Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Jean-Pierre Tiffon, coordonnateur d'En Marche : Chaque voix comptera, chaque citoyen a une responsabilité 

Publié par vierzonitude sur 25 Avril 2017, 18:15pm

Jean-Pierre Tiffon qui coordonne le comité vierