Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Et Vierzon adopta Ronvaux (Meuse), village anéanti par la Grande Guerre

Publié par vierzonitude sur 11 Novembre 2016, 07:00am

En pleine commémoration du 11 novembre, rappelons que le village de Ronvaux, dans la Meuse, est le filleul de la ville de Vierzon. Voici son histoire, qui est une histoire singulière et très touchante. Entre Vierzon et Ronvaux, un lien demeure, toujours très fort.

 

5223465.jpg

 

En 1920, une institutrice de Vierzon dont le mari était mort au front, dans la Meuse, traverse Ronvaux, dans la Meuse, ravagée par la guerre. Une poignée d'habitants. Une église. Plus tard, un monument aux morts. Madame Veuve Lescot veut ramener le corps de son mari, instituteur à Vierzon-Ville, tué au champ d'honneur, pendant la bataille de Verdun. Les 87 habitants que compte encore le village, deux ans après la fin de la Grande Guerre, croupissent dans des baraques, sans confort.

 

ronvaux.jpg

Le coeur serré par ce qu'elle voit, l'institutrice revenue à Vierzon, force le maire, Emile Péraudin, à créer un comité de secours à Ronvaux. Pleuvent des couvertures (42), des paires de draps (70), des assiettes creuses (162), des bols (124), une comptabilité généreuse de tout et de rien de la part de Vierzonnais solidaires. Les entreprises, les associations, la Caisse d'Epargne gonflent les dons. Par délibération, les écoles vierzonnaises adoptent l'école de Ronvaux. Dans une lettre adressée aux écoliers vierzonnais, les enfants de Ronvaux expriment leur gratitude : “Grâce à vous aussi, nous sommes des privilégiés parmi les sinistrés de notre région car vos démarches auprès des commerçants ont permis de nous procurer des manteaux, vêtements, chaussures, coiffures etc. Tous ces articles absolument neufs alors que nos camarades des autres communes n'ont rien eu ou des vêtements de peu de valeur.”

5223466.jpg

L'épouse du soldat vierzonnais a réussi son pari. Ronvaux a du inhumer treize de ses habitants sur cent... Le village est arcbouté sur sa propre misère et ne peut, en aucun cas, dégager les fonds nécessaires pour ériger un monument à la mémoire de ses fils tombés au front. Des soucis plombent l'énergie des habitants comme enlever les fils de fer barbelé, reboucher les trous d'obus... En avril 1923, le comité de soutien estime avoir accompli sa tâche. Ses caisses sont encore lestées de 4.700 francs, mis à la disposition du village. La somme se transforme en monument aux morts sur lequel ne figure pas treize noms mais quatorze : l'instituteur Lescot de Vierzon, y figure. On peut lire aussi cette inscription : “Vierzon, bienfaitrice de Ronvaux”. Il n'existe finalement, entre les deux villes aucune charte officielle d'amitié ou de jumelage. Mais le souvenir prégnant d'une communion singulière.

702_001.jpg

La rue de Ronvaux existe à Vierzon et la place de Vierzon est l'adresse de la mairie de Ronvaux. A Vierzon, encore, lors de l'extension de la l'usine Société Française (matériel agricole), dans les années 1930, Ronvaux donne son nom au premier atelier fabriqué en béton (et non plus avec des poutrelles métalliques)

  1. Willelsheim, en Alsace, est la filleule du département du Cher, depuis 1946, par l'intermédiaire du comité Berry-Alsace.

 

4.jpg

 

Alain Fournier, à Saint-Rémy la Calonne

Décidemment, le hasard ou le destin, au choix, est une drôle de performance. Alain Fournier, auteur du Grand-Meaulnes, est né à la Chapelle d'Angillon, dans le Cher. C'est à Nançay, près de Vierzon (Vierzon qu'il cite plusieurs fois dans son roman, notamment la gare), que l'écrivain passe, enfant et adolescent, ses vacances d'été. Mobilisé, Alain Fournier meurt en septembre 1914 mais sa dépouille n'est pas retrouvée. En 1991, après d'intenses recherches, son corps et ceux de ses vingt compagnons d'arme sont retrouvés et identifiés grâce à leurs plaques, tout près de la Tranchée de la Calonne, près de.... Ronvaux. Il est inhumé au cimetière militaire de Rémy la Calonne.

 

3.jpg

 

55-1824

2

 

1.jpg

Et Vierzon adopta Ronvaux (Meuse), village anéanti par la Grande Guerre
Et Vierzon adopta Ronvaux (Meuse), village anéanti par la Grande Guerre
Et Vierzon adopta Ronvaux (Meuse), village anéanti par la Grande Guerre
Et Vierzon adopta Ronvaux (Meuse), village anéanti par la Grande Guerre

Commenter cet article

chat noir 11/11/2015 11:11

La solidarité à changé ici voici un copié collé consternant ;
"Soutien a l'enseignante assassinée a albi
11 juillet 2014, 16:13 ·
BRAVO le maire PCF de VIERZON vous êtes le premier à avoir refusé que se tienne dans le département cet hommage à Fabienne...
BRAVO à Véronique de s'être battue pour faire aboutir avec son cœur et toute son énergie ce rassemblement.
Le CHER 18 n'aura sans doute pas son moment de recueillement pour Fabienne, c'est triste !"
Ceci demande sans doute explications, à vos plumes chers militants si vous existé encore.

Grigori Efimovitch Raspoutine 04/08/2014 13:46

C'est une marque de grand respect, que de se rappeler le sacrifice des tous ces hommes. Prenons garde maintenant à que ce grand hachis ne recommence... http://www.agoravox.fr/tribune-libre/article/la-troisieme-guerre-mondiale-155116

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents