Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Les plus beaux gags vierzonnais de 2015 (1)

Publié par vierzonitude sur 27 Décembre 2015, 14:32pm

On a quand même bien ri sur Vierzonitude en 2015. On s'en remet une couche !

Dans un numéro spécial de quatre pages, la communauté de communes vante ses mérites 'avoir su miser sur le logistique à Vierzon ! On croit rêver. Mais non, explique le président de la communauté de communes, "c'est le rêve qui devient réalité". Le président de la CDC qui 'na peur de rien et le maire de Vierzon estiment avoir eu raison d'avoir cru en la logistique à Vierzon il y a quinze ans. Ils y croyaient tellement, qu'ils faisaient la promotion d'un vague projet bidon baptisé Commutor, un nom comme cela mais... sur le site de l'ancienne gare de triage où des trains devaient grimper des camions sur des plateformes ! Du coup, les mêmes élus qui n'ont peur de rien, voulaient créer un port sec, on ne sait où alors que la majorité d'alors, voulait créer une plate-forme logistique au Vieux-Domaine. Un projet auquel n'ont jamais cru les élus d'alors qui étaient vent debout contre ce projet et contre son coût. Alors que celui du bowling n'est rien (3,6 millions d'euros). La majorité précédente (avant 2008) créé un embranchement ferroviaire mais qui est douché par une décision du Préfet qui met la zone du vieux domaine en zone inondable avec des contraintes architecturales coûteuses. les élus actuels boivent du petit lait. les élus croient tellement en la logistique à Vierzon, qu'ils laissent pourrir les installations ferroviaires du Vieux-Domaine. Aujourd'hui, ils applaudissent des deux mains en tirant la couverture à eux : si le site du Vieux-Domaine n'avait pas existé avec les infrastructures qui sont les siennes, sans doute que le groupe Combronde serait allé ailleurs. Faute d'y avoir cru, en la zone du Vieux-domaine, la communauté de communes doit débourser 1,2 million d'euros pour refaire les voies. C'est à se tordre de rire face à l'humilité de nos élus.... Mais nous sommes en période électorale, non, tout est permis...

Dans un numéro spécial de quatre pages, la communauté de communes vante ses mérites 'avoir su miser sur le logistique à Vierzon ! On croit rêver. Mais non, explique le président de la communauté de communes, "c'est le rêve qui devient réalité". Le président de la CDC qui 'na peur de rien et le maire de Vierzon estiment avoir eu raison d'avoir cru en la logistique à Vierzon il y a quinze ans. Ils y croyaient tellement, qu'ils faisaient la promotion d'un vague projet bidon baptisé Commutor, un nom comme cela mais... sur le site de l'ancienne gare de triage où des trains devaient grimper des camions sur des plateformes ! Du coup, les mêmes élus qui n'ont peur de rien, voulaient créer un port sec, on ne sait où alors que la majorité d'alors, voulait créer une plate-forme logistique au Vieux-Domaine. Un projet auquel n'ont jamais cru les élus d'alors qui étaient vent debout contre ce projet et contre son coût. Alors que celui du bowling n'est rien (3,6 millions d'euros). La majorité précédente (avant 2008) créé un embranchement ferroviaire mais qui est douché par une décision du Préfet qui met la zone du vieux domaine en zone inondable avec des contraintes architecturales coûteuses. les élus actuels boivent du petit lait. les élus croient tellement en la logistique à Vierzon, qu'ils laissent pourrir les installations ferroviaires du Vieux-Domaine. Aujourd'hui, ils applaudissent des deux mains en tirant la couverture à eux : si le site du Vieux-Domaine n'avait pas existé avec les infrastructures qui sont les siennes, sans doute que le groupe Combronde serait allé ailleurs. Faute d'y avoir cru, en la zone du Vieux-domaine, la communauté de communes doit débourser 1,2 million d'euros pour refaire les voies. C'est à se tordre de rire face à l'humilité de nos élus.... Mais nous sommes en période électorale, non, tout est permis...

Etrange.... Pas de dossier vendredi 6 février au menu de la commission départementale d'aménagement commercial. Pourtant, il figurait à l'ordre du jour mais le promoteur l'a retiré puisque le bilan de la commission 2015 ne donne que la décision d'un ensemble commercial à Saint-Doulchard et rien à Vierzon... Étrange, en effet, que le promoteur qui a déjà déposé deux demandes d'extension de l'Orée de Sologne retoquées, renonce à l'examen de sa troisième demande. D'autant que sur son site, il promet une extension de 8.117 mètres carrés pour le premier semestre 2017. Poudre aux yeux... D'ici là, d'autres enseignes auront fermé. Après Gel 2000, certains évoquent le départ de Chaussée. Si la rumeur est arrivée aux oreilles des responsables du magasin, en revanche, ils affirment à Vierzonitude qu'ils ne sont au courant d'aucun départ. Un véritable brouillard cette zone de l'Orée de Sologne.

Etrange.... Pas de dossier vendredi 6 février au menu de la commission départementale d'aménagement commercial. Pourtant, il figurait à l'ordre du jour mais le promoteur l'a retiré puisque le bilan de la commission 2015 ne donne que la décision d'un ensemble commercial à Saint-Doulchard et rien à Vierzon... Étrange, en effet, que le promoteur qui a déjà déposé deux demandes d'extension de l'Orée de Sologne retoquées, renonce à l'examen de sa troisième demande. D'autant que sur son site, il promet une extension de 8.117 mètres carrés pour le premier semestre 2017. Poudre aux yeux... D'ici là, d'autres enseignes auront fermé. Après Gel 2000, certains évoquent le départ de Chaussée. Si la rumeur est arrivée aux oreilles des responsables du magasin, en revanche, ils affirment à Vierzonitude qu'ils ne sont au courant d'aucun départ. Un véritable brouillard cette zone de l'Orée de Sologne.

Vierzonitude sait rendre hommage, quand il le faut, aux saints hommes de Vierzon. Nous avons pu lire, avec plaisir, un article dans la presse locale consacré à Frédéric Couturier, maire-adjoint à la culture, à propos notamment des Estivales du Canal 2015, un peu rabotées car elles ne dureront plus qu'un mois au lieu de deux. Heureusement, le maire-adjoint a rappelé à ses concitoyens combien ils lui devaient tout. Après avoir créé et fait grandir le festival cap Scènes, le même a vite descendu ce festival-là de son piédestal pour créer le sien, les Estivales du Canal qui ne souffrent aucune concurrence. C'est pourquoi Vierzonitude tient à rendre hommage au talent et c'est pour cette raison que nous exhortons les élus de la majorité à rebaptiser les Estivales du Canal, les désormais Estivales de Fred.

Vierzonitude sait rendre hommage, quand il le faut, aux saints hommes de Vierzon. Nous avons pu lire, avec plaisir, un article dans la presse locale consacré à Frédéric Couturier, maire-adjoint à la culture, à propos notamment des Estivales du Canal 2015, un peu rabotées car elles ne dureront plus qu'un mois au lieu de deux. Heureusement, le maire-adjoint a rappelé à ses concitoyens combien ils lui devaient tout. Après avoir créé et fait grandir le festival cap Scènes, le même a vite descendu ce festival-là de son piédestal pour créer le sien, les Estivales du Canal qui ne souffrent aucune concurrence. C'est pourquoi Vierzonitude tient à rendre hommage au talent et c'est pour cette raison que nous exhortons les élus de la majorité à rebaptiser les Estivales du Canal, les désormais Estivales de Fred.

1.852 signatures pour la pétition du maire, comme l'annonce la presse, afin de réclamer à la fois une aide exceptionnelle de l'Etat et une reconfiguration de la dotation globale de fonctionnement pour la commune de Vierzon : voilà qui est bien peu, même en ayant fait appel aux camarades, même après avoir mis des urnes y compris à la crèche municipale et à la grand'messe des assises de la citoyenneté en décembre, même après avoir mis cette pétition en ligne et dans les boîtes à lettres des Vierzonnais.  1.852 signatures, cela représente un peu plus de 6,6% des 27.784 Vierzonnais dernièrement recensés. Ce n'est pas beaucoup. A une élection, ce serait carrément la honte. Cela fait quand même 25.952 Vierzonnais qui ne souhaitent pas ce que le maire demande, ou qui n'ont pas compris, ou qui s'en foutent, ou qui pensent qu'avant de demander de l'argent, il faut économiser celle qu'on a, éviter de la gaspiller dans des gabegies comme une ancienne église, un bowling, un office de tourisme démesuré, un auditorium de luxe... A Vierzon, les habitants ne roulent pas sur l'or. Disons que 1.852 signatures pour cette pétition, cela ne montre pas que les Vierzonnais font bloc derrière leurs élus, pas de la majorité car on espère que les Socialistes n'ont pas participé à cette comédie. Mais ce peu de signature peine à justifier cette somme, mis dans le budget de la ville mais que la ville n'a pas, plus de 600.000 euros quand même. On espère que le maire écrira personnellement aux 1.852 signatures pour les remercier. Enfin, non, ça risqurait encore de coûter cher en timbres.

1.852 signatures pour la pétition du maire, comme l'annonce la presse, afin de réclamer à la fois une aide exceptionnelle de l'Etat et une reconfiguration de la dotation globale de fonctionnement pour la commune de Vierzon : voilà qui est bien peu, même en ayant fait appel aux camarades, même après avoir mis des urnes y compris à la crèche municipale et à la grand'messe des assises de la citoyenneté en décembre, même après avoir mis cette pétition en ligne et dans les boîtes à lettres des Vierzonnais. 1.852 signatures, cela représente un peu plus de 6,6% des 27.784 Vierzonnais dernièrement recensés. Ce n'est pas beaucoup. A une élection, ce serait carrément la honte. Cela fait quand même 25.952 Vierzonnais qui ne souhaitent pas ce que le maire demande, ou qui n'ont pas compris, ou qui s'en foutent, ou qui pensent qu'avant de demander de l'argent, il faut économiser celle qu'on a, éviter de la gaspiller dans des gabegies comme une ancienne église, un bowling, un office de tourisme démesuré, un auditorium de luxe... A Vierzon, les habitants ne roulent pas sur l'or. Disons que 1.852 signatures pour cette pétition, cela ne montre pas que les Vierzonnais font bloc derrière leurs élus, pas de la majorité car on espère que les Socialistes n'ont pas participé à cette comédie. Mais ce peu de signature peine à justifier cette somme, mis dans le budget de la ville mais que la ville n'a pas, plus de 600.000 euros quand même. On espère que le maire écrira personnellement aux 1.852 signatures pour les remercier. Enfin, non, ça risqurait encore de coûter cher en timbres.

Suivre ce blog    Rechercher    Editer l'article  Administration    Vierzonitude   Vierzonitude Tout savoir, ici, sur Vierzon, ce que vous n'apprendrez pas ailleurs. Accueil   Pages   Catégories   Archives   S'abonner   Contact  RSS S'abonner Contact  Recherche... A Vierzon, on vole même les hosties ! Il n'est jamais ciboire pour se repentir ! Publié le 26 Janvier 2015 par vierzonitude in Faits divers A Vierzon, on vole même les hosties ! Il n'est jamais ciboire pour se repentir ! Voilà qui n'est pas banal ! Un voleur a piqué les hosties à l'église Notre-Dame, nous apprend la presse locale. Et en prime, il a embarqué le ciboire qui les contenait. En ces temps tourmentés où certains agitent le retour du délit de blasphème, là on touche carrément à la profonation. Sans doute que le pilleur de tronc en avait plus après le ciboire qu'après les hosties. Hosties soient qui mal y pense ! Décidemment, dans cette ville, on a droit à tout. Entre une municipalité qui rachète une ancienne église désacralisée et un petit malin qui dérobe un ciboire rempli d'hosties, on ne s'ennuie pas une minute !  Pour chourrer le ciboire, le mécréant a fracturé le tabernacle, le meuble dans lequel se trouve le ciboire et les hosties. C'est bon, vous cernez ? On peut comprendre qu'en n'étant pas de la maison, on s'y perde un peu. Le sujet est suffisamment sérieux pour que "Mgr Armand Maillard, en accord avec le code de droit canonique, a décidé de suspendre temporairement le culte catholique dans l’église" lit-on dans la presse locale. Fichtre. "Une messe de réparation, décidée par Mgr Maillard, aura lieu vendredi 6 février, à 12 h 15, en l’église Notre-Dame". Imaginez si le vin de messe avait disparu ! L'église était fermée pour le restant de l'année. Bon, on blasphème, on blasphème mais tout de même, ce sont des hosties consacrées, pas des chewing-gum ni des Mon Chéri tout de même. "Les catholiques ne peuvent qu'être blessés par cet acte qui touche des hosties consacrées, représentant pour eux une des manifestations de présence réelle du Christ dans la communauté » a déclaré le diocèse" à la presse. Maintenant, ciboire est interdit alors....

Suivre ce blog Rechercher Editer l'article Administration Vierzonitude Vierzonitude Tout savoir, ici, sur Vierzon, ce que vous n'apprendrez pas ailleurs. Accueil Pages Catégories Archives S'abonner Contact RSS S'abonner Contact Recherche... A Vierzon, on vole même les hosties ! Il n'est jamais ciboire pour se repentir ! Publié le 26 Janvier 2015 par vierzonitude in Faits divers A Vierzon, on vole même les hosties ! Il n'est jamais ciboire pour se repentir ! Voilà qui n'est pas banal ! Un voleur a piqué les hosties à l'église Notre-Dame, nous apprend la presse locale. Et en prime, il a embarqué le ciboire qui les contenait. En ces temps tourmentés où certains agitent le retour du délit de blasphème, là on touche carrément à la profonation. Sans doute que le pilleur de tronc en avait plus après le ciboire qu'après les hosties. Hosties soient qui mal y pense ! Décidemment, dans cette ville, on a droit à tout. Entre une municipalité qui rachète une ancienne église désacralisée et un petit malin qui dérobe un ciboire rempli d'hosties, on ne s'ennuie pas une minute ! Pour chourrer le ciboire, le mécréant a fracturé le tabernacle, le meuble dans lequel se trouve le ciboire et les hosties. C'est bon, vous cernez ? On peut comprendre qu'en n'étant pas de la maison, on s'y perde un peu. Le sujet est suffisamment sérieux pour que "Mgr Armand Maillard, en accord avec le code de droit canonique, a décidé de suspendre temporairement le culte catholique dans l’église" lit-on dans la presse locale. Fichtre. "Une messe de réparation, décidée par Mgr Maillard, aura lieu vendredi 6 février, à 12 h 15, en l’église Notre-Dame". Imaginez si le vin de messe avait disparu ! L'église était fermée pour le restant de l'année. Bon, on blasphème, on blasphème mais tout de même, ce sont des hosties consacrées, pas des chewing-gum ni des Mon Chéri tout de même. "Les catholiques ne peuvent qu'être blessés par cet acte qui touche des hosties consacrées, représentant pour eux une des manifestations de présence réelle du Christ dans la communauté » a déclaré le diocèse" à la presse. Maintenant, ciboire est interdit alors....

Fichtre, la mairie de Vierzon déménage et personne n'est au courant. On savait que c'était le cirque entre le P.S et leP.C mais là, on a confirmation....

Fichtre, la mairie de Vierzon déménage et personne n'est au courant. On savait que c'était le cirque entre le P.S et leP.C mais là, on a confirmation....

l doit exister des fichiers qui ne sont pas à jour. Et ce peut être très fâcheux. L'histoire de cette Vierzonnaise que Vierzonitude a rencontrée serait finalement d'une drôlerie sans borne si elle ne cachait pas une tristesse profonde et pathétique. La maman de cette Vierzonnaise, une ancienne employée municipale meurt en 2012 à plus de 90 ans. Sa fille qui occupe alors la maison de sa mère reçoit des condoléances en règle de la part de son dernier employeur, la ville de Vierzon. Fin 2013, pas de bavures : aucune carte de voeux à l'adresse de la Vierzonnaise décédée. Fin 2013, rien non plus. Mais voici quelques jours, dans le courrier habituel, la fille de l'ex-employée municipale repère une enveloppe au nom de sa mère avec, à l'intérieur une invitation pour le 9 janvier prochain aux voeux du.... personnel municipal ! Délicate attention qui bien sûr ne sera pas suivie d'effet. L'ex-employée municipale, et ceci n'est en aucun cas une blague, a terminé sa carrière professionnelle au.... service des cimetières. Qu'elle a rejoint malgré elle et pour de vrai, en 2012. Heureusement que les Vierzonnais ont le sens de l'humour... noire !

l doit exister des fichiers qui ne sont pas à jour. Et ce peut être très fâcheux. L'histoire de cette Vierzonnaise que Vierzonitude a rencontrée serait finalement d'une drôlerie sans borne si elle ne cachait pas une tristesse profonde et pathétique. La maman de cette Vierzonnaise, une ancienne employée municipale meurt en 2012 à plus de 90 ans. Sa fille qui occupe alors la maison de sa mère reçoit des condoléances en règle de la part de son dernier employeur, la ville de Vierzon. Fin 2013, pas de bavures : aucune carte de voeux à l'adresse de la Vierzonnaise décédée. Fin 2013, rien non plus. Mais voici quelques jours, dans le courrier habituel, la fille de l'ex-employée municipale repère une enveloppe au nom de sa mère avec, à l'intérieur une invitation pour le 9 janvier prochain aux voeux du.... personnel municipal ! Délicate attention qui bien sûr ne sera pas suivie d'effet. L'ex-employée municipale, et ceci n'est en aucun cas une blague, a terminé sa carrière professionnelle au.... service des cimetières. Qu'elle a rejoint malgré elle et pour de vrai, en 2012. Heureusement que les Vierzonnais ont le sens de l'humour... noire !

L'économie vierzonnaise frémit à nouveau./ Après des embauches dans des grandes entreprises de Vierzon, une prostituée a été aperçue, jeudi matin, route de la ... Croix, sous le pont de l'autoroute. sans doute un nouveau péage... Aussitôt installée, aussitôt délogée par la police, rapporte un témoin de la scène. Voilà une bonne nouvelle pour notre économie locale, la vente de capotes va repartir à la hausse. Quand la croissance est de retour, le chômage recule... On ne présagera pas de la suite... de cette évidence !

L'économie vierzonnaise frémit à nouveau./ Après des embauches dans des grandes entreprises de Vierzon, une prostituée a été aperçue, jeudi matin, route de la ... Croix, sous le pont de l'autoroute. sans doute un nouveau péage... Aussitôt installée, aussitôt délogée par la police, rapporte un témoin de la scène. Voilà une bonne nouvelle pour notre économie locale, la vente de capotes va repartir à la hausse. Quand la croissance est de retour, le chômage recule... On ne présagera pas de la suite... de cette évidence !

3.151.163,76 euros, c'est le nouveau montant du bowling, partie publique, c'est-à-dire le prix de la réhabilitation d'une partie du B3. Après s'être extasié devant la beauté de cette réhabilitation (avec plus de 3 millions d'euros, manquerait plus que ce soit moche), nos chers élus ont fait parler le tiroir-caisse. Figurez-vous que, selon leurs chiffres, le prix de l'investissement public ne dépasserait pas les 3,2 millions d'euros. C'est étonnant : depuis le début de cette aventure, le prix n'a cessé de grimper, comme le démontre Vierzonitude. En février 2015, dans une délibération du conseil municipal, les élus évoquaient un prix de 3,6 millions d'euros hors-taxe et deux mois plus tard, la facture a fondu à 3.151.000 euros. Curieusement, il faut quand même solliciter la région à hauteur de 200.000 euros de plus, donc si on comprend bien, la région centre aura subventionné le bowling à hauteur de 1.637.000 d'euros ! Comment comprendre que d'un seul coup le prix baisse mais qu'il faille demander plus d'argent du contribuable à la région !

3.151.163,76 euros, c'est le nouveau montant du bowling, partie publique, c'est-à-dire le prix de la réhabilitation d'une partie du B3. Après s'être extasié devant la beauté de cette réhabilitation (avec plus de 3 millions d'euros, manquerait plus que ce soit moche), nos chers élus ont fait parler le tiroir-caisse. Figurez-vous que, selon leurs chiffres, le prix de l'investissement public ne dépasserait pas les 3,2 millions d'euros. C'est étonnant : depuis le début de cette aventure, le prix n'a cessé de grimper, comme le démontre Vierzonitude. En février 2015, dans une délibération du conseil municipal, les élus évoquaient un prix de 3,6 millions d'euros hors-taxe et deux mois plus tard, la facture a fondu à 3.151.000 euros. Curieusement, il faut quand même solliciter la région à hauteur de 200.000 euros de plus, donc si on comprend bien, la région centre aura subventionné le bowling à hauteur de 1.637.000 d'euros ! Comment comprendre que d'un seul coup le prix baisse mais qu'il faille demander plus d'argent du contribuable à la région !

Ca y est ! La célèbre chanson de Jacques Brel va prendre tout son sens. Vite à la réécriture. "T'as voulu voir Vierzon, c'est Vierzon qui t'verra ! Ou Vierzon qui t'as vu !" Et oui, parce que ça y est, les panneaux annonçant que Vierzon est une ville fliquée, vidéo-surveillée, vidéo-protégée, vidéo-communiste, vidéo-socialiste (mais juste un peu...), commencent à avertir les touristes, les pauvres ils ne sont pas nombreux, que ça y est, Vierzon possède ses caméras de surveillance, prêtes à vous mater, prêtes à vous surveilelr, on se demande comment car au bout des caméras, il n'y aura personne ! En gros, on se fait agresser et après on regarde le film pour savoir si on reconnaît les agresseurs. Voilà. Mais, oui, ça y est, Vierzon qui était jadis Brélienne, est devenue Sarkoziste, au temps où il était ministre de l'intérieur. C'est étonnant : pour éviter que la ville de Vierzon ne tombe aux mains du Front national aux prochaones élections, la ville de gauche, Vierzon, pratique une politique de droite. Ca va fliquer, ca va surveiller, ca va filmer, tout ça, pour quoi ? Pour rassurer.  T'as voulu voir Vierzon, c'est Vierzon qui t'a vu,  T'as voulu voir Vierzon, mais un t'as une cam' au cul ! T'as voulu voir Vierzon et te voilà filmer T'as voulu voir Vierzon et te voilà fliquer...

Ca y est ! La célèbre chanson de Jacques Brel va prendre tout son sens. Vite à la réécriture. "T'as voulu voir Vierzon, c'est Vierzon qui t'verra ! Ou Vierzon qui t'as vu !" Et oui, parce que ça y est, les panneaux annonçant que Vierzon est une ville fliquée, vidéo-surveillée, vidéo-protégée, vidéo-communiste, vidéo-socialiste (mais juste un peu...), commencent à avertir les touristes, les pauvres ils ne sont pas nombreux, que ça y est, Vierzon possède ses caméras de surveillance, prêtes à vous mater, prêtes à vous surveilelr, on se demande comment car au bout des caméras, il n'y aura personne ! En gros, on se fait agresser et après on regarde le film pour savoir si on reconnaît les agresseurs. Voilà. Mais, oui, ça y est, Vierzon qui était jadis Brélienne, est devenue Sarkoziste, au temps où il était ministre de l'intérieur. C'est étonnant : pour éviter que la ville de Vierzon ne tombe aux mains du Front national aux prochaones élections, la ville de gauche, Vierzon, pratique une politique de droite. Ca va fliquer, ca va surveiller, ca va filmer, tout ça, pour quoi ? Pour rassurer. T'as voulu voir Vierzon, c'est Vierzon qui t'a vu, T'as voulu voir Vierzon, mais un t'as une cam' au cul ! T'as voulu voir Vierzon et te voilà filmer T'as voulu voir Vierzon et te voilà fliquer...

Depuis mercredi 25 février, l'opposition centriste de Vierzon, a été exflitrée du centre-ville pour une cage à lapin à Joliot-Curie. Finalement, l'opposition a cédé aux avances de la municipalité en les collant loin du centre-ville,d ans un ancien appartement de fonction, même pas rafraîchi puisque la couleur criarde orange que l'on voit sur les images ci-dessous perdue. Le loval de la rue Armand-Brunet est vide au rez-de-chausée. Ce bâtiment est voué à la démolition et l'opposition est désormais vouée à l'oubli. Envoyez vos pigeons voyageurs, vos pie,s vos corbeaux, vos colombes parce que là-bas, elle va vavhement déprimée l'opposition. Qui semble ne pas s'être trop opposée à être bannie du centre-ville. Vive la démocratie vierzonnaise !

Depuis mercredi 25 février, l'opposition centriste de Vierzon, a été exflitrée du centre-ville pour une cage à lapin à Joliot-Curie. Finalement, l'opposition a cédé aux avances de la municipalité en les collant loin du centre-ville,d ans un ancien appartement de fonction, même pas rafraîchi puisque la couleur criarde orange que l'on voit sur les images ci-dessous perdue. Le loval de la rue Armand-Brunet est vide au rez-de-chausée. Ce bâtiment est voué à la démolition et l'opposition est désormais vouée à l'oubli. Envoyez vos pigeons voyageurs, vos pie,s vos corbeaux, vos colombes parce que là-bas, elle va vavhement déprimée l'opposition. Qui semble ne pas s'être trop opposée à être bannie du centre-ville. Vive la démocratie vierzonnaise !

On découvre, dans la presse locale, le nom du couteux auditorium de l'école de musique, construit sur les terres du lycée Henri-Brisson. Vierzonitude, dont le regard est forcément perverti par l'actuel procès du Carlton de Lilles avait lu le DSK... au lieu du DKL. L'auditoirum DSK avec concert de Dodo la Saumure et spectacle de pipeaux en cascade, avouez qu'il aurait fait le plein ! Le DKL ? Mais qu'est ce qui se cache derrière ses trois lettres ? "Ce terme argotique qui signifie "évasion" rend hommage aux anciens lycéens de Brisson qui chantaient la DKL, hymne des Vierz’arts.

On découvre, dans la presse locale, le nom du couteux auditorium de l'école de musique, construit sur les terres du lycée Henri-Brisson. Vierzonitude, dont le regard est forcément perverti par l'actuel procès du Carlton de Lilles avait lu le DSK... au lieu du DKL. L'auditoirum DSK avec concert de Dodo la Saumure et spectacle de pipeaux en cascade, avouez qu'il aurait fait le plein ! Le DKL ? Mais qu'est ce qui se cache derrière ses trois lettres ? "Ce terme argotique qui signifie "évasion" rend hommage aux anciens lycéens de Brisson qui chantaient la DKL, hymne des Vierz’arts.

Le coco vain de l'opposition... N'empêche que le coco même vain chante toujours à Vierzon !

Le coco vain de l'opposition... N'empêche que le coco même vain chante toujours à Vierzon !

Les plus beaux gags vierzonnais de 2015 (1)
Patrick Dubois, l'ancien patron de Carroy-Giraudon-Reixit, symboliserait-il, aujourd'hui, l'anti-patronat aux dents longues, suceur de dividendes, incarnation maléfique du capitalisme sans pitié, suppôt du Medef perfusé au grand capital ? L'ex-de la dernière entreprise de machinisme agricole, reprise après une inéluctable liquidation judiciaire (que Vierzonitude a largement racontée), par les Forges de Margerides (Allier), vit, devant son ancienne usine... dans un camping-car. Prestataire de services pour le nouveau patron de Carroy-Reixit, Patrick Dubois s'est installé, dans un camping-car, à deux pas de ses bureaux, enfin de ses anciens bureaux. A cheval sur l'usine vierzonnaise et sur une autre unité dans l'Allier, l'ex-patron vit de nomadisme, quand même confortable, entre SDF industriel et intermittent du spectacle économique. Dans une ville comme Vierzon, passer devant une entreprise où un ex-patron vit dans un camping-car devrait inciter d'autres investisseurs à s'installer : fabricant de mobiles-homes, de tentes-minutes, d'abris en cartons ou de roulottes, à planter des locaux sur l'une des zones industrielles de la cité, entre Emmaüs et le Secours populaire. D'aucuns penseront que c'est un juste retour des choses : l'exploitation de l'homme par l'homme n'est plus tenable dans une société où des élus de gauche, socialistes même, sifflent le mot entreprise, alors un ex-patron dans un camping-car, n'est-ce pas la version moderne d'une certaine gauche, de leur pendaison avec les tripes des curés ?

Patrick Dubois, l'ancien patron de Carroy-Giraudon-Reixit, symboliserait-il, aujourd'hui, l'anti-patronat aux dents longues, suceur de dividendes, incarnation maléfique du capitalisme sans pitié, suppôt du Medef perfusé au grand capital ? L'ex-de la dernière entreprise de machinisme agricole, reprise après une inéluctable liquidation judiciaire (que Vierzonitude a largement racontée), par les Forges de Margerides (Allier), vit, devant son ancienne usine... dans un camping-car. Prestataire de services pour le nouveau patron de Carroy-Reixit, Patrick Dubois s'est installé, dans un camping-car, à deux pas de ses bureaux, enfin de ses anciens bureaux. A cheval sur l'usine vierzonnaise et sur une autre unité dans l'Allier, l'ex-patron vit de nomadisme, quand même confortable, entre SDF industriel et intermittent du spectacle économique. Dans une ville comme Vierzon, passer devant une entreprise où un ex-patron vit dans un camping-car devrait inciter d'autres investisseurs à s'installer : fabricant de mobiles-homes, de tentes-minutes, d'abris en cartons ou de roulottes, à planter des locaux sur l'une des zones industrielles de la cité, entre Emmaüs et le Secours populaire. D'aucuns penseront que c'est un juste retour des choses : l'exploitation de l'homme par l'homme n'est plus tenable dans une société où des élus de gauche, socialistes même, sifflent le mot entreprise, alors un ex-patron dans un camping-car, n'est-ce pas la version moderne d'une certaine gauche, de leur pendaison avec les tripes des curés ?

Pour éviter les pesticides, la ville de Vierzon avait déjà opté pour le désherbage à l'eau bouillante. Là, on est passé un cran au-dessus avec le désherbage au chalumeau ! Carrément. On a pu voir des employés municipaux à l'oeuvre, au Forum république, jeudi 19 mars en fin de matinée. Si vous avez des poulets à faire griller, c'est le moment !

Pour éviter les pesticides, la ville de Vierzon avait déjà opté pour le désherbage à l'eau bouillante. Là, on est passé un cran au-dessus avec le désherbage au chalumeau ! Carrément. On a pu voir des employés municipaux à l'oeuvre, au Forum république, jeudi 19 mars en fin de matinée. Si vous avez des poulets à faire griller, c'est le moment !

Quels sont les résultats au niveau de la seule ville de Vierzon, au premier tour des élections départementales. Vierzonitude a additionné aux bureaux de vote de Vierzon 1, les bureaux de vote de Vierzon 2. Evidemment, Vierzonitude a ajouté le nombre d'inscrits dans les bureaux de votes vierzonnais du canton 2. Voici les résultats :  Inscrits : 8277  Front de gauche : 2765 voix soit 33,40% Front national : 2403 voix soit 29,03% Parti socialiste : 938 voix soit 11,33% Opposition centriste : 1895 voix soit 22,89%

Quels sont les résultats au niveau de la seule ville de Vierzon, au premier tour des élections départementales. Vierzonitude a additionné aux bureaux de vote de Vierzon 1, les bureaux de vote de Vierzon 2. Evidemment, Vierzonitude a ajouté le nombre d'inscrits dans les bureaux de votes vierzonnais du canton 2. Voici les résultats : Inscrits : 8277 Front de gauche : 2765 voix soit 33,40% Front national : 2403 voix soit 29,03% Parti socialiste : 938 voix soit 11,33% Opposition centriste : 1895 voix soit 22,89%

Le conseil municipal qui se réunit lundi 9 février étudiera une délibération qui ne figure pas encore à l'ordre du jour. En effet, le bureau municipal se serait réuni cet après-midi, dimanche 8 février, pour étudier le changement de nom du stade Robert Barran des Sav Rugby. Le conseil municipal de Vierzon sera appelé à voter le nouveau du stade Robert Barran qui devrait s'appeler désormais le "108 à 0", en hommage à une déculottée mémorable des Sav rugby qui doit rester dans l'histoire vierzonnaise !

Le conseil municipal qui se réunit lundi 9 février étudiera une délibération qui ne figure pas encore à l'ordre du jour. En effet, le bureau municipal se serait réuni cet après-midi, dimanche 8 février, pour étudier le changement de nom du stade Robert Barran des Sav Rugby. Le conseil municipal de Vierzon sera appelé à voter le nouveau du stade Robert Barran qui devrait s'appeler désormais le "108 à 0", en hommage à une déculottée mémorable des Sav rugby qui doit rester dans l'histoire vierzonnaise !

Les Camarades ont un sens aigu de l'hommage... La preuve. Pour garder une trace, dans l'histoire vierzonnaise, de Max Albizzati qui fut, entre autres, premier adjoint du maire Jean Rousseau de Vierzon de 1990 à 2008, les élus de gauche ont pensé à nommer une voie à son nom. Enfin, une voie, plutôt un cul-de-sac car il s'agit de la voie qui dessert le centre routier... et qui se termine en impasse. De plus, le centre routier était un projet contesté par Max Albizzati ! Pas fous les élus, en faisant avaler cette couleuvre à l'opposition, impossible pour elle de contester à l'avenir le centre routier. La voie Max Albizzati devait être discutée au conseil municipal du lundi 9 février mais, la délibération a été retirée. Ni le moment, ni le lieu n'ont été bien choisis. Une impasse au fin fond d'un obscur centre routier... C'est vrai que c'est de l'hommage ! Normal, les camarades se gardent les bons emplacements pour honorer les leurs. A l'heure où Fernand Micouraud, maire communiste pendant onze ans de 1978 à 1989, et c'est mérité, a donné son nom à l'ancienne place de l'Intendance, Max Albizzati, premier-adjoint pendant 18 ans, laisserait une vague trace dans une zone industrielle desservi par des poids-lourds. La classe !

Les Camarades ont un sens aigu de l'hommage... La preuve. Pour garder une trace, dans l'histoire vierzonnaise, de Max Albizzati qui fut, entre autres, premier adjoint du maire Jean Rousseau de Vierzon de 1990 à 2008, les élus de gauche ont pensé à nommer une voie à son nom. Enfin, une voie, plutôt un cul-de-sac car il s'agit de la voie qui dessert le centre routier... et qui se termine en impasse. De plus, le centre routier était un projet contesté par Max Albizzati ! Pas fous les élus, en faisant avaler cette couleuvre à l'opposition, impossible pour elle de contester à l'avenir le centre routier. La voie Max Albizzati devait être discutée au conseil municipal du lundi 9 février mais, la délibération a été retirée. Ni le moment, ni le lieu n'ont été bien choisis. Une impasse au fin fond d'un obscur centre routier... C'est vrai que c'est de l'hommage ! Normal, les camarades se gardent les bons emplacements pour honorer les leurs. A l'heure où Fernand Micouraud, maire communiste pendant onze ans de 1978 à 1989, et c'est mérité, a donné son nom à l'ancienne place de l'Intendance, Max Albizzati, premier-adjoint pendant 18 ans, laisserait une vague trace dans une zone industrielle desservi par des poids-lourds. La classe !

