Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?

Publié par vierzonitude sur 14 Juillet 2019, 05:40am

C'est une énigme vierzonnaise, une de plus... On se demande bien pourquoi, la communauté de communes envisage de construire une nouvelle auberge de jeunesse sur le site de la Société-Française, un lieu pas du tout adapté à ce genre de projet et qui, surtout, va coûter un bras et un œil, comme l'aménagement du bowling.

A Vierzon, on adore construire des trucs coûteux... pour les autres : un bowling à 3,5 millions d'euros, allez hop ! Un siège social pour une entreprise du CAC 40, allez hop ! Et là, une auberge de jeunesse gérée par une association, allez hop !

Evidemment, Vierzonitude n'a rien contre une auberge de jeunesse, mais pourquoi allez en construire une nouvelle, dans un lieu inadapté ? Pour remplir un trou ? Histoire de dire qu'on a un projet parce qu'on rénove trois travées ? ceci n'est pas sérieux.

D'autant que dans l'actuelle auberge de jeunesse, la communauté de communes avait l'intention de crée un restaurant social, un pôle associatif et un pôle touristique dans le cadre du Canal à vélo. Pourquoi ne pas simplement démolir l'actuelle auberge de jeunesse et en reconstruire une nouvelle sur le même emplacement ? Non seulement, il va falloir sortir la planche à billets pour en  construire une ailleurs mais en plus, il faudra sans doute réhabiliter l'ancienne. Double dépense. Bon, il y a d'autres idées comme celle-là ou on a fait le tour, là ?

Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?

La Fédération unie des auberges de jeunesse a été placée en redressement judiciaire depuis le 20 décembre pour une durée de six mois, ce qui place les 54 auberges de jeunesse de France liées dans la même situation, nous explique la presse locale.

Du coup, on se demande qu'elle est la crédibilité du projet de la communauté de communes de re-construire l'auberge de jeunesse sur le site de la Société-Française, une idée aberrante mais ce ne serait pas la première de la communauté de communes...

"L’auberge de jeunesse de Vierzon est bon an mal an à l’équilibre » et « dynamique. C’est une auberge qu’on peut se permettre de garder car selon les années, elle est plus ou moins stable. Mais c’est un bâtiment qui est trop vieux, on ne peut pas rester", estime la Fédération des auberges de jeunesse. 

Toutefois, ce que nous apprend la presse fait réfléchir : "La Fédération s’est montrée intéressée mais elle n’a pas été sollicitée financièrement pour le moment et qu’elle se portera candidate pour la gestion de la nouvelle auberge si ce projet, qui pourrait proposer 90 lits, voit le jour. "

Donc résumons : la communauté de communes construit un bowling à 3,5 millions d'euros pour une entreprise privée; la société d'économie mixte de Vierzon, bras financier de la mairie, construit un siège social à une entreprise du CAC 40 pour plusieurs centaines de millions d'euros; la communauté de communes s'apprête à construire une auberge de jeunesse pour une fédération qu'elle n'a pas sollicitée financièrement, dans un bâtiment, la Société Française qui va forcément faire augmenter le coût de la construction. Est-ce qu'il y aura une vague de béton au milieu ? Non, parce que le temps qu'on y est, noyons le contribuable...

L'auberge de jeunesse, du moins celle que la majorité a l'intention de re-construire sur le site de la Société-Française n'y a pas sa place. C'est une mauvaise idée. C'est surtout une mauvaise idée car l'on voit le manque de vision à moyen et long terme des élus vierzonnais. Depuis onze ans qu'ils sont au pouvoir, le dossier de la Française n'a pas avancé d'un pouce. Ah si, un bowling qui a mobilisé 3,5 millions d'euros d'argent public dès lors que la ville a besoin d'aménagements plus structurants. Les élus se sont faits plaisir. Alors, non, l'auberge de jeunesse dans le B3 est une ineptie. Pourquoi ce site deviendrait un fourre-tout, un aimant à subvention. A Vierzon, ce n'est pas le projet qui compte, c'est le montant de la subvention et peu importe le projet. 

