Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Il y a urgence à organiser des Assises du commerce vierzonnais

Publié par vierzonitude sur 4 Juin 2017, 15:08pm

Très mauvais karma, en ce moment, pour Vierzon. Un bowling en redressement judiciaire même pas deux ans après son ouverture; un commerce de vêtements (Charles) qui a migré avenue de la République pour finalement fermer; un restaurant le Yéti repris en août 2015 qui jette l'éponge pour des raisons immobilières... Et toujours aucune réaction de nos élus face à cette hécatombe. Le bowling risque de faire réagir un peu plus, c'est un enjeu politique pur la majorité, qui a placé cette activité au coeur du renouveau du site de la Française avec le succès que l'on sait.

La fermeture du magasin Charles est un mauvais signal pour le centre-ville. Même l'avenue de la République que les élus ont densifié au détriment des autres rues alentours n'échappe pas à la fatalité de la désertification commerciale. Rappelons que le commerce de vêtements a quitté la rue Joffre pour s'installer avenue de la République et malgré ce changement de place, le magasin n'a pas tenu. Quant au Yéti, un problème immobilier serait lm'origine de la fermeture. A bien chercher, des problèmes spécifiques se font jour. Ce que l'on ne comprend pas, c'est pourquoi, ne peut-on pas agir, en amont, avant le désastre ?

Pourquoi la ville et l'office du commerce ne s'empare d'une campagne locale pour inciter les Vierzonnais à commercer à Vierzon ? C'est bien joli les déballages, les machins-choses. Mais il faut porter une parole, une volonté, une envie, un désir de sauver cette ville, ailleurs que dans une simple parenthèse électorale. C'est bien joli aussi de tout miser sur les futurs travaux du centre-ville, mais quel message portent les élus pour le commerce locale ? Il y a urgence à revoir la politique locale, à montrer que Vierzonnais et élus sont coude à coude pour sauver ce qui peut l'être.

Il faut organiser à la rentrée des Assises du commerce vierzonnais, créer des groupes de travail, mettre les causes des difficultés sur la table : banques, immobilier, évasion commerciale, pouvoir d'achat, stationnement, habitudes... La ville doit prendre ce problème à bras le corps. Rappelons que le bowling, c'est sept emplois. rappelons que d'autres commerces vont fermer, ou sont en situation délicate auprès du tribunal de commerce. rappelons que des commerces vierzonnais sont à vendre et cherchent des successeurs. Au lieu de faire l'esbroufe en créant une maison des projets qui s'est muée en fiasco, il est prioritaire de faire l'inventaire des problèmes et de tenter de les résoudre, via une cellule spécifique composée d'élus, de citoyens, de commerçants, de spécialistes.

Le problème de la désertification commerciale n'est pas unique. C'est un ensemble de sous-problèmes, parfois locaux, qu'il faut identifier. Que fait la communauté de communes qui a compétence ? Construire en périphérie, c'est une chose, mais préserver l'acquis c'est autre chose. Cela va servir à quoi d'avoir le plus beau bowling de France en redressement judiciaire. Cela va servir à quoi d'avoir une place ouverte sur le canal si le centre-ville est mort. Ces Assises doivent voir le jour. Même si elles doivent se faire en dehors des élus qui, pour 'instant, ne montrent pas leur intérêt face à ce problème qui gangrène la ville de Vierzon.

 

Commenter cet article

Cassandre 01/06/2017 22:15

Je suis assis au bord de la riviére, je vois passer et flotter les cadavres . Vous ne m'avez pas cru , mais ce que j'ai enduré vous le subirez également et il ne vous restera que vos yeux pour pleurer.

Non pas que cela me fasse plaisir, car le spectacle de la souffrance et du désespoir est horrible, mais ce n'est que le produit de votre mentalité , du chacun pour soi, de l'entre soi, des faux culs, des courbettes, de la politique de l'autruche, le monde à l'envers , négation du principe de réalité, ce provincialisme petit bourgeois detestable à vomir , la lutte des places, du misérable racisme et ostrasisme ( c'est du vécu) , même de ceux et celles qui se disent antiracisme en oubliant au passage la solidaritée (qui n'est seulement gardé dans la phraséologie du paraître pour le spectacle) on n' est pas à un paradoxe prés. Pauvre de vous !

De tout ça en deux ans, j' ai des exemples à la pelle. Au pays des aveugles les borgnes sont rois. Loin des yeux loin du coeur, je me remet , je n'irais pas cracher sur vos tombes , mais même sans moi, inévitablement , la chose se fera.

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents