Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Commerce : un informaticien Corse propose une solution, Vierzonitude l'a interviewé

Publié par vierzonitude sur 23 Novembre 2017, 08:42am

Après le reportage sur C8 à propos de la désertification commerciale de Vierzon, Vierzonitude a reçu un mail de Pierre-Michel, lanceur d'alerte qui lui aussi tente de trouver une solution ou des solutions au problème, y compris en Corse. Vierzonitude l'a interviewé. 

 

Vous avez découvert Vierzonitude à travers le reportage de C8 dans l'émission d'Ardisson. La problématique vierzonnaise est-elle la même que la problématique corse ?

La problématique que vous rencontrez est sensiblement la même que celle rencontrée en Corse, mais à un stade malheureusement, me semble t’il, plus avancé. La rue montrée dans le reportage m’a fait froid dans le dos et je souhaite ne jamais voir cela chez moi.

 

La désertification des centres villes n'épargne pas la Corse que vous habitez. Quel constat faites-vous ?

Effectivement, en Corse aussi nous constatons une forte diminution des commerces de proximité par manque d’activité et aucun repreneur.

 

Quelles sont, selon vous, les causes de cette désertification ? Centres commerciaux en excès ? Mauvaise adaptation des commerçants de proximité aux nouvelles façons de consommer ?

Nous avons d’un côté des centres commerciaux en périphérie des villes, toujours plus grands, avec de vastes parkings gratuits, proposant toujours plus de services et des offres commerciales attractives. Et d’un autre côté nous avons, un petit peu plus qu’ailleurs selon l’INSEE, ce phénomène qui tend à amener les consommateurs directement vers le centre commercial où l’on trouve facilement le produit commandé sur un site e-commerce qui propose très souvent des offres promotionnelles. Face à ces nouvelles pratiques commerciales, nous avons des centres villes où il est souvent difficile de stationner, où se trouvent les commerçants de proximité, désemparés, mal informés, maîtrisant mal, voire pas du tout les outils et méthodes numériques adaptés aux nouveaux modes de consommation. En conclusion nous avons des centres commerciaux toujours plus attrayants, des sites e-commerce toujours plus alléchants et des commerçants de proximité isolés dans leurs boutiques, ne disposant pas des outils numériques indispensables aujourd’hui à la promotion de leurs activités.

 

Vous avez créé un site internet, www.pimis.corsica, parlez-nous de son utilité ? 

Pimis est une plateforme disponible sur Internet via l’adresse www.pimis.corsica mais aussi grâce à ses applications iOS et Android. Pimis a un double objectif qui est d’assurer la diffusion des informations et publicités proposées par les commerçants de proximité, et octroyer des avantages pécuniaires à leurs clients. Pour ce faire, j’ai développé cette plateforme qui intègre un annuaire géolocalisé, permettant à chaque commerçant partenaire d’être référencé et géolocalisé. Un réseau de bons plans qui permet aux commerçants de proposer produits, promotions et événements directement vers les utilisateurs proches de leur point de vente. Un système de Cashback qui permet au consommateur de récupérer une partie du montant de ses achats sur son compte Pimis gratuit qu’il aura préalablement ouvert en ligne. Cet somme ainsi économisé peut être ensuite dépensé chez un ou plusieurs commerçants partenaires. Aucun minimum, aucun plafond, la seule condition pour gagner de l’argent avec Pimis est de faire ses achats chez les commerçants partenaires en présentant sa carte Cashback. Pour dynamiser un peu plus le système et "viraliser" la communication des commerçants, Pimis s’appuie sur le mastodonte des réseaux sociaux, Facebook, en proposant aux utilisateurs de doubler le pourcentage de Cashback chez les commerçants en partageant les bons plans Pimis sur leur profil Facebook. Bien entendu, nous formons et demeurons disponibles pour aider nos commerçants partenaires à l’utilisation de notre plateforme.

 

Est-elle transposable au continent ?

