Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Le brûlage des herbes folles au chalumeau est écologique, nous affirme-t-on

Publié par vierzonitude sur 15 Septembre 2016, 09:19am

Un lecteur de Vierzonitude nous envoie ceci :

"Le point de vue écologique est tout prouvé. Le gaz contenu dans la bouteille, lors de la réaction chimique exothermique, c'est-à-dire avec dégagement de chaleur, se transforme à 85 % en vapeur d'eau invisible mais eau H2O tout de même, comme celle du robinet. Les 15 autres % restants sont essentiellement du gaz carbonique CO2 et pratiquement sans libération de micro particules contrairement aux moteurs diesel. C'est ce qui fait l'intérêt des véhicules automobiles roulant au GPL, car ce GPL est, à peu de chose près, le même gaz que celui contenu dans la bonbonne du désherbeur thermique. La grosse différence est la taxe appliquée. Pour la bonbonne, il s'agit de la TVA. Pour le GPL, il s'agit de la taxe sur les carburants et tout le monde imagine la différence de ratio entre les deux. C'est aussi pour cela qu'à l'intérieur des ateliers d'usine les chariots élévateurs à fourches, s'ils ne sont pas à force motrice électrique, utilisent le gaz comme carburant afin de ne pas polluer et en accord avec les normes sanitaires.

Une précaution à prendre: il ne faut pas calciner la plante afin d'éviter ensuite l'émission de particules carbonée dans l'atmosphère. Il faut juste la chauffer afin de détruire les molécules de protéine de cette plante qui finira, au bout de quelques jours par sécher, un peu comme l'herbe de nos pelouses en ce moment. Mais il ne s'agit pas d'un problème écologique du procédé, seulement d'une bonne formation des opérateurs.

Il faut donc cesser de faire cette désinformation non étayée et non vérifiée à chaque post sur ce sujet. En ce qui me concerne et pour une fois, je félicite les décideurs municipaux qui ont opté pour cette technique de désherbage car elle est la plus écologique possible."

La vache, ça ne rigole à Vierzon avec les herbes folles ! Hop, grillé comme sur le barbecue. C'est sans doute efficace mais d'un point de vue écologique, ça reste à prouver... (photos envoyées par un internaute)
La vache, ça ne rigole à Vierzon avec les herbes folles ! Hop, grillé comme sur le barbecue. C'est sans doute efficace mais d'un point de vue écologique, ça reste à prouver... (photos envoyées par un internaute)

La vache, ça ne rigole à Vierzon avec les herbes folles ! Hop, grillé comme sur le barbecue. C'est sans doute efficace mais d'un point de vue écologique, ça reste à prouver... (photos envoyées par un internaute)

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

micka 15/09/2016 15:48

Belle architecture derrière le bruleur.c'est bien peint les murs-)

Cassandre 15/09/2016 10:20

C'est vraiment du grand n'importe quoi, en brulant de la sorte les mauvaises herbes vous leurs produisez de l'engrais , pour qu'elles repoussent encore plus vite. Il faut vraiment etre un sacré imbecile ne comprenant rien au vivant, pour procéder de la sorte, mais cela est toute l'histoire de vierzon

Pourtant la solution intelligente est trés simple, verser de l'eau bouillante au printemps et en été pour que la plante disparaisse définitivement. Je l'ais déja dit, mais dans cette ville de malades , on n'écoute que les génies salarié de la ville , jamais les habitants qui sont bien sur toujours trop cons, face aux érudis municipeaux, merci qui ? Merci monsieur le député maire , et à son équipe à l'imagination si fertile , bornée et dogmatique à souhait et sans limites.

vierzonitude 15/09/2016 15:41

Pour apporter une info supplémentaire : l'eau bouillante a été déjà été testée à Vierzon. Mais cela ressemblait plus à la confection de tisane qu'à une véritable éradication des herbes folles...

LEROY 15/09/2016 15:37

Mail de Cassandre : "Pourtant la solution intelligente est très simple, verser de l'eau bouillante au printemps et en été pour que la plante disparaisse définitivement" : c'est sans doute très simple mais pas très pratique pour les employés municipaux de promener l'eau bouillante pour désherber les trottoirs. Pour info les brûleurs sont acceptés en agriculture bio.