Une auberge de jeunesse, au regard des besoins de la ville, est-ce une nécessité ? Va-t-on, là aussi, mobiliser des sommes folles pour un équipement qui ne va pas rendre la vie des Vierzonnais plus agréable. En revanche, l'état des rues, du commerce, des rues piétonnes, de l'avenue de la République,  des friches qui parsèment cette ville, oui, ça c'est une priorité ?

Bâtissons d'abord un projet pour le site de la Française. Il ne passe pas par une auberge de jeunesse ou des ateliers d'artistes, non, il passe par une prise en compte du patrimoine de cette ville. Il faut faire de ce site, un lieu touristique autour du machinisme international, des tracteurs, de la vapeur (ferroviaire et agricole), d'un centre de ressources mondial des tracteurs, d'animations permanentes, d'un spectacle annuel, d'un rassemblement annuel. Oui, on les voit ceux qui grimacent, qui font "pouah", mais que font-ils ? Qu'ont-ils comme idée pour réveiller cette ville ? Et ce site ?

Il y a une place à prendre. Cette place revient à Vierzon. Il y a une économie à créer, certes, elle ne sauvera pas la ville mais elle y contribuera. Pour cela, il faut avoir le courage d'être ambitieux. D'être original. Un peu fou aussi. Il faut surtout avoir le courage de vouloir débattre. Le site de la Française est actuellement mort, et rien ne pourra le faire revivre si l'on ne met pas noir sur blanc, un projet global, par des palliatifs, une auberge de jeunesse par ci, un truc par là, non, un projet global. Onze années perdues qui ne se rattraperont pas. Un marché couvert est une ineptie, pas de commerces dans ce lieu, il est déjà trop fragile là où il se trouve.

Il faut une ambition, plus large qu'une place ou une salle d'exposition. Il faut que 2019 soit l'année d'une réflexion profonde du site. La communauté de communes a déjà lancé un appel d'offres pour en réhabiliter une partie. C'est très bien. Maintenant, il faut réfléchir à ce que l'on va y mettre, pas le remplir, non, l'aménager, le penser. Ce site est une chance certains pensent que c'est un poids. Un poids pour qui aucune idée et encore moins aucun rêve. 

 

Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?

La baisse des dotations d'Etat que la majorité vierzonnaise utilise comme excuse pour augmenter les impôts locaux en 2018, n'empêche pas la municipalité de bâtir des projets au budget pharaonique. On connaît l'appétit vierzonnais pour des bowling hors de prix, des sièges sociaux de sociétés côtés au CAC 40, de centres routiers par exemple, nous avons, du moins on l'espère, échappé au pire avec un projet de rénovation d'une auberge de jeunesse à... 2,8 millions d'euros !

Et pas un centime pour les trottoirs du entre-ville qui datent, sans aucun doute, de la fusion des quatre Vierzon en 1937.

Du coup, la communauté de communes, comme l'a expliqué Vierzonitude, a un autre grand projet pharaonique : reconstruire l'auberge de jeunesse dans le B3 de la Société-Française. Et sans doute avant que les trottoirs du centre-ville soient remis à neuf... Ah, le goût immodéré pour les rubans tricolores.

Le site de la Société-Française, c'est le fourre-tout. On essaie d'y mettre,sans la moindre cohérence, ce qui ne va pas ailleurs. C'est pour ça aussi que depuis plus de vingt ans, c'est vide. De projets en projets, rien. Sauf un bowling. Apres des ateliers d'artistes et des salles d'expos, l'auberge de jeunesse. Demain la mairie, le Mac-Nab, la Poste, la gare...

Les arguments pour construire l'auberge de jeunesse à cet endroit sont à mourir de rire : "le canal de Berry à vélo ne sera pas très loin". Non, c'est vrai, on a l'habitude que Vierzon soit proche de tout, de Paris, de Toulouse, alors pensez donc, le canal à vélo s'il sera tout près !

Seulement, le "scoop" lâché lors des assises citoyennes, sent tout de même l'incertitude à plein nez. Il faut bien avoir des projets, 2020 arrive ! En fait, la communauté de communes va demander à un cabinet d'études si c'est possible ! Ce n'est qu'une réflexion. Ouf, on a eu peur que ça se fasse. On ne parle pas gros sous, pour éviter d'affoler le contribuable. 2020 arrive...

On ne dit pas non plus ce que deviendra l'ancienne auberge de jeunesse. Pas avant deux ans. 2020 arrive... A Vierzon, la priorité des priorités, c'est de construire une nouvelle auberge de jeunesse. Un sacré programme politique pour 2020. S'il reste encore des jeunes...

Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?

L'auberge de jeunesse sera reconstruite. Pas sur l'emplacement actuel, non, mais sur le site de la Société Française. La nouvelle a surpris l'auditoire, réunit ce mercredi soir, au centre des congrès pour la concertation générale des assises citoyennes de la ville de Vierzon. Son auteur n'est autre que le maire Nicolas Sansu qui répondait à une question du public sur l'absence d'hébergement de groupes dans la ville.

Mais alors, que va devenir l'actuelle auberge de jeunesse ? Sera-t-elle rénovée (et pour combien) pour satisfaire les besoins touristiques du canal à vélo ? Ou ne se pose-t-on pas la question car on sait déjà que le projet à la Française n'est pas viable ?

En fait, l'auberge de jeunesse devait être réhabilitée pour 800.000 euros afin d'y abriter un pôle social (la création d'un restaurant social digne de ce nom), un pôle associatif  et un pôle touristique autour du futur canal à vélo.  Mais voilà.

Impossible d'associer ces trois projets dans les locaux actuels. Du coup, une seule solution. Loger le restaurant social ailleurs dans la ville. Abriter le pôle associatif à la médiathèque. Et reconstruire une auberge de jeunesse dans le B3 de la Société-Française, 1.000 mètres carrés sur les 8.000 que comptent le site (partie non rénovée).

De plus, le maire de Vierzon estime que placer la future auberge de jeunesse près du cinéma et du bowling n'est pas une mauvaise idée. Il semble que pour l'instant, ce projet tienne la corde. Même si l'on ne sait pas le coût de cet investissement (800.000 euros, plus ou moins ?) L'annonce a non seulement surpris le public mais il l'a ravi. Reste à attendre sa concrétisation.  

Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?
Auberge de jeunesse : pourquoi ne pas la démolir et la reconstruire au même endroit ?

La réhabilitation de l'auberge de jeunesse coûtera environ 800.000 euros. Le projet prévoit un restaurant social en même temps qu'un projet touristique autour du canal à vélo.

L'Auberge de Jeunesse est classée  2  sapins,  dans  la classification  des Auberges  de  Jeunesse  établie  par la FUAJ. Construit  dans  les années 70,  elle  se compose de  3  plateaux  de  280  m² chacun  soit  840m². Les espaces se composent d’un accueil, d’un logement pour le personnel, d'un espace commun, disposant d’une cheminée, d’un restaurant, d’une cuisine professionnelle, d’une cuisine de type particulier pour les résidents, d’un espace dédié à Radio Tintouin, d’une salle de réunion commune avec l’espace Radio,de 19m², d’une chaufferie commune avec Cher Accueil, bâtiment voisin, de 80 lits répartis dans 12 chambre (5 chambres de 6 lits, 6 chambres de 8 lits,  1 chambre de 2 lits.)

Le bâtiment dispose à ce jour de 80 couchages répartis dans des chambres de 6 à 8 lits. Pour  des  raisons  de rentabilité,  l’établissement devra,  à  minima,  disposé  de 75  couchages. Pour des raisons de confort et de facilité de location, il conviendra de prévoir des  chambres de 4 lits maximum, avec obligatoirement une chambre de 2 lits. Concernant les douches et sanitaires, hormis pour la chambre de deux lits où ils devront  être intégré à la pièce, ils seront communs et situés à l’extérieur des chambres. Ceci pour le confort des usagers.

La rénovation  du  bâtiment,  des  installations techniques, de l’isolation  (...)  devront  concourir à  économiser l’énergie et à abaisser au maximum les coûts d’exploitation. Le  bâtiment  devra se  conformer  aux règlementations  en  vigueur  et  en  particulier  à la règlementation  thermique. Actuellement,  une  partie de  la  toiture  est  en polycarbonate  occasionnant  un effet  de  serre. Il conviendra au concepteur de porter une attention toute particulière à ce point. Pour des raisons d’entretiens, les menuiseries extérieures bois sont exclues.

Dans  le  cadre  de  l’aménagement  du  canal  de  Berry à vélo,  il conviendra  à  l’équipe  de  maitrise d’œuvre  de prévoir un espace dédié à l’Office de Tourisme dans lequel un espace sera dédié à l’accueil des visiteurs. Un  local technique  pourra  servir  à  réparer  les  vélos, stocker les vélos destinés à la location (environ 20) ainsi que leurs accessoires (siège enfants, casques, remorques enfants, ...) Il  faudra également  prévoir  la  mise  en  place  de garage  à  vélo (environ  10) devant  l’auberge de jeunesse. Le  Maitre  d’Ouvrage  est  très  attaché  à la qualité  esthétique  du  bâtiment. Dans  son  esprit, cette qualité ne rime pas avec surcoût.

Les besoins, à minima, pour cette Auberge de jeunesse sont :
75 lits minimum, conformément répartis, une banque d’accueil fermée et accessible PMR (personnes à mobilité réduite), le maintien des 2 cuisines, la mise en accessibilité à tout public du bâtiment, l’amélioration du confort apporté aux résidents (chambre, thermique, ...), un espace dédié à Radio Tintouin, un espace commun, une salle de réunion isolée, un local dédié à l’office de tourisme dans le cadre du canal à vélo. La fourniture de nouveaux mobiliers pour les chambres.

 

L'Auberge de jeunesse rénovée pour 800.000 euros

Dans le cadre de sa politique d’investissement, la Communauté de Communes Vierzon-Sologne-Berry  souhaite procéder à la  requalification de l’Auberge de Jeunesse à Vierzon pour un montant 800 000 euros. L'Auberge de jeunesse de Vierzon avait été construite au tout début des années 1970 et dans les années 1960, un autre projet avait été élaboré.

L'Auberge de jeunesse rénovée pour 800.000 euros
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

christobal 26/05/2019 12:49

Rebâtir au même endroit avec possibilité d'agrandir en recuperant pôle emploi ???

christobal 26/05/2019 12:41

Rebâtir sur le même emplacement et agrandir en récupérant le site de pôle emploi !!!!!

Robert 26/05/2019 10:27

Il serait bien plus logique de la refaire au même endroit et de récupérer l'ancien pôle emploi par la même occasion, pour l'agrandir en surface sans toucher au parking d'à coté.
Il suffit comme cela de commencer du coté de l'ancien pôle emploi la reconstruction, afin de ne pas gêner les locataires en attendant et revenir progressivement détruire l'ancien bâtiment de jeunesse!.
Cela permettra d'avoir un quartier neuf du même coup et des locataires heureux d'être au calme également ,pour se reposer et vivre en paix lors des festivités du coin , c'est le principe d'un logement respectueux , non !

HA 07/01/2019 10:14

Je verrais bien un studio de cinéma sur le site de la Société-Française. VIERZONWOOD. Pour des films du terroir berrichon avec des champignons et des tracteurs en vedette... Allo, Luc Besson ?

HA 07/01/2019 11:01

@Vierzonitude. Eh bien il faut reprendre l'idée et la retravailler. À l'époque de Rousseau, il n'y avait pas Youtube et ses millions de spectateurs potentiels. Faire du cinéma, ça peut être un projet fédérateur pour notre ville moribonde. De nos jours, des caméras et des drones pour des vues aériennes ça ne coûte pas des pinottes. Il faut juste un grand local pour réunir les passionnés du septième art prêts à se lancer dans une telle aventure. Le site inutilisé de la Société Française ferait l’affaire.

vierzonitude 07/01/2019 10:20

Ne rigolez pas, sous Jean Rousseau, l'idée avait été émise; Mais sans suite...

Archives

Articles récents