Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Contrats aidés supprimés : les élus invités à voter la motion le 17 octobre

Publié par vierzonitude sur 16 Octobre 2017, 07:30am

Le gouvernement vient d’annoncer brutalement la suppression de 260 000 contrats aidés (CUI-CAE, emplois d’avenir…) en deux ans, dont 149 000 la première année.
 

Cette décision est très préjudiciable au fonctionnement des services publics de l’État, des hôpitaux et des collectivités locales comme celle de Vierzon, et de milliers d’associations qui sont toutes et tous investis pour aider au retour à l’emploi de centaines de milliers de chômeurs éloignés de l’emploi. Elle se traduirait à brève échéance par la disparition d’une cinquantaine d’emplois aidés sur la ville de Vierzon.
Elle plonge ou replonge toutes ces personnes et toutes celles candidates à ce type de dispositif, dans l’angoisse et les affres du chômage de longue durée que le gouvernement prétend par ailleurs combattre.

 

Il est proposé au Conseil municipal :


- de demander instamment au Gouvernement de revenir sur cette décision et de rétablir les crédits
nécessaires au maintien de tous les emplois aidés.

Annie Vigier, citoyenne vierzonnaise, adhére de la première heure d'En Marche, réagit cependant, à la suppression des emplois aidés qui touchent, notamment, l'AJCV, l'association des jeunes créateurs vierzonnais. Celle-ci, s'est déjà adressée aux députés macronistes du Cher, en ces termes :

" Mesdames et Messieurs les député(e)s, 
Vous êtes d'abord et avant tout marcheurs, vous êtes attachés aux territoires et êtes conscients de l'apport des associations pour créer du lien et assurer au quotidien des services à la population que le seul Service Public ne pourrait assurer avec autant d'implication et souvent d'abnégation. 
Sans doute certaines et certains d'entre vous étaient-ils de ce "bord-là" il y a encore peu de temps. Alors, comment pouvez-vous laisser passer une mesure qui, de façon brutale, supprime toute substance à un travail de proximité durant tant d'années, sans l'accompagner de mesures substitutives ? 
Pourquoi, comme le fait avec courage ce gouvernement, ne pas avoir pris le temps d'analyser les outrances et les bienfaits des contrats aidés, sans doute aussi les autres leviers financiers mobilisables pour soutenir ces associations, avant d'appliquer cette décision sur la seule foi du rapport de la cours des comptes (alors qu'un rapport de la DGEFP relevait l'efficacité et la pertinence de nombre de ces contrats).
Nous ne vous avons pas soutenus pour prendre des mesures hâtives, mais pour transformer notre Pays. Ne détruisez pas ces belles énergies ! 
Merci

Annie Vigier, a ainsi, pour mission, au nom du collectif des associations qui s'est constitué à Vierzon en réaction à l'annonce de la non-reconduction des contrats aidés, rejoint par les collectifs de Bourges et Saint-Amand, de solliciter auprès de vous une prochaine rencontre, aux fins de vous apporter l'éclairage nécessaire en amont des discussions de la première partie de la loi de finances 2018.
 
"J'adhère en effet complètement aux préoccupations émises par ces associations, en ma qualité de représentante de la délégation départementale de l'APF (Association des Paralysés de France).
Si notre association compte une centaine d'emplois aidés au niveau national, elle se trouve impactée dans une moindre mesure par les restrictions budgétaires au niveau local.
En revanche, nous constatons au quotidien le risque, par effet papillon, d'un effondrement de l'ensemble du tissu associatif, des services rendus aux populations, et de la plus grande précarisation des salariés visés.


Nous nous interrogeons :


-          Comment en effet peut-on, par exemple, imaginer remplacer un contrat aidé par un Service civique, non ou peu indemnisé puisqu'il ne s'agit même pas d'une rémunération ?


-          Pourquoi ne pas avoir "en même temps" assorti cette décision brutale d'un accompagnement personnalisé des bénéficiaires vers une professionnalisation et une sécurisation de leur parcours, puisque telle est la volonté du gouvernement, et d'une refonte globale du mode de financement des associations qui œuvrent efficacement sur le territoire ?


-          A-t-on, ainsi que l'on vous y invite, mesuré l'impact humain, économique, et politique aussi, de ce bouleversement pour les associations et les collectivités ?


-          Est-on conscient dans les arcanes du nouveau pouvoir de l'effet induit sur les autres emplois pérennes, fragilisés voire remis en cause par le déséquilibre budgétaire ainsi généré ?


Vous vous en doutez, l'interrogation porte également sur le rapprochement nécessairement réalisé entre des mesures fiscales très favorables à destination des plus riches (ISF entre autres) et ces mesures impactant directement les populations les plus fragiles.
 