Cette plateforme est adaptable partout en France, voire même en Europe. Nous avons d’ailleurs des utilisateurs qui résident sur le continent et qui se sont inscrits sur notre plateforme alors qu’ils passaient leurs vacances en Corse. Il est à noter que le côté positif d’une transposition sur le continent, en plus des avantages proposés par la plateforme, serait la création d’emplois, car le déploiement de Pimis dans une ville nécessite des ressources humaines.

 

Vous-même, êtes-vous commerçant ?  Si non, pourquoi vois intéressez-vous à ce sujet ?

Je ne suis pas commerçant au sens classique du terme, mais développeur d’applications informatiques et par conséquent entrepreneur. J’ai eu l’occasion de travailler comme technicien dans une des plus grandes entreprises informatiques de Corse. Ceci m’a permis de travailler sur divers systèmes comme des DAB (distributeur automatique de billets), des réseaux informatiques formés par plusieurs centaines de stations de travail éparpillées aux quatre coins de l’île, et des systèmes d’encaissement. J’ai donc été au contact de commerçants de proximité pendant plusieurs années ce qui m’a permis de mieux comprendre les problématiques qu’ils peuvent rencontrer. Mais cela a pris du temps. En Corse, nous avons cette facilité « d’offrir le café », de se montrer avenant afin d’échanger sur divers sujets, mais quand il s’agit d’évoquer les problématiques liées à l’activité d’une entreprise, cela devient compliqué. Il y a comme une sorte de fierté qui nous empêche de confier les difficultés professionnelles que l’on peut rencontrer.

 

Vous évoquez "une fierté qui empêche les commerçants de confier leurs difficultés", pouvez-vous détailler ?

C’est un trait de caractère que l’on observe en Corse comme ailleurs sans doute... Une sorte de fierté solitaire qui nous pousse à essayer de résoudre seul nos problèmes, ou en petit comité, alors qu’en unissant les idées et les compétences de chacun nous pouvons y arriver plus facilement et aller plus loin. Je pense qu’il faudrait transformer cette « fierté solitaire » en « fierté solidaire », et là, nous pourrions faire bouger les choses.

 

Que manque-t-il aux centres villes exactement ?

En prenant un peu de recul on s’aperçoit que les centres commerciaux, s’inspirent fortement des centres villes en recréant ce qu’on appelle « des lieux de vie ». Les centres villes disposent de toutes les infrastructures nécessaires et sont déjà des « lieux de vie » bien plus riches sur bien des points. En d’autres termes, des actions visant à augmenter l’attrait commercial et culturel des centres-villes pourraient leur donner un nouveau souffle de vie. De plus, cela créerait indéniablement de l’emploi non précaire et contribuerait à développer et renforcer un esprit de solidarité et d’entre aide. Mais je me demande si ce nouveau souffle tant attendu ne pourrait pas être apporté par les riverains eux-mêmes qui, associés aux acteurs économiques, récréeraient un grand centre commercial à ciel ouvert au centre-ville ?

 

Vous souhaitez transformer une fierté solitaire en une fierté solidaire ? Comment ?

Vous savez ce que l’on dit, « l’union fait la force » et c’est ce que j’essaie de faire avec Pimis. Unir les commerçants de quartier sur une plateforme numérique afin d’augmenter leur attrait commercial et leur permettre de rivaliser avec leurs concurrents.

 

Vous êtes un lanceur d'alerte. Pensez-vous que l'union des lanceurs d'alerte pourrait avoir un poids important sur les prises ou les non prises de décision politiques ?

Le terme « lanceur d’alerte » me parait dépassé dans la mesure où « la sonnette d’alarme » a été tirée à maintes reprises dans différents secteurs. Par exemple, un rapport rendu public le 20 Octobre 2016 qualifie de « préoccupant » le phénomène de vacance commerciale, et ce, malgré le dispositif prévu par la loi du 18 Juin 2014 relative à l’artisanat, au commerce et au TPE destiné à revitaliser les centres villes. En France nous attendons trop des pouvoirs publics, je pense au contraire que la multiplication des actions destinées à fédérer les acteurs économiques serait plus profitable pour peser sur les prises de décision des acteurs politiques.

 

Voici, ci-dessous, le site internet qu'il a conçu.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents