Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Anne Boulais, infirmière : J'aime toujours autant mon métier mais j'ai parfois du mal à aimer mon travail

Publié par vierzonitude sur 25 Juin 2018, 05:50am

Anne Boulais est infirmière depuis 2001, au service chirurgie depuis 2003 à l'hôpital de Vierzon, elle est aussi secrétaire d'une section syndicale et membre de l'intersyndicale du centre hospitalier de Vierzon. Vierzonitude l'a interviewé, sur les deux semaines de conflit, sur son métier, sur sa participation aux différentes actions qui reprennent ce lundi matin.

Anne Boulais, infirmière : J'aime toujours autant mon métier mais j'ai parfois du mal à aimer mon travail

Dans quel état d'esprit êtes-vous après deux semaines d'action ?

Après deux semaines d'action, je suis toujours aussi déterminée à mobiliser les agents, la population et les politiques pour faire comprendre à l'ARS et au ministère que nous ne pouvons pas nous passer d'un hôpital de proximité comme celui de Vierzon. Que la population est exposée à un danger lié à des logiques purement comptables qui méprise l'Humain que ce soit les patients dont nous nous occupons au quotidien ou les agents qui exercent un métier difficile, contraignant et trop peu considéré.

Quel a été pour vous l'action la plus symbolique ?

Je n'arrive pas à choisir entre l'action des poupons ou la marche des femmes enceintes vers Bourges. Dans ces deux cas, ce sont des actions certes originales mais surtout fortes en symboles qui ont été soutenues par la population. La pile de poupons a beaucoup choqué visiblement et je suis satisfaite car elle marque les esprits et représente bien la casse sanitaire qui est en train de se jouer devant nous...
 

La marche des femmes enceintes a été compliquée à organiser car nous avons dû batailler avec la sous-préfecture pour les autorisations. Elle s'est révélée être un grand succès médiatique.

Vous êtes infirmière en chirurgie, comment se porte ce service ?

Du point de vue professionnel, le service de chirurgie dans lequel j'exerce est assez actif. Nous avons beaucoup de mouvement avec une activité importante et riche. Nous hébergeons beaucoup de spécialités ce qui rend le travail diversifié et donc très enrichissant.
Maintenant, il semble que du point de vue comptable, ce soit insuffisant. Nous accueillons les patients quels qu'ils soient sans chercher à savoir ce qu'ils rapportent mais en leur apportant ce dont ils ont besoin c'est à dire des soins de proximité qu'ils ne pourront pas aller chercher ailleurs. C'est ça les valeurs du service public !

La rénovation du bloc opératoire est inscrit dans le projet médical 2016-2020 comment expliquez vous que l'ars fasse la sourde oreille et réclame un autre projet ?

Le projet de rénovation du bloc opératoire du projet 2016-2020 ne convient pas à l'ARS car il demande un investissement de leur part et ne supprime pas d’emploi, ni de lit ni de service. L'ARS (Agence régionale de santé) veut faire des économies sur la partie la plus importante des dépenses, c'est à dire la masse salariale. La rénovation du bloc opératoire permettrait de sécuriser l'activité de chirurgie et de la maternité (et donc de la pédiatrie) alors que la politique actuelle et de faire couler les hôpitaux de proximité au profit des "centres d'excellence" et donc de réduire la consommation des actes de soins.


Comme l'ARS ne veut pas assumer la responsabilité de la fermeture de services au CHV (Centre hospitalier de Vierzon), elle rejette les projets qui ne lui conviennent pas et attend que le directeur le fasse à sa place. Comme ça on pourra dire que c'est lui le responsable et non l'ARS si il y a un accident!

Est-il d'ailleurs en cours de rédaction ?

Je ne peux pas certifier que le projet est en cours de rédaction. C'est ce que le directeur nous dit et aussi le président de la CME (Commission médicale d'établissement) mais à ce jour nous n'avons encore rien vu ni été convié à participer à son élaboration....
Je ne crois que ce que je vois, j'attends septembre!

La visite à l'ars vendredi n'a rien donné, l'intersyndicale envisage t elle de se faire mieux entendre à partir de lundi ?

La visite à l'ARS n'a pas rien donné ! Nous n'avons certes pas eu de réponse à nos questions mais on a bien compris qu'on se foutait ouvertement de nous ! Nous avons eu au moins cette confirmation. Nous sommes lassés de la voir se cacher derrière ce projet d'établissement. Ça fera un an en septembre qu'on nous fait attendre. Nous allons discuter en intersyndicale et avec les agents de ce que nous allons faire cette semaine mais pour l’instant je ne peux pas en dire plus. Nous avons passé 2 semaines à mener des actions symboliques, nous avons quelques idées pour la suite...

L'intersyndicale à réussi le pari de faire cohabiter les quatre syndicats, comment travaille-t-elle ?

L'intersyndicale travaille très bien, chacun fait part de ses idées, elles sont reprises et améliorées collégialement et visiblement tout le monde s'y retrouve. La mise en place a été relativement simple et rapide.  C'est très apprécié par les agents et je pense que nous sommes plus efficaces ensemble. En plus il faut reconnait que la bonne humeur est de la partie.

Pensez vous vraiment que l'ars peut fermer le bloc et la maternité ?

Oui, je pense que l'ARS peut fermer le bloc opératoire et la maternité. La menace est réelle. Par contre cette décision ne sera pas écrite des mains de l'ARS... Il faudrait du courage pour décider cela et en assumer les conséquences.

Comment vous sentez vous aujourd'hui dans votre métier ?

J'aime toujours autant mon métier mais j'ai parfois du mal à aimer mon travail... On nous éloigne sans cesse des patients au profit de taches administratives. Mais lorsque je me demande ce que je voudrais faire d'autre si je devais me reconvertir, je retombe toujours sur la case "infirmière". 
 

J'aime ce pour quoi j'ai été formée et j'apprécie le contact avec les patients mais j'avoue que la profession a beaucoup changé ces dernières années et je suis déçue d'entendre parler de rentabilité lorsque nous avons des vies entre les mains. Je reste très attachée au service public pour les valeurs qu'il devrait représenter...

Enfin, la population vous suit, elle est attachée à son hôpital, que lui dites vous pour qu'elle accentue la pression ?

Je remercie la population pour son soutien dans nos actions et pour sa mobilisation à nos côtés. Je les encourage à rester attentif et disponible car il y aura de nouvelles actions avec elle prochainement. Il faut rester mobilisé pour défendre les soins de proximité et lutter contre cette casse sanitaire et sociale souhaitée par le ministère.  L'avenir est très incertain mais quelle que soit l'issue, on pourra se dire qu'on n'aura pas rien fait.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents