Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère

Publié par vierzonitude sur 4 Août 2016, 12:00pm

Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère

La période Art déco a profondément marqué Vierzon grâce à trois hommes : Eugène-Henry Karcher, rien à voir avec le nettoyeur haute-pression. René-Louis Balichon et René Denert. Et entre l'Yèvre et le canal de Berry, Karcher, architecte-statuaire plante un jardin art-déco. Le square Lucien-Beaufrère est classé Monument historique depuis 1996.

Les initiés l'appellent plutôt le square Lucien-Beaufère, square pour square (jardin fermé) et Lucien-Beaufère pour rendre hommage au maire de Vierzon qui administra la ville de 1929 à 1935. C'est lui qui suit les travaux initiés par son prédécesseur, Emile Péraudin, sur les terres de l'ancienne abbaye bénédictine de Saint Pierre.

Avec ce jardin, l'art-déco s'offre une vitrine à Vierzon. En plus de l'ex-garage Citroën qui abrite aujourd'hui le théâtre Mac-Nab, avenue de la République; l'ancienne Poste, près de la mairie, habillée en magasin de prêt-à-porter féminin; les anciens bureaux du journal local Le Berry républicain (frise de lys très prisée à l'intérieur); et un commerce rue Théodore Roosevelt; des maisons éparpillées dans les rues Vierzonnaises érigent encore haut les couleurs de ce qui fut un style à part entière, entre 1918 et 1940.

Au patrimoine bâti, paré du style Art-déco, s'ajoutent les céramiques du monument au morts, du bassin et de l'auditorium du square Lucien Beaufrère, signés Denbac, cette même marque qui aujourd'hui fait fureur auprès des collectionneurs...

Art dé... quoi?

Le style Art déco tire son nom de l'exposition internationale des arts décoratifs et industriels modernes de 1925 à Paris. « Art de vivre, modernité, c'est cela que cherchent les amateurs de ces lignes géométriques de l'Art déco » précise Isabelle Papieau, sociologue de l'Art, venue présenter, à Vierzon, une conférence à l'occasion du centenaire de la naissance de la manufacture Denbac, 1909/2009. Le jardin du square Lucien-Beaufrère de Vierzon, possède des colonnes, des courbes, mais aussi des matériaux issus de l'ère industrielle : ciment armé, ferronerie, électricité...

L'Art déco dans l'entre-deux guerres est une véritable mode, développée après l'Art nouveau (formes ondulantes et détaillées). Il faut des formes abstraites, stylisées, une ornementation riche, et beaucoup d'effets de couleurs et de mise en lumière, partout et sur tout : le marbre, la mosaïque, le verre gravé, le vitrail... Et le grès.

La céramique, un champ d'application

Les usines vierzonnaises de l'époque ne manquent pas de s'inspirer notamment de l'esprit Art Déco. Les pièces sont aimées pour leur matière, leur brillance, la sensualité de leurs lignes. Parmi toutes les créations, les grès Denbac, influencés par les grands courants artistiques de l'époque. La manufacture bénéficie de l'essor industriel de Vierzon. Il y a tout pour se développer : des carrières d'argile pour fabriquer des gazettes (récipients pour cuisson), la forêt pour le bois des fours, ainsi que le canal de Berry et les voies ferrées pour le transport du charbon. Les ouvriers et ouvrières de Vierzon sont déjà formés aux arts de la céramique, terre de prédilection pour la porcelaine. Sans eux, Denbac ne serait pas devenue l'une des premières sociétés françaises productrices de grès artistiques de l'époque.

Les autres jardins

Le square Emile Péraudin a été construit en 1905, sur l'emplacement du cimetière des Capucins. Au centre, trône la statue du “Paysan” de Dalou, don de l'Etat.

Le square des Remparts est très récent. Il met en valeur, rue Armand-Brunet, les vestiges des remparts qui entouraient la ville au Moyen-Age. Chaque soir, la grille est fermée.

Les jardins de la Française ont été construits sur l'emplacement des anciennes usines de la Société-Française en hommage à son créateur, Célestin Gérard. Le buste du personnage se trouve au centre d'une fontaine.

Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère

Denbac, « Den » pour Denert, « Bac » pour Balichon.

C'est l'histoire d'une rencontre entre deux hommes. La contraction vaut son pesant d'or : Denbac, fusion de Denert et Balichon. Le premier est un artiste et un technicien, le second un gestionnaire et un commercial. René Denert est un autodidacte champenois. Il a déjà travaillé chez l'Hospied et Cie de Golfe-Juan, le pays des poteries culinaires, ainsi que chez Albert Bouvier, entreprise vierzonnaise de faïence et autres poteries artistiques.

La transposition des techniques de faïence sur une pâte de grès n'a donc pas de secret pour lui. Il se fait aider de sa femme pour fabriquer ses premiers majoliques (faïence italienne) et émaux nacrés avec un four artisanal. Il crée en 1909 Les grès artistiques du Berry à Vierzon, rue Camille-Desmoulins. On parle déjà de manufacture de grès flammés, les célèbres céramiques léchées de tâches allongées.

Le passé de René-Louis Balichon et sa rencontre avec l'artiste sont plus mystérieux. Toujours est-il que les deux hommes s'associent en 1910. Le talent du premier mêlé à l'attachement du second à la qualité de production est sans doute l'essence du succès des Denbac. L'adjonction des syllabes des noms des deux hommes apparaît sur les oeuvres vers 1914. Mais pour bon nombre d'amateurs, Denert incarne presque à lui seul la notoriété des 670 pièces référencées. Il dessine et décide des combinaisons d'émaux. En 1921, date à laquelle naît officiellement la société Denert et Balichon, ils existe trois fours.

René Denert meurt en 1937 à 65 ans. Le co-gérant continue sans lui mais l'apogée de l'entreprise est déjà terminée. Les effectifs fluctuent entre cinquante, trente et vingt employés. L'entreprise ne s'est pas adaptée à l'évolution des marchés. René-Louis Balichon meurt à son tour en 1949 à 64 ans. Les héritiers tentent de sauver la manufacture, mais l'entreprise Denbac meurt en 1952.

De l'objet à l'oeuvre

L'entreprise meurt, oui, mais pas la marque. L'association des Amis de Denbac en sait quelque chose. La pièce Denbac est devenue célèbre de par l'introduction de l'art dans la maison du Vierzonnais, sous formes d'objets utilitaires (pichets, vases, beurriers). Déjà, à l'époque, le choix des émaux de grand feu, leur résistance, la rareté des coloris, les effets de matières, et le résultat improbable des coulures données par les flammes et les aléas de la cuisson rendent l'objet unique. La forme ou l'utilité peut-être la même, néanmoins chez Denbac, il ne peut pas y avoir de copie. Dix degrés de cuisson suffisent à changer la couleur de l'émaillage...

D'où la notion de signature Denbac. L'objet est non pas « fait à la main, mais fait par quelqu'un » peut-on lire dans l'ouvrage Denbac, hommage à Denert et Balichon. D'ailleurs chez Denbac, on distingue les objets utilitaires des objets décoratifs. Parmis les objets très recherchés chez les collectionneurs aujourd'hui, les flacons de liqueurs Cointreau, Girardot, Monin etc., uniquement destinés à dorer l'image de l'entreprise. Les pièces dites de forme, des animaux ou personnages souvent réalisés par des sculpteurs anonymes, à fort potentiel énigmatiques, relèvent là encore du pur esthétisme. Les plus célèbres sont les bergers.

Ce qu'il en reste

Après la fermeture de l'usine, les moules en plâtre ont été brisés ou dispersés, et les fours détruits. Les pièces se chinent aujourd'hui à prix d'or dans les hôtels des ventes, sur internet et de plus en plus rarement sur les brocantes. La bible des collectionneurs, c'est le catalogue officiel des pièces Denbac, malheureusement non exhaustif. La collection complète serait estimée à plus de 800 pièces... La municipalité de Vierzon a sa propre collection, non visible de manière permanente. Une exposition a été réalisée pour le centenaire de la naissance de Denbac. Plus de deux cents pièces de collectionneurs ou de la ville étaient sous vitrine.

Les signatures qui permettent de reconnaître les Denbac donnent du fil à retordre aux experts. Car Denert a d'abord signé seul. Ensuite est apparu le numéro de série. Puis Denbac a laissé son empreinte, avant de retrouver « Denbac » sur les pièces suivantes. Sans parler des clients qui ont voulu marqué leur propre marque, comme Innoxa ou Girardot.

Il y a peu de revendeurs professionnels parmis les amoureux des Denbac. Les collectionneurs les plus acharnés seraient des particuliers Vierzonnais, très attachés à leur passé, ce qui ne facilite pas la circulation de ces pièces aujourd'hui internationalement connues. Mais n'est-ce pas mieux ainsi que de savoir que les trésors Vierzonnais dorment dans des maisons berrichonnes ? Le temps d'avoir ce que beaucoup d'entre eux réclament, un musée où les abriter.

Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Vierzon de A à Z : A comme Art déco, de Denbac au square Lucien-Beaufrère
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents