Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


L'équilibre financier du fonctionnement centre municipal de santé n'est pas acquis

Publié par vierzonitude sur 10 Juin 2016, 12:30pm

L'équilibre financier du fonctionnement centre municipal de santé n'est pas acquis

A Vierzon, le financement du centre municipal de santé qui sera construit route de Neuvy pose question. La preuve : lors de la réunion de quartier du jeudi 9 juin, une participante a abordé la question de la rémunération des praticiens du centre de santé, explique la presse locale. « Comment seront-ils payés ? », demande cette Vierzonnaise. "Élisabeth Hovasse, adjointe à la santé, a expliqué que « les recettes proviendront des honoraires remboursés par la sécurité sociale ». Elle a précisé que les recrutements seront extérieurs à la ville", souligne la presse.
Mais la réponse du maire de Vierzon montre que le financement total n'est pas acquis. D'autant que c'est un groupement d'intérêt public composé de la ville, du CCAS (financé par la villeà), de la communauté de communes et du centre hospitalier qui sera créé pour gérer financièrement les salaires des médecins et autres professions médicales." Le maire a précisé qu'avec « deux cabinets dentaires, les recettes devraient être suffisantes pour atteindre l'équilibre. D'autant que nous paierons un loyer très bas : moins de 50.000 euros par an ».
On appréciera le "devraient être suffisantes pour atteindre l'équilibre". Question, non posée : et si l'équilibre n'est pas atteinte, qui paye ?

A Vierzon, confirme la presse locale, les médecins du futur centre santé municipal, seront salariés. Plus du tout libéraux, salariés. Par qui ? Un groupement d'intérêt public composé de la ville, du CCAS (financé par la villeà), de la communauté de commuens et du centre hospitalier. Les médecins-salariés percevront, écrit la presse locale, des "prestations", en complément "d'un salaire fixe". D'où viennent ces prestations ? Qui paye le salaire fix et à combien il se montera ? Car on se demande pourquoi la ville de Vierzon privilégie ce genre de financement à une maison pluridisciplinaire comme au Val d'Auron à Bourges ? Qui amorcera la pompe financière du groupement d'intérêt public qui, espre-t-on, sera financé à 100% par les prestations des médecins, cabinets dentaires etc. Des questions qui mériteraient des réponses.

Et pendant que tout le monde avait les yeux rivés sur les crues du Cher et de l'Yèvre, hop, en douce, la municipalité de Vierzon a posé, vendredi après-midi, la première pierre du centre de santé municipal à l'ancien stade port Arthur. Rappelons que le bâtiment est une construction de l'Office public HLM. Le but : salarier des médecins et des professions médicales pour tenter de les fixer. Vierzonitude s'est toujours opposé à cette idée, privilégiant plutôt les maisons pluridisciplinaires de santé où les professions de santé restent libérales et non salariées. Reste à savoir combien de médecins SUPPLEMENTAIRES la ville de Vierzon parviendra à attirer. On dit SUPPLEMENTAIRES car si l'objectif est de salarier des médecins libéraux déjà existants à Vierzon, on ne voit pas l'intérêt. En dehors du coût du bâtiment, on aimerait surtout savoir combien coûtera ce projet aux contribuables ? Ouverture dans le courant du deuxième trimestre 2017.

Selon le quotidien Le Monde," En 2025, la France aura perdu un médecin généraliste sur quatre en vingt ans. Les différentes aides financières à l’installation n’y auront rien changé : la France manque toujours de médecins généralistes. Leur nombre a diminué de 8,4 % entre 2007 et 2016, selon les chiffres publiés jeudi 2 juin par le Conseil national de l’ordre des médecins (CNOM) dans son atlas de la démographie médicale.
Liée au non-remplacement d’une partie des départs à la retraite, cette chute « inexorable » et « préoccupante » devrait même se poursuivre jusqu’en 2025 et se traduire par « la perte d’un médecin généraliste sur quatre sur la période 2007-2025 », estime l’ordre.
La pénurie affecte aussi bien des territoires ruraux que des zones urbaines. Entre 2007 et 2016, tous les départements français – sauf la Savoie (+1 %) et la Loire-Atlantique (0 %) – ont enregistré une baisse de leur « densité médicale », c’est-à-dire du nombre de médecins rapporté à la population. Paris et le département de la Nièvre ont chacun perdu un quart de leurs généralistes au cours de cette période."

L'équilibre financier du fonctionnement centre municipal de santé n'est pas acquis
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Alexandre 08/06/2016 08:33

Mais diable, que c'est moche, quelle perte de valeur pour la ville.

L'universelle et indifférenciable architecture béton cubique...

Athos 07/06/2016 23:26

Les soignants du centre municipal seront donc salariés avec des contrats de droit privé, et en aucun cas fonctionnaires, comme cela a été dit sur ce blog. Il ne pouvait en être autrement.

Les prestations, en plus de leurs salaires fixes, pourraient être, c'est une supposition, un pourcentage des actes réalisés, une sorte d'intéressement, pour les motiver, afin que le centre ne soit pas déficitaire, car là pour le coup, c'est le contribuable qui serait mis à contribution.

Le montant des salaires fixes et le calcul d'une éventuelle part variable doivent rester confidentiels. Cela ne nous regarde pas.

vierzonitude 08/06/2016 06:56

Si cela nous regarde justement !

Jag 07/06/2016 19:34

et Hop, un sovkhoze à Vierzon. Dans notre monde libéral, c'est fait pour attirer l'attention sur Vierzon...en pleine économie dirigiste...c'était tendance dans les années 1920. On va passer à la TéVé.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents