Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Quand la ville rachète ce que la Sem-Territoria a acheté (4)

Publié par vierzonitude sur 5 Octobre 2016, 07:00am

Si l'on en croit le contenu de l'avenant à la concession d'aménagement, (concession confiée à la Société d'économie mixte, Sem-Territoria depuis 2010), la ville de Vierzon va se séparer plus tôt que prévu de la Sem-Territoria, dont le principal actionnaire est le conseil départemental. Cette rupture qui n'est pas vraiment une surprise, doit être votée au prochain conseil municipal, le 6 octobre prochain.

Quand la ville rachète ce que la Sem-Territoria a acheté (4)

Vous vous souvenez de cette belle image : un promoteur qui marche à côté d'un membre de la Sem-Territoria et qui explique, à la caméra, que oui, il est intéressé par l'ancien immeuble Gifi, en centre-ville. Qu'il va installer tel et tel commerce. C'était beau. On en aurait pleuré de joie. Et puis, le maire et son élu au commerce qui, dans un autre reportage, expliquent qu'ils vont transformer la rue Joffre en rue des artistes et l'ancien Gifi en marché couvert... C'était le temps du pipeau et du bourrage de crâne.

Vierzonitude a toujours défendu l'option de la démolition de l'ancien Gifi, sans croire un instant que le projet de la Sem-territoria, aboutirait : transformer l'ancien Gifi en un giratoire ! Quel commerçant s'installerait sur un giratoire ! Après des tergiversations, l'ancien Gifi sera bel et bien démoli. Comme la concession d'aménagement de la Sem-Territoria en fait. Alors que va devenir ce que la Sem a acheté et dont nous n'avons toujours pas la liste précise (du moins Vierzonitude) avec les prix d'achat ?

C'est simple : tout ce qui est en dehors du périmètre d'utilité publique (principalement un centre-ville resserré) sera vendu, par la Sem-Territoria, à la ville pour l'euro symbolique. C'est bien le moins. Sauf que la si la Sem les vend avant, ça coûtera moins cher à la ville en participation. Sinon, les bâtiments achetés par la Sem sur l'ilôt Rollinat, seront, eux, vendus à la ville, à la valeur fixée par France Domaines. Donc on résume : la Sem achète les bâtiments et la ville les rachète. Mais alors, pourquoi être passé par la Sem-Territoria, payer des salaires, des frais de structures ? La ville ne pouvait-elle pas les acheter elle-même, en direct ? C'est curieux : d'un côté la ville municipalise l'eau (quoique, reste à prouver que cette municipalisation est pleine et entière) et de l'autre, la ville confie ce qu'elle peut faire elle-même à une société d'économie mixte. certes, lorsque la gauche était aux commandes du conseil départemental, c'était peut-être plus facile de décider de ne pas payer l'entièreté de son écot sans avenant, juste sur la bonne bouille de la ville de Vierzon !

C'est d'ailleurs ces bâtiments-là que les Vierzonnais payent, pour la deuxième fois. On nous objectera que non, mais comment s'appelle le fait de donner un million d'euros, ou moins, à la Sem-Territoria chaque année pour acheter ds immeubles, entre autres, et ensuite les racheter ? On attend avec délectation, les explications sirupeuses des élus, sur les bienfaits de leurs projets, mis à mal par une politique nationale qui a fait chuter leur bel édifice. Pendant ce temps-là, les trottoirs sont pourris, la rue Joffre s'écroule, la place Foch se vide. Et les élus se demandent comment ils vont garder la ville de Vierzon en 2020.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents