Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Et si l'annonce de la fermeture de l'aire d'accueil du Bois d'Yèvre n'était qu'un leurre ?

Publié par vierzonitude sur 8 Janvier 2017, 10:37am

L'annonce de la fermeture du terrain des gens du voyage, au Vieux-Domaine, risque de rester un effet d'annonce, une façon pour la communauté de communes de Vierzon de montrer qu'elle a pris une décision sans être applicable. Pour la simple et bonne raison qu'il n'existe pas d'autres terrains pour l'instant. A moins d'imposer, sans concertation, une aire d'accueil à des riverains. La force a montré que rien ne peut être résolu sans une solution pérenne.

Il y a 17 ans, une aire d'accueil était ouverte en contrebas de l'A20. A la suite d'un accident (un enfant avait grimpé le talus et s'était fait renverser par une voiture), la Préfecture décide de fermer l'aire d'accueil. Depuis 17 ans, aucune solution n'a été trouvée. La preuve : la ville de Vierzon traîne comme un boulet cette création d'aire d'accueil. On se souvient, sous l'ère Jean Rousseau, des tergiversations. Des tentatives de passage en force qui ont échoué. De la création d'une aire au Bois Blanc, détruite. Depuis 17 ans, ni les élus de la précédente majorité, ni ceux-là n'ont su trouver une solution à ce problème épineux.

Or, d'un seul coup, la communauté de communes nous sort de son chapeau, un arrêté de fermeture de l'aire d'accueil du Bois d'Yèvre. C'est très bien pour faire croire qu'on a de l'autorité mais, dans le principe, où iront les membres de cette communauté ? Car ils vont forcément mettre leurs caravanes quelque part ? Ailleurs, sur un terrain illégal comme route de Tours par exemple ? Et les trois caravanes perdues dans le champ en face et qui stationnement pour deux d'entre elles près de la voie ferrée, qui va les retirer ? Où iront-elles ? La communauté de communes explique être en cours d'acquisition d'un terrain, mais depuis combien de temps est-elle en cours d'acquisition d'un terrain...?

Souvenez-vous du cirque quand il a fallu "vider" l'aire d'accueil le long de l'A20 ? Qui va évacuer l'aire d'accueil du Bois d'Yèvre ? Les forces de l'ordre ? La police municipale ? Comment va se dérouler cette évacuation prévue selon France Bleu Berry d'ici à la fin janvier ? Quelle solution de rechange ? Et si une fois de plus, la communauté de communes (comme nous le joue régulièrement la ville) se défaussait sur l'Etat en expliquant, nous, on a fait le boulot, l'Etat n'assume pas derrière ? Une belle façon de repousser à une date ultérieure le problème. A moins que la communauté de communes de Vierzon ait une solution dans sa manche qu'elle refuse de communiquer ? La CDC doit financer cette aire d'accueil à hauteur d'un million d'euros. Alors pourquoi il a fallu un énième acte de vandalisme au Bois d'Yèvre pour prendre cet arrêté ? Une pression amicale ds entreprises situées sur la zone industrielle ds Forges qui en ont ras le bol de cette situation ? Autant de questions qui, comme d'habitude, n'ont pas de réponses... 

Et si l'annonce de la fermeture de l'aire d'accueil du Bois d'Yèvre n'était qu'un leurre ?

Dix-sept ans plus tard, rien n'a changé... Voici ci-dessus, un article de presse datant de 1999, il y a donc 17 ans. Cet article évoque le problème des gens du voyage après la fermeture de leur terrain, le long de l'A20 (suite à un accident, un enfant avait monté le talus et s'était fait renverser par une voiture). Et bien, 17 ans, plus tard, le même problème existe ! De 1999 à 2008, la municipalité de Jean Rousseau n'avait pas su le résoudre et de 2008 à 2016, malgré les donneurs de leçons qui composent la majorité, idem, le problème n'est pas résolu et il n'est près de l'être...

Et si l'annonce de la fermeture de l'aire d'accueil du Bois d'Yèvre n'était qu'un leurre ?

Il aura fallu qu'une grosse goutte fasse déborder le vase pour que la communauté de communes de Vierzon consente à fermer l'aire d'accueil qui reste provisoire au Bois d'Yèvre. La goutte d'eau, c'est un énième acte de délinquance au garage de la Plateforme, à côté. Une voiture volée et brûlée même si aucun lien entre ce vol et l'aire d'accueil n'est aujourd'hui fait. Mais le plus surprenant, ce n'est pas décision de François Dumon, le président de la communauté de communes. C'est le temps de réaction. Car dans la presse locale qui annonce cette fermeture, on lit aussi que Michel Pobeda, secrétaire de la coordination des entreprises Forges-Vieux-Domaine (une association destinée à assurer la sécurité des entreprises de la zone industrielle des Forges), dresse une liste des méfaits dont les Vierzonnais n'ont jamais entendu parler...

Surtout, taire la réalité... Michel Pobéda, également propriétaire malheureux du terrain qui abrite les gens du voyage, parle de plaintes à répétition, de courriers envoyés à la communauté de communes, d'effractions, jets de pierre, chiens dangereux, coups de fusil et.... rien ! Il a fallu cette voiture brûlée pour que d'un seul coup, des années et des années de faits de délinquance remontent à la surface et suffisent à faire fermer le site. 

La communauté de communes de Vierzon agit de la même façon que la ville de Vierzon (normal ce sont les mêmes élus), on ignore le problème donc pas de problème et pas de solution à proposer ! Sauf que ce n'était un secret pour aucun Vierzonnais que l'aire d'accueil provisoire des gens du voyage (qui ne voyagent d'ailleurs pas) était une épine dans le pied du quartier. Depuis plus de vingt ans que le problème est mis sous le tapis en tentant de trouver des solutions qui n'en sont pas.

Aujourd'hui, l'urgence est de fermer le site d'accueil sans se préoccuper de l'après : car les caravanes qui y sont installées devront bien trouver refuge ailleurs ? Sur le terrain de la route de Tours, également évacué ? "La sécurité n'est plus assurée" explique François Dumon, dans la presse locale. Mais, rassurez-nous, ça ne date que d'avant hier ? Sinon, pourquoi avoir mis autant de temps à trouver une issue qui n'en est pas vraiment une ? Ce qui ne fera que déplacer le problème ailleurs.

La communauté de communes renvoie l'Etat à ses responsabilités (pas assez de policiers), le conseil départemental aux siennes (accompagnement social) et la communauté de communes aussi qui, à la suite de la ville de Vierzon, doit trouver un terrain (la loi l'y oblige) d'accueil pour gens du voyage. Un serpent de mer qui existait avant l'élection de l'actuelle majorité en 2008 et qu'elle n'a pas su non plus régler. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Jag 28/12/2016 18:14

On a l'habitude ...depuis 50 ans, on a droit aux mêmes actions, erreurs et inepties de la part de la mairie de Vierzon....c'est ce qu'on appelle la tradition Vierzonnaise et on en a pour combien de temps encore avant que cela ne change ?

l'autre 22/12/2016 13:13

il faut les bannir de la ville! les subir et devoir se plier aux injonctions de pitié envers que réclament parfois nos chers élus moralisateurs est devenu insupportable... les gens ont le droit d"être en paix! que ceux qui ont métier de troubler l'ordre public depuis si longtemps déguerpissent!

Colpin 29/12/2016 20:06

Pourquoi si temp de racisme allor que nou sommes pa touse pareille nou on a pa tou ce que vou zaver on na pa les mêmes trois nous sommes des gens civilisés nous contrere a d autre

Archives

Articles récents