Aussi le collectif sollicite-t-il une rencontre constructive, si possible dans la semaine 42, et idéalement, si vos agendas respectifs le permettent, le Samedi 14 Octobre, à Bourges ou à Vierzon selon vos possibilités, afin d'échanger très largement sur cette situation.
 
Par avance nous vous en remercions.
 

Vous trouverez également ci-joint  le courrier adressé en ce sens à Monsieur le Sous-Préfet de Vierzon.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Rodier 16/10/2017 15:10

Macron nous fait regretter Hollande Sarkozy ou Fillon.Il tape sur tout le monde à l'aveugle.Il s'attaque meme aux détenteurs de plan d'épargne en actions.Il ponctionne les retraités qui on travaillé tout leur vie en commençant souvent à 14 ou 16 ans.Soit disant pour financer des jeunes sans projets qui retardent au maximum leur entrée sur le marché du travail car ils appartiennent à la génération coocooning qui n'a pas de projet professionnel.J'ai 35 ans,j'ai commencé à travailler à 18ans et je vis à Paris.Aujourd'hui beaucoup de jeunes ne travaillent pas ou de manière precaire et intermittente.Mais ils ont malgré cela les moyens de consommer et de voyager.Comment font ils?Les retraités n'ont pas à payer pour eux.D'autant que les retraités ont une meilleure fibre patrimoniale que les 16-30ans.Donc si vous vous comptez sur les jeunes pour soutenir les entreprises et l'économie réelle,vous serez decus!Rien n'est bon dans le Macron.Sarko et Hollande avaient été Maire Député et conseiller général avant d'etre président.Ils connaissaient la politique locale eux.

Annie VIGIER 16/10/2017 09:11

Suite de l'histoire... ou plutôt non-suite, puisqu'aucun des députés interpellés n'a souhaité rencontrer le collectif. Seule Nadia Essayan a répondu... qu'elle attendait une entrevue avec Mme La Préfète en début de semaine dernière. Son courrier, qu'elle a eu la courtoisie de nous transmettre en copie, montrait bien qu'elle aurait dû rencontrer le collectif avant même de rencontrer la préfète, afin d'avoir une connaissance complète de la problématique et des effets induits. Depuis, plus rien... Gêne, approbation de ces dispositions, obligation de solidarité avec le gouvernement, je ne veux pas croire à de l'indifférence ? Il est vraiment dommage qu'aucun de nos députés, alors qu'ils étaient présents dans leurs circonscriptions, n'aient pris le temps d'écouter ce que les associations avaient à leur dire en amont des débats à l'Assemblée Nationale. Comme si la chose était définitivement bouclée...

Dudulasoudure 28/09/2017 13:00

Trop fort les macroniste.
Macron a trahi personne il applique la politique qu'il a dit, celle de la finance
Je doute fort que si le problème n'avait pas touché un proche les macronites réagisses comme ça?
Nous nous vous avons pas vu aux manifestations sur la retraite sachant que le pouvoir d'achat des retraités va être diminuée?
Mais comme disent les macroniste ,
laissez le faire et vous jugerez après.

Capdevielle 16/10/2017 09:15

"Il est juste que les meilleurs revenus participent à l'effort de tous". Ben voyons ! Il est juste que ceux qui se sont défoncés toute leur vie, depuis le début de leurs études jusqu'à leur retraite, sans jamais une seule heure de chômage, en travaillant 60 heures par semaine ou plus, soient ponctionnés encore et encore et encore au profit de ceux qui se laissent vivre en bénéficiant de la manne des aides sociales. C'est du hollandisme XXL. Pas étonnant que tout s'enfonce inexorablement en France, le découragement gagnant "les Premiers de Cordée". Ce n'est pas en marchant ainsi que la France va se redresser.

Annie VIGIER 28/09/2017 14:24

Bonjour Dudula...soudure ! Merci de ne pas généraliser à l'ensemble des "macronistes", qui - sans doute - ne partagent pas mon avis. Donc posez-leur directement la question.
Si vous m'interrogez concernant la retraite, 1 J'y serai dans peu de temps, mais pour l'instant je ne vais pas pénaliser l'entreprise dans laquelle je travaille en abandonnant mon poste pour défiler, 2 Il est "juste" que les meilleurs revenus participent à l'effort de tous, 3 Les retraités aux plus faibles revenus ne payeront pas de CSG et bénéficieront des diverses exonérations qui augmenteront, au contraire, leur pouvoir d'achat.
En citoyenne libre et non-inféodée, je me permets donc d'applaudir les mesures que je considère nécessaires, même si elles sont difficiles à prendre, de celles qui détruisent un pan de la société et de l'économie sans lui laisser entrevoir de compensation ou de solution alternative.

Archives

Articles récents