Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Eric Larchevêque à Vierzonitude : vivre le succès de Ledger est une chance formidable

Publié par vierzonitude sur 15 Février 2020, 11:12am

Eric Larchevêque à Vierzonitude : vivre le succès de Ledger est une chance formidable
Comment portez-vous cet héritage à la fois historique et industriel de votre arrière grand-père, Marc Larchevêque ?
 
 
C'est avant tout une grande fierté que d'avoir un aïeul qui a réussi à construire et développer une telle entreprise industrielle. Et cet héritage a sûrement modelé mon enfance. Je me rappelle en effet très bien étant petit, courir dans les couloirs de l'usine, avec déjà un vague sentiment de responsabilité et de mission. L'entreprise a ensuite péréclité et le sujet n'a été que rarement abordé en famille. Il me parait cependant évident aujourd'hui que mon envie de construire vient des étoiles qui brillaient dans mes yeux d'enfant, lorsque je voyais les trains de porcelaine pénétrer sans fin dans les fours tunnels.
Votre arrière grand-père construit un empire porcelainier, vous, l'arrière petit-fils faites prendre à la ville de Vierzon un virage numérique, Vous n'auriez pas pu construire Ledger ailleurs qu'à Vierzon ?
 
 
Mon retour à Vierzon est le fruit d'une incroyable coincidence. Ledger est né de la rencontre de trois entreprises, dont une était basée à Vierzon. J'ai évidemment été immédiatement interpellé par ce fait, mais l'affaire a pris une dimension supérieure lorsque j'ai compris que Joël Pobeda (son fondateur) venait par pur hasard de racheter la maison de famille Larchevêque pour s'y installer. Parfois, il ne faut pas lutter contre le destin ! Nous avons ainsi tout de suite souhaité mettre Vierzon au coeur de notre culture d'entreprise, en commençant par un clin d'oeil en inscrivant "Paris, Vierzon, San Francisco" sur les millions de produits que nous avons vendus. Notre attachement à Vierzon s'est ensuite fortement ancré avec l'ouverture du LedgerPlex, afin d'y rapatrier toute notre production.
Après Marc Larchevêque, que s'est-il passé pour votre famille jusqu'à vous qui êtes né à Vierzon ?
 
A la mort de Marc Larchevêque en 1950, mon grand-père Pierre assure la direction de l'usine. Il décède trois ans plus tard, ne laissant pas le choix à mon père André (qui rêvait d'une vie de prospecteur minier) de reprendre l'affaire familiale à l'âge de 26 ans. Il dirige l'entreprise jusqu'à sa revente à Deshoulières dans les années 80, puis ma famille déménage à Paris lors de mon entrée au lycée. 
 
 
Lu sur un site  : vous vous apprêtez à poser vos valises à Vierzon ?
 
 
J'ait fait l'acquisition d'un domaine en Sologne (à 20 min de Vierzon), où j'ai décidé de m'installer avec ma femme et mes enfants cet été. Je souhaite en effet vivre une vie plus authentique, proche de la nature, et aussi bien entendu me rapprocher de Ledger et ses activités à Vierzon.
 
 
L'émission de M6 Qui veut être mon associé vous offre une exposition extraordinaire que vous accompagnez d'un suivi sur votre site, on vous sent comme un poisson dans l'eau, enthousiaste, ouvert à la séduction d'un projet. On a l'impression que l'entreprise, vue comme cela, c'est simple...
 
 
L'entrepreneuriat est à la portée de tous, mais n'est certainement pas pour tout le monde. L'aventure entrepreneuriale est un véritable ascenseur émotionnel, qui nécessite un don de soi permanent. Il n'y a pas de prérequis académique pour créer et développer une entreprise. Un autodidacte rempli de bon sens y sera bien plus efficace d'un énarque ! Entreprendre est pour moi une passion, un plaisir immense. Si lorsque j'en parle cela parait simple, alors cela veut juste dire que tel l'artiste qui réalise un numéro dangereux de cirque en souriant, j'ai réussi à bien cerner mon sujet.

 

Mon objectif en participant à Qui veut être mon associé est de mettre un coup de projecteur sur l'entrepreneuriat et montrer que nous sommes désormais loin de l'image du patron face à la classe ouvrière. Il est possible de réussir et créer de la valeur, sans pour autant le faire au détriment d'un autre. Faire voler en éclat ce cliché est primordial, car le monde a besoin d'entrepreneurs pour avancer, et j'espère ainsi, via l'émission, générer de nombreuses vocations. 
 
 
A quand un restaurant africain à Vierzon ? Vous avez pensé, pourquoi pas, à accueillir, ici, des activités pour lesquelles vous êtes désormais associé ?
 
Pourquoi pas ouvrir une franchise des Tontons Afro à Vierzon, oui bien sûr ! Mais d'abord nous devons prouver le concept dans des grandes villes. Je ne peux pas rentrer dans les détails car la séquence n'a à ce jour pas encore été diffusée sur M6, mais nous sommes en train d'accueillir à Vierzon (dans le LedgerPlex) l'industrialisation d'un des projets dans lesquels j'ai investi.
 
 
Que représente la ville de Vierzon à vos yeux ?
 
J'ai eu l'honneur de contribuer au développement économique de Vierzon grace au succès de Ledger, mais aussi à améliorer l'image de la ville dans les médias nationaux. C'est pour moi une véritable fierté, car j'ai un profond attachement à la ville. Lorsque le bilan de ma carrière viendra, j'espère pouvoir dire que j'aurai eu un impact positif et significatif sur la ville. 
 

 

 
Pas une semaine sans qu'une revue, un journal, un site spécialisé, ne parle de Ledger. Quel goût a ce succès pour vous ?
 
 
Vivre le succès de Ledger est une chance formidable, et je suis chaque jour heureux et fier d'y avoir apporté ma contribution. Mais c'est aussi une grande responsabilité. Nous ne sommes qu'au début de ce que nous souhaitons construire, et les attentes sont énormes, que ce soit au niveau de nos investisseurs, collaborateurs ou partenaires. Il ne faut jamais oublier que rien n'est jamais gagné, et en aucun cas nous ne devons nous reposer sur nos lauriers. Nous avons certes fait une grande partie du chemin, mais le plus difficile est à venir !
 

 

 
Pensez-vous que nous pourrions être la première ville du monde à payer tous nos achats en bitcoin ?
 
 
Ce serait formidable pour la renommée de Vierzon, mais c'est complètement utopique. Non pas à cause de la ville elle-même, mais tout simplement parce qu'une telle approche radicale n'est pas encore vraiment possible d'un point de vue technologique et réglementaire. On refera le point sur ce sujet d'ici 5 ans ! 
 
 
Vous voulez faire grandir votre ville, comment allez-vous, vous y prendre ?
 
 
Le moyen le plus efficace à mon niveau pour faire grandir Vierzon économiquement est de continuer à développer Ledger. Plus l'entreprise sera forte, plus elle pourra employer de monde, et plus elle fera rayonner le nom de Vierzon dans le monde entier. Ceci aura pour conséquence de faire venir de plus en plus d'entreprises sur le Parc Technologique, qui sera de plus en plus étendu. L'arrivée de l'école Algosup, portée avec succès par Franck Jeannin, est une étape supplémentaire de la transformation économique positive à long terme de Vierzon.
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

pierre de vierzon 15/02/2020 21:52

ENFIN, comme le canal qui a retrouvé son eau, Vierzon retrouve l'excellence.
L'intelligence, la passion, la qualité, la création et de la jeunesse dans tout cela, il suffit de s'y mettre, Vierzon le mérite, ça vas le faire. Il y a dans cette ville de bonnes ondes peut être même fractales a faire briller le plus terne des esprit. Quand tu as tout et que tu ni arrive pas s'est qu'il faut faire autre chose autrement il faut changer d'état d'esprit pousser l'excellence la création dans le tempérament de l'histoire de cette ville. Se MONSIEUR fait le lien . Bravo.

Sirop 13/02/2020 22:03

Le coeur de métier de Ledger est certes le Bitcoin.Mais les applications de la blockchain est bien plus vaste.
Ledger vend par exemple à Engie des boitiers dits TEO pour permettre une traçabilité à la milliseconde de l'électricité produite.Ce pour permettre au client de savoir si l'électricité qu'il consomme est produite par des panneaux photovoltaïques,des moulins à vent,des barrages ou une centrale nucléaire.
La traçabilité et la sécurité des données sont promises à un bel avenir.

J 13/02/2020 17:46

Investissez à Vierzon des jobs qualifiés et non pas des assembleurs ou des colleurs de timbres !
C'est ainsi que vous pourrez changer l'image de Vierzon.
Comme le dit @Jm, je serais aussi heureux de rencontrer @EricLarch

edge 15/02/2020 12:17

Sympa pour les assembleurs ! Les gueux vous remercient de votre commentaire abject.tout le monde à le droit de travailler non?

J 15/02/2020 11:40

Je viens de voir tous les postes ouverts à Paris, délocalisez le support qui peut être n’importe où donc à Vz et vous pouvez essayer le télétravail et les video Conférence...vous connaissez déjà...cela fonctionne parfaitement dans l’informatique et vous pourrez remplacer Paris par Vierzon dans 50% des cas. Et de plus le m2 est moins cher ;-).

J 15/02/2020 11:30

Merci Mr Balland pour cette information. Poursuivez dans cette voie afin de créer un pôle high-tech à Vz... Pourquoi pas avoir une chaîne intégrée complète, vous permettant ainsi d’être indépendant de la Chine. Il faut changer la population, attirer plus d’Ingé...à 1:30 de Paris, c’est jouable avec le calme de la vie à la campagne.

David Balland 14/02/2020 09:11

Nous employons déjà des ingénieurs et techniciens, qui développent les systèmes informatiques internes, gèrent une partie de l'e-commerce ou des ventes et de la compta.

Nous venons aussi d'ouvrir des postes d'agents de support technique anglophones, consultables sur www.ledger.com/join-us

mobal 13/02/2020 16:29

Un excellent souvenir de l'élève Eric pour sa scolarité à l'école de Vignoux sur Barangeon où il habitait . Parents très intégrés à la vie locale par la création d'une école de danse de haut niveau..

Jm 13/02/2020 12:36

Je serai heureux de serrer la main de ce gars.

Quelqu'un de simple, visionnaire...
Le Larry Page et Sergey Brin Vierzonnais,
le tout dans un seul homme

Archives

Articles récents