Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Festival de demain mais avance de subvention aujourd'hui

Publié par vierzonitude sur 10 Décembre 2023, 06:10am

C'est Noël, les étrennes pleuvent. Une subvention de 25 000 euros sera versée à l'association Festival du film de demain, le solde de 50 000 euros sera versé en 2024, soit un total de 75.000 euros de subvention pour la troisième année consécutive.

Rappelons que l'’association Festival du film de demain (FDD), portée notamment par le réalisateur Louis-Julien Petit, a pour objet de proposer un festival annuel de cinéma engagé.

"Les deux premières éditions de ce festival ont remporté un grand succès auprès du public mais aussi des professionnels du cinéma et que l'événement a bénéficié d'une large visibilité", nous dit la ville de Vierzon. On aimerait savoir ce que signifie "large visibilité"...

La volonté de cette association est de reconduire ce festival de cinéma à Vierzon, en juin 2024, toujours en partenariat avec le Ciné Lumière et de proposer trois jours de compétition avec une sélection d'œuvres décloisonnées (films avec ou sans distributeurs, films destinés aux plateformes ou encore à la télévision) ainsi que des rendez-vous pour la nouvelle génération (concours de court métrage pour les 16-25 ans).

Pour la ville de Vierzon, c'est "un rendez-vous culturel fort qui permet aux cinéastes engagés de se révéler et d'échanger avec le public, de faire avancer le débat, de créer un lieu de transmission, de combat et d'avenir." Pas besoin de nous convaincre, la subvention sera versée de toute façon...

Et pour permettre à l'association de poursuivre l'organisation de ce festival à Vierzon en 2024, la ville envisage donc à accorder une subvention de 75 000 euros.

Festival de demain mais avance de subvention aujourd'hui

Pendant quatre jours, Vierzon a vécu son Cannes. Des vedettes, des films, du beau temps, des plaisirs simples pour la seconde année à travers le festival du film de Demain, un festival de films dits engagés. Bien sûr, on sait très bien que le festival du film de Demain n'existe pas que pour les paillettes médiatiques. Tout de même. Quand un projet voit le jour ainsi, quand les vedettes y viennent, au plaisir tout personnel d'avoir réussi son pari s'ajoute, parfois, le plaisir de faire parler de sa création.

Vierzon a parié là-dessus comme elle a parié sur le numérique, la logistique et d'autres choses en hic. Avec une enveloppe de 100.000 euros et des aides matérielles, c'est un beau petit budget d'argent public pour une ville qui se plaint sans cesse d'être à cours d'argent. Mais rien n'est trop beau pour la culture et l'animation. Autre rime en ique : le choix est politique.

Pour sa deuxième édition, le festival aura très certainement un bon bilan. 3.000 spectateurs l'an passé, sûrement beaucoup plus cette année. Evidemment, avec un tel investissement, en dehors de faire plaisir aux Vierzonnais, ce qui est légitime, on attend aussi des retombées. Ces fameuses retombées qu'on attend par exemple encore de l'étape du Tour de France. Ce jour-là, souvenons-nous, tous les médias étaient là. Et hormis une belle carte postale à la télé, que reste-t-il de cet investissement ?

Question semblable pour le festival du film de Demain. Autant de vedettes dans un mouchoir de poche, autant de stars dans une sous-préfecture, et les médias, hormis les locaux, boudent. Vierzon a plus de succès dans la contestation sociale en devenant le symbole d'une sous-préfecture d'où devrait jaillir la révolution prolétarienne que pour un festival avec autant d'étoiles au mètre carré.

Un passage à France Inter, un passage télé à France 3, la presse locale, le radio locale, et rien d'autres. Dommage pour l'image, car ne nous voilons pas la face. Qui aujourd'hui à l'ère des réseaux sociaux et du buzz n'a pas envie de croquer le sien ? Peut-être que notre cannes vierzonnais aura l'an prochain à cœur d'attirer les médias pour rayonner. Que notre modestie ne nous étouffe surtout pas : qui bouderait la lumière ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
A
Alors, comme ça, vous ne sentez pas Vierzonitude bien disposé à propos de ce festival ? Il me semble que c’est un jugement hâtif! Vierzonitude se reconnaît à sa petite « musique » habituelle toujours en demi-teinte. On a du mal à se réjouir pour de bon chez Vierzonitude. La musique de Vierzonitude a un nom : le blues. C’est l’ADN de Vierzonitude. C’est comme ça, c’est « en dur » comme on dit en informatique… C’est normal, à force de voir cette municipalité commettre des bourdes qu’un enfant de 6 ans ne ferait pas, on a tendance à redouter le prochain écueil sur lequel Vierzon va s’échouer. <br /> <br /> Mais voici l’exception qui confirme la règle : ce festival est une belle et bonne chose pour cette ville. L’ambiance y est chaleureuse, Madame le Maire accepte de se faire gentiment vanner par l’humoriste de service, les gens se parlent, les metteurs en scène sont abordables, le cadre est intéressant car le B3 est un formidable studio de cinéma à lui tout seul, la programmation est éclectique, l’organisation tient la route. Bref, c’est du bon boulot…<br /> <br /> D’ailleurs, cela montre que la municipalité peut être inspirée à l’occasion. Pas comme, lorsqu’elle choisit de pourrir la vie de ses habitants en tentant de faire construire cet entrepôt logistique dément au Nord ! Les semi-remorques sévissent partout en ville parce que toutes études d’impact ont été bâclées plus ou moins volontairement. Ou bien, par pure lâcheté en pensant que le transport routier + un entrepôt cela crée de l’emploi…De l’emploi dans un entrepôt réservé au stockage, c’est ridicule ! Ces Messieurs les décideurs ne voient pas que ce qui va les discréditer définitivement a un nom. Cela se nomme la robotisation ! Pas un chat chez Virtuo, télémaintenance généralisée, des capteurs et des caméras partout et basta ! l’emploi ? voisin de zéro ! Et ils le savent, n’en doutez pas… 340 places de parking pour le personnel ? juste un peu plus de goudron à la place de la zone humide en dessous. Pas grand'chose dessus...<br /> <br /> En revanche, ce qui est certain c’est que les semi-remorques, eux, vont prospérer en pleine ville. Avec la plateforme Virtuo, ce sont 600 poids-lourds de plus en ville, puisque les chauffeurs, encouragés par leurs patrons, confondent facilement les rues de Vierzon avec l’autoroute payante de Vinci. Ces camions fonctionneront demain à l’hydrogène ? Et alors ? ils fonctionneraient à la bouse de vache, ce serait pareil : 30 tonnes de matériel lancées à 50km/h, 80 décibels sur les nids de poule entre les maisons individuelles, à n’importe quelle heure du jour et de la nuit, vous appelez ça un environnement sain et sécurisant ? Le bruit est pire que les gaz à effet serre !<br /> <br /> Faire le choix de la logistique pour développer une ville est aujourd’hui un choix suicidaire ! La logistique est un cancer, les semi-remorques ses métastases !!!... Mais à Vierzon, le « trop grand, trop cher, trop tard », on connaît, malheureusement. Le Festival du film de demain pourrait bien être une salutaire exception : "pas trop cher, bien dimensionné, et peut-être visionnaire"… L’art pourrait-il sauver Vierzon ? et pourquoi pas ? En tous cas, plus sûrement que des hordes de poids-lourds anachroniques.<br /> <br /> Jusque là, vive le Festival du film de demain !..
Répondre
J
Vierzonitude regrette manifestement que ce festival ait connu le succès...Heureusement il y a eu le défilé des tracteurs anciens dans les rues de Vierzon! Cela donnait une image beaucoup plus moderne de la ville que le festival du film de ...demain.<br /> La couverture média? Elle ira grandissante au fil des années. Un phénomène normal pour toute création: il suffira de muscler le service communication du festival pour séduire les journalistes des "grands médias".Patience.
Répondre
V
Vous lisez mal ce ne sont pas les opticiens qui manquent a Vierzon pourtant....

Archives

Articles récents