Tournesol 15/09/2016 13:41

Bravo ! Détruire une plante par la chaleur contenue dans l'eau bouillante ne produit pas de résidu alors que la chaleur apportée par la flamme incandescente du gaz produit de l'engrais. L'eau bouillante permet donc la disparition spontanée de la matière constituant la plante. Or, d'après la relation fondamentale d'Einstein E = mc2, la matière ne disparaît pas sauf si ses atomes sont cassés par fission nucléaire ou fusion nucléaire, auquel cas cette matière disparaît pour se convertir en énergie (c'est ce qui se passe dans le coeur des réacteurs des centrales nucléaires, dans le coeur des étoiles et lors de l'explosion d'une bombe atomique).
Cassandre pourrait-elle expliquer aux sacrés imbéciles ne comprenant rien au vivant ce qu'est justement le vivant, ce que sont les acides aminés, ce que sont l'acide ribonucléique et l'acide désoxyribonucléique, ce que sont une molécule, une chaîne de molécules, un atome, ceci sans nous recopier les définitions de ces différents termes accessibles sur le web ?
Parce qu'avant de traiter agressivement les autres d'imbéciles et de malades, il faut avoir un bon niveau intellectuel de connaissances et de compréhension, ce qui n'est évidemment pas le cas de Cassandre à la lecture de ses différents commentaires. Mais il est vrai qu'on prétend que le ridicule ne tue pas.
Une précision: je n'ai aucun lien avec les salariés de la ville ni avec la municipalité et je ne suis absolument pas un sympathisant des élus actuels.

Une question subsidiaire: si on pisse sur les mauvaises herbes au printemps et en été, disparaissent-elles définitivement sans produire d'engrais ? Parce que, finalement, il s'agit d'eau à une certaine température, ce qui rejoint les préconisations de Cassandre.

Je réitère donc la conclusion contenue dans mon commentaire précédent: "JE FELICITE LES DECIDEURS MUNICIPAUX AYANT OPTE POUR CETTE TECHNIQUE DE DESHERBAGE".

Et pour finir, je veux mettre en évidence la différence de classe qui existe entre Vierzonitude et Cassandre. Dans différents posts, Vierzonitude a émis des doutes sur l'intérêt du désherbage thermique au gaz. Cependant, aujourd'hui, ce blog reprend mon commentaire pour le mettre en tête de gondole, sans le critiquer, en admettant qu'il puisse y avoir des avis contraires au sien et surtout sans traiter les autres de sacrés imbéciles et de malades. C'EST CELA LA CLASSE ! Et elle ne s'achète pas dans les Monoprix.

Tournesol 14/09/2016 21:06

Le point de vue écologique est tout prouvé. Le gaz contenu dans la bouteille, lors de la réaction chimique exothermique, c'est-à-dire avec dégagement de chaleur, se transforme à 85 % en vapeur d'eau invisible mais eau H2O tout de même, comme celle du robinet. Les 15 autres % restants sont essentiellement du gaz carbonique CO2 et pratiquement sans libération de micro particules contrairement aux moteurs diesel. C'est ce qui fait l'intérêt des véhicules automobiles roulant au GPL, car ce GPL est, à peu de chose près, le même gaz que celui contenu dans la bonbonne du désherbeur thermique. La grosse différence est la taxe appliquée. Pour la bonbonne, il s'agit de la TVA. Pour le GPL, il s'agit de la taxe sur les carburants et tout le monde imagine la différence de ratio entre les deux. C'est aussi pour cela qu'à l'intérieur des ateliers d'usine les chariots élévateurs à fourches, s'ils ne sont pas à force motrice électrique, utilisent le gaz comme carburant afin de ne pas polluer et en accord avec les normes sanitaires.
Une précaution à prendre: il ne faut pas calciner la plante afin d'éviter ensuite l'émission de particules carbonée dans l'atmosphère. Il faut juste la chauffer afin de détruire les molécules de protéine de cette plante qui finira, au bout de quelques jours par sécher, un peu comme l'herbe de nos pelouses en ce moment. Mais il ne s'agit pas d'un problème écologique du procédé, seulement d'une bonne formation des opérateurs.
Il faut donc cesser de faire cette désinformation non étayée et non vérifiée à chaque post sur ce sujet. En ce qui me concerne et pour une fois, je félicite les décideurs municipaux qui ont opté pour cette technique de désherbage car elle est la plus écologique possible.

Archives

Articles récents