"300.000 euros complètent l'enveloppe de 600.000 euros déjà dédiée au futur IRM. Il sera installé dans l'ancienne maternité et devrait ouvrir en avril 2016. Florent Foucard a dévoilé qu'il serait utilisé à 30 % par l'hôpital et à 70 % par le cabinet privé Raspail. L'appareil en lui-même sera loué et non pas acheté", c'est ce qu'on pouvait lire dans la presse locale. Donc, comprenons bien la situation : 900.000 euros d'argent public, une paille, vont être injectés, dans la création d'un IRM à l'hôpital de Vierzon. Cette somme sera sûrement dépassées d'ailleurs. Mais à la lecture de la presse locale, on découvre que l'utilisation de cet IRM sera la suivante : 30% seulement pour l'hôpital et 70% pour le cabinet privé rue Raspail. Donc, l'hôpital de Vierzon et les contribuables vont supporter un investissement important pour un cabinet privé, c'est ainsi qu'il faut le lire. Certes, cela apportera de l'activité à l'hôpital, donc des renrées d'argent, mais 900.000 euros pour une utilisation à tiers, cela revient cher la part du public. Au fait, qui fera tourner ce charmant instrument ? L'hôpital de Vierzon qui a fermé des lits et coupé les robinets des contrats à durée déterminée ne semble pas en mesure d'embaucher du personnel. Il ne reste qu'une solution : une embauche dans le privé. Payé 30% par le public ? Etonnant mélange des genres mais qui doit être stratégiquement payant. En tout cas, une chôse est sûre, le public paye pour le privé. Entre ça et le salariat des médecins, la majorité de gauche semble manger son chapeau ! Alors, qui dit mieux ?

"300.000 euros complètent l'enveloppe de 600.000 euros déjà dédiée au futur IRM. Il sera installé dans l'ancienne maternité et devrait ouvrir en avril 2016. Florent Foucard a dévoilé qu'il serait utilisé à 30 % par l'hôpital et à 70 % par le cabinet privé Raspail. L'appareil en lui-même sera loué et non pas acheté", c'est ce qu'on pouvait lire dans la presse locale. Donc, comprenons bien la situation : 900.000 euros d'argent public, une paille, vont être injectés, dans la création d'un IRM à l'hôpital de Vierzon. Cette somme sera sûrement dépassées d'ailleurs. Mais à la lecture de la presse locale, on découvre que l'utilisation de cet IRM sera la suivante : 30% seulement pour l'hôpital et 70% pour le cabinet privé rue Raspail. Donc, l'hôpital de Vierzon et les contribuables vont supporter un investissement important pour un cabinet privé, c'est ainsi qu'il faut le lire. Certes, cela apportera de l'activité à l'hôpital, donc des renrées d'argent, mais 900.000 euros pour une utilisation à tiers, cela revient cher la part du public. Au fait, qui fera tourner ce charmant instrument ? L'hôpital de Vierzon qui a fermé des lits et coupé les robinets des contrats à durée déterminée ne semble pas en mesure d'embaucher du personnel. Il ne reste qu'une solution : une embauche dans le privé. Payé 30% par le public ? Etonnant mélange des genres mais qui doit être stratégiquement payant. En tout cas, une chôse est sûre, le public paye pour le privé. Entre ça et le salariat des médecins, la majorité de gauche semble manger son chapeau ! Alors, qui dit mieux ?

Avec son plan de rénovation urbaine de centre-ville, la ville défend mordicus son droit à la démolition. On ne sait pas encore de quoi ce plan de rénovation urbain sera fait et on a toutes les raisons de se méfier, en tant que citoyen, de la logique municipale. Si ce PRU est à l'image de la rénovation de la place du Marché au Blé, on a de quoi se faire des cheveux blancs en effet. Car il ne suffit pas d'avoir les financements, encore faut il avoir le bon goût, les idées et l'envie de transgresser l'habituel. Si c'est comme l'avenue Edouard-Vaillant, ni faite ni à faire... Un panneau a donc fleuri sur le bâtiment où est encore abritée le local de l'opposition qui, à terme, devrait disparaître du paysage. Ici, les bâtiments devraient faire place nette. La ville s'entête à ne pas vouloir démolir Gifi, ce satané bâtiment moche qui va coûter un bras et un oeil à tout investisseur qui voudra le restaurer. Mais c'est ainsi, la ville a ses marottes que personne ne pourra lui retirer. Toutefois, il est temps de changer de centre-ville, il est temps d'engager des travaux, il est temps de bouger l'urbanisme de l'hyper-centre. Mais voilà, pas n'importe comment. La ville aura-t-elle le réflexe démocratique de convoquer les habitants, les citoyens ?

Avec son plan de rénovation urbaine de centre-ville, la ville défend mordicus son droit à la démolition. On ne sait pas encore de quoi ce plan de rénovation urbain sera fait et on a toutes les raisons de se méfier, en tant que citoyen, de la logique municipale. Si ce PRU est à l'image de la rénovation de la place du Marché au Blé, on a de quoi se faire des cheveux blancs en effet. Car il ne suffit pas d'avoir les financements, encore faut il avoir le bon goût, les idées et l'envie de transgresser l'habituel. Si c'est comme l'avenue Edouard-Vaillant, ni faite ni à faire... Un panneau a donc fleuri sur le bâtiment où est encore abritée le local de l'opposition qui, à terme, devrait disparaître du paysage. Ici, les bâtiments devraient faire place nette. La ville s'entête à ne pas vouloir démolir Gifi, ce satané bâtiment moche qui va coûter un bras et un oeil à tout investisseur qui voudra le restaurer. Mais c'est ainsi, la ville a ses marottes que personne ne pourra lui retirer. Toutefois, il est temps de changer de centre-ville, il est temps d'engager des travaux, il est temps de bouger l'urbanisme de l'hyper-centre. Mais voilà, pas n'importe comment. La ville aura-t-elle le réflexe démocratique de convoquer les habitants, les citoyens ?

Pourquoi la ville vend-elle son domaine de la Chaponnière et garde-t-elle cette embarrassante et coûteuse église Saint-Eloi ? Une question de fierté, ni plus ni moins. Vendre Saint-Eloi serait admettre son erreur. La ville n'aurait jamais dû engager les deniers publics pour racheter ce bâtiment qui s'écroule. Car combien vont coûter les travaux destinés à en faire une salle d'activités pour les enfants ? A l'heure où les économies sont les bienvenues, la ville jette, comme d'habitude, l'argent par les fenêtres. Là, la ville vend la Chaponnière 190.000 euros pour rattraper la connerie d'avoir acheté l'église Saint-Eloi 170.000 euros. Bénéfice : 20.000 euros. Vite engloutis. Une ancienne église pour étendard d'une ville de gauche à cheval sur la laïcité, voilà qui est un symbole... à faire marrer la terre entière !

Pourquoi la ville vend-elle son domaine de la Chaponnière et garde-t-elle cette embarrassante et coûteuse église Saint-Eloi ? Une question de fierté, ni plus ni moins. Vendre Saint-Eloi serait admettre son erreur. La ville n'aurait jamais dû engager les deniers publics pour racheter ce bâtiment qui s'écroule. Car combien vont coûter les travaux destinés à en faire une salle d'activités pour les enfants ? A l'heure où les économies sont les bienvenues, la ville jette, comme d'habitude, l'argent par les fenêtres. Là, la ville vend la Chaponnière 190.000 euros pour rattraper la connerie d'avoir acheté l'église Saint-Eloi 170.000 euros. Bénéfice : 20.000 euros. Vite engloutis. Une ancienne église pour étendard d'une ville de gauche à cheval sur la laïcité, voilà qui est un symbole... à faire marrer la terre entière !

Dans une ffoorrrmmiiddaabbbllleee vidéo de propagande pour les élections départementales, voilà que nous croisons François Dumon, conseiller municipal de Vierzon qui appelle à faire de la politique autrement mais... ailleurs, pas chez lui, pas à Vierzon. Notre élu de toujours, soudeur aux dernières nouvelles sur sa fiche de présentation aux élections européennes, nous fait le coup de la concertation avec ses concitoyens pour élaborer des projets.

Dans une ffoorrrmmiiddaabbbllleee vidéo de propagande pour les élections départementales, voilà que nous croisons François Dumon, conseiller municipal de Vierzon qui appelle à faire de la politique autrement mais... ailleurs, pas chez lui, pas à Vierzon. Notre élu de toujours, soudeur aux dernières nouvelles sur sa fiche de présentation aux élections européennes, nous fait le coup de la concertation avec ses concitoyens pour élaborer des projets.

Comment être ridicule ? Et surtout, comment être en contradiction avec l'équilibre d'un budget rendu de plus en plus difficile faute d'argent ? A l'heure où les élus de la communauté de communes se plaignent, geignent, râlent, s'en prennent à la politique du gouvernement sans balayer devant leurs portes, parce qu'ils n'ont plus de rond dans leurs caisses, on lit dans la presse locale que le budget annexe de l'office de tourisme et des équipements touristiques s'élèvent à presqu'un million d'euros ! 957.015 euros sont consacrés au fonctionnement. C'est une blague. Mais comment peut-on consacrer autant d'argent au tourisme de Vierzon, tout ça pour entretenir une épicerie dans un local démesuré en centre-ville, un local qui revient au contribuable à 600.000 euros que la communauté de communes a acheté, un bâtiment démesuré de trois niveaux qui ne sert à rien si ce n'est à entretenir l'égocentrisme d'une ville qui n'a pas les moyens de ses ambitions, tout simplement parce que ces moyens n'existent pas !

Comment être ridicule ? Et surtout, comment être en contradiction avec l'équilibre d'un budget rendu de plus en plus difficile faute d'argent ? A l'heure où les élus de la communauté de communes se plaignent, geignent, râlent, s'en prennent à la politique du gouvernement sans balayer devant leurs portes, parce qu'ils n'ont plus de rond dans leurs caisses, on lit dans la presse locale que le budget annexe de l'office de tourisme et des équipements touristiques s'élèvent à presqu'un million d'euros ! 957.015 euros sont consacrés au fonctionnement. C'est une blague. Mais comment peut-on consacrer autant d'argent au tourisme de Vierzon, tout ça pour entretenir une épicerie dans un local démesuré en centre-ville, un local qui revient au contribuable à 600.000 euros que la communauté de communes a acheté, un bâtiment démesuré de trois niveaux qui ne sert à rien si ce n'est à entretenir l'égocentrisme d'une ville qui n'a pas les moyens de ses ambitions, tout simplement parce que ces moyens n'existent pas !

Fichtre ! Vierzon est une ligne de cosmétique, une marque déposée en plus. On savait que la ville n'avait qu'un moyen pour s'en sortir, de se faire mousser avec du shampoing notamment, mais là, c'est le pompom ! Le Net réserve des surprises insondables et celle-là est de taille. "Vierzon professionnelle" peut-on lire sur la page d'accueil d'un site étranger. Vierzon est déclinée en shampoing, en crème, en masque. Vierzon est une marque de cosmétique ! Vu la tête de la ville, on en douterait....

Fichtre ! Vierzon est une ligne de cosmétique, une marque déposée en plus. On savait que la ville n'avait qu'un moyen pour s'en sortir, de se faire mousser avec du shampoing notamment, mais là, c'est le pompom ! Le Net réserve des surprises insondables et celle-là est de taille. "Vierzon professionnelle" peut-on lire sur la page d'accueil d'un site étranger. Vierzon est déclinée en shampoing, en crème, en masque. Vierzon est une marque de cosmétique ! Vu la tête de la ville, on en douterait....

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents