Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Francine, la dernière coiffeuse du Bois d'Yèvre a fermé ses portes

Publié par vierzonitude sur 24 Février 2018, 17:48pm

Francine, la dernière coiffeuse du Bois d'Yèvre a fermé ses portes

Francine, 54 ans, jugule avec peine cette crue qui veut à tout prix déborder de ses yeux. La coiffeuse du Bois d'Yèvre ferme son salon, ce samedi après-midi. Mardi, elle ira au tribunal de commerce de Bourges qui prononcera la liquidation judiciaire de ce salon qu'elle tient à bout de bras depuis le 1er octobre 2005. Deux emplois partent en fumée ainsi que celui d'une apprentie : celui de Francine et de sa jeune salariée, Cassandra, 24 ans. "En fait, il fallait que je la licencie pour pouvoir continuer. Mais c'était avec elle ou rien. La licencier, je n'y arrive pas. Donc, je ferme". 

Une immense part d'humain transpire dans ce salon, pas seulement de la part de sa patronne vis-à-vis de son employée qui sacrifie son emploi dans une sorte de solidarité affective, mais ce salon de coiffure était l'une des dernières lumières encore allumées dans le Bois d'Yèvre et principalement rue Jean-Jacques Rousseau. Au milieu, il reste un restaurant qui a rouvert ses portes l'an passé et au bout, le Basile Bar, le dernier bistrot à des kilomètres à la ronde. Les travaux du salon, entièrement refait en 2015, (façade et intérieur), sont rendus possibles par un prêt, aucune aide locale ne vient soutenir le salon de coiffure qui a pourtant compté jusqu'à quatre salariés.

Francine se diversifie : maquillage, barbier. "Les clients venaient de Châteauroux, Bourges, Nouant le Fuzelier." Très vite, la réputation n'est plus à faire, "13 ans de rêve", déglutit Francine. Le fichier clients frise les mille noms. Le salon de coiffure ne fait pas de bruit dans le paysage commercial vierzonnais mais il tient sa place. Francine sacrifie le logement qu'elle habite, jouxtant le salon, pour agrandir son affaire. A-t-elle eu tort ? Elle reconnaît qu'elle aurait eu du mal à poursuivre sa tâche dans l'espace trop petit. Elle y croit. Elle a raison.
 

Pourtant, une rupture conventionnelle brise l'élan. Le salon se retrouve prit dans le piège d'un redressement judiciaire. Une chute du chiffre d'affaires accentue les doutes, depuis le début de l'année. Pour s'en sortir, il fallait qu'elle licencie sa dernière salariée. Impossible pour elle. La lassitude, le poids de l'angoisse sur les lendemains, poussent Francine dans ses retranchements. Et plutôt que de continuer seule, elle choisit la liquidation judiciaire, la tête haute mais le cœur gros. 

Alors, ce samedi après-midi, lorsque le dernier client a franchi la porte, Francine et Cassandra ont préparé la fermeture, sans trop traîner entre les fauteuils parce qu'étirer sa peine n'aurait servit à rien. Francine a cette satisfaction d'avoir pu mener jusqu'au bout son apprentie sur le chemin du métier. Cassandra qui a passé son brevet professionnel chez Francine va tenter de retrouver du travail ailleurs. Mais la séparation est un crève-cœur.

Personne ne se doute que derrière la fermeture d'un commerce comme celui-ci, il y a plus qu'une simple décision judiciaire, économique, personnelle. Il y a des clients, une vie rythmée, depuis 2005 pour Francine. Il y a l'âme d'un quartier qui s'enfonce un peu plus dans le silence, et cette façade, jadis symbole d'une vie rêvée, comme le dit si bien Francine, qui ne s'allumera pas de sitôt. Ce samedi, au Bois d'Yèvre, il n'y a pas que Francine, Cassandra et la jeune apprentie qui ont refoulé leurs larmes, des clients aussi. "Cela fait quand même chaud au cœur", dit Francine. C'est vrai que cet oasis de chaleur, dans ce vaste désert d'indifférence, peut colmater quelques brèches trop ouvertes. Jusqu'aux prochaines lignes froides des annonces légales qui confirmeront la liquidation judiciaire du dernier salon de coiffure du Bois d'Yèvre. 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article

Brodequin 24/02/2018 20:30

Il ne s’agit pas du métier de coiffeuse, mais lisez ci-après ce que nous réservent les progrès de l’intelligence artificielle :

« C'est peut-être le début de la fin du métier de traducteur, et aussi celui des cours de langues. Google a annoncé vendredi 23 février que son assistant intelligent Google Assistant saura parler une trentaine de langues différentes d'ici la fin de l'année. »

Et qui dit fin des cours de langues dit fin des profs de langues. Et ce ne seront pas les seuls métiers impactés !

Autrement dit, les jeunes ont intérêt à être bons en sciences en général et en techniques informatiques s’ils ne veulent pas devenir les parias de la société qui se profile. Je doute que les titulaires d'un diplôme d'études approfondies (DEA) en sciences économiques pourront s’en sortir, sauf à faire laborieusement de la mauvaise politique en appliquant une déplorable gestion économique.

LEGITIME DEFENSE 25/02/2018 10:13

Une question : comment réagira cette intelligence artificielle lorsque Sire Picsou la menacera de réfléchir à augmenter ses impôts ?

C’est simple : elle prendra le contrôle de son smartphone, de son ordinateur personnel, des ordinateurs de la mairie, elle effacera toute trace de lui dans les bases de données de sa sécu, de ses caisses de retraite, de sa banque, de son assurance, des impôts, des services des cartes d’identité, des cartes grises, des permis de conduire, des immatriculations automobiles, de ses fournisseurs d’énergie, de son notaire, … etc …etc … Il ne sera plus connu et reconnu par qui que ce soit. Il sera effacé de tout et de partout. Il sera le réfléchisseur-augmentateur d’impôts électroniquement zombifié.
C’est flippant mais pas impossible dans quelques années.

Une autre question : à Vierzon, que signifie TPMP ?
Ne répondez pas : Touche Pas à Mon Poste.
Non, à Vierzon, la télé municipale n’existe pas encore car il faut d’abord réfléchir à comment et de combien augmenter les impôts pour la créer. A Vierzon, TPMP signifie simplement : Touche Pas à Mon Pognon.

Archives

Articles récents