Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Le patron du Refuge, Fred Gaté, un an déjà...

Publié par vierzonitude sur 24 Avril 2016, 11:08am

Fred Gaté, le patron du Refuge, Fred Gaté, a disparu il y a un an déjà. A cette occasion, nous avons reçu, de sa famille, cet hommage que nous publions :

Fred,
Un soir du 24 avril 2015,
La vitre du cadre s est brisée.
Un air que l on peut définir hésite
entre stupeur et chagrin,
Entre son et pensée,
Entre avenir et souvenir.
La paix, le silence
et toujours la mémoire

Arlette

Le patron du Refuge, Fred Gaté, un an déjà...

Un homme qui meurt, c'est toujours un drame. Un patron de bistrot qui meurt est un double drame, car en plus de plonger dans la peine famille, proches et amis, il laisse orphelin une longue traînée de clients derrière lui. Et à l'heure où les troquets s'éteignent une vitesse grand V, la disparition de Fred Gaté, le patron du Refuge, au Marché au Blé, comme l'annonce la presse locale, laisse un vide dans le bistrot et sur la place. Le Refuge est une institution qui dit bien son nom. Sur la place du Marché au Blé, Fred Gaté avait imposé un rythme, celui de l'animation sans qui rien n'est faisable. Impliqué parmi les commerçants, il était venu récemment, à la première réunion du Comité citoyen de défense du Vieux-Vierzon. Parce que, finalement, tenir un bistrot, animer une place et faire bouger les choses, c'est l'essence même de la vie, une vie qui a quitté ce patron emblématique de bar qui a trouvé un autre refuge.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

chat noir 15/06/2015 20:28

Rêver un impossible rêve
Porter le chagrin des départs
Brûler d’une possible fièvre
Partir où personne ne part
Aimer jusqu’à la déchirure
Aimer, même trop, même mal,
Tenter, sans force et sans armure,
D’atteindre l’inaccessible étoile
Telle est ma quête,
Suivre l’étoile
Peu m’importent mes chances
Peu m’importe le temps
Ou ma désespérance
Et puis lutter toujours
Sans questions ni repos
Se damner
Pour l’or d’un mot d’amour
Je ne sais si je serai ce héros
Mais mon coeur serait tranquille
Et les villes s’éclabousseraient de bleu
Parce qu’un malheureux
Brûle encore, bien qu’ayant tout brûlé
Brûle encore, même trop, même mal
Pour atteindre à s’en écarteler
Pour atteindre l’inaccessible étoile.
J Brel

chat noir 13/06/2015 22:59

Les amis ou la famille on aurait aimé qu'ils placent un petit mot. Mourir dans l'indifférence ça fait mal au coeur. Encore salut à toi fred pour les trop courts moment passé avec toi. Que ton dernier voyage se passe comme il faut sans trop de galères, bonne route à toi.

chat noir 12/06/2015 00:54

Aucun commentaire que c'est triste Vierzon au temps des amours mortes. Toutes mes condoléances pour la famille et les amis.

Archives

Articles récents