. Le transfert a alors été proposé à 52 des 65 salariés. Me Élise Brand qui défend les salariés moultais soutient :

« Des salariés se sont rendus à Vierzon. Mais on n’a pas pu leur indiquer quel était leur poste. L’expert mandaté n’a pas non plus vu quels étaient les postes proposés. »

Le 5 février, les employés, en grève illimitée, ont commencé à occuper le site de l’entreprise à Moult. Vingt-et-un d’entre eux avaient été assignés au tribunal de grande instance de Caen. La direction leur reprochait l’occupation illicite du site. La justice, le 20 février, donnait gain de cause aux salariés qui ont continué l’occupation de l’usine. Mais désormais, cette dernière est vide. Les salariés sans emplois. Hormis ceux titulaires d’un mandat de représentation, tous les salariés de l’entreprise Koyo ont reçu leur lettre de licenciement. Au total 57 personnes sont concernées. Aucun salarié n’ayant souhaité être muté à Vierzon."

Souvenez-vous : l'entreprise Koyo, à Moult, en Normandie, annonce sa fermeture. Les salariés doivent être mutés sur le site de Vierzon qui s'est modernisé pour accueillir une nouvelle production et les salariés supplémentaires. Sauf que, explique le site Normandie 14 actu : "Parmi les 62 salariés de Koyo à Moult « aucun n’a accepté d’être reclassé à l’usine de Vierzon, pour des raisons familiales évidentes » et « aucun reclassement en interne n’a été mis en œuvre non plus », annonce le secrétaire du CHSCT, Arnaud Touchard, fin septembre 2015. Selon lui, les notifications de licenciement « pour les salariés non protégés », seraient arrivées courant septembre 2015 : Ce courrier met un terme à plus de 15 mois d’angoisse, de lutte pour sauver nos emplois, et d’espoirs ruinés. Le personnel est à la fois soulagé de pouvoir tourner la page, et profondément attristé de voir son usine et son emploi disparaître pour de bon », précise-t-il.

De plus, "sur les 57 salariés licenciés de l’entreprise Koyo, basée à Moult, près de Caen (Calvados), 54 ont rendez-vous devant le conseil de prud’hommes de Caen, jeudi 1er octobre 2015. Ils contestent les mesures de licenciements prises par leur entreprise en juillet 2014, pour motif économique." Le malheur des uns ferait le bonheur (politique) des autres car si aucun salarié de Moult ne vient à Vierzon, il faudra bien quand même que Koyo embauche pour faire tourner ses machines. On voit dékà les politiques se frotter les mains pour dire qu'on embauche à Vierzon. Oui, c'est sûr, mais au détriment d'une cinquantaine de familels normandes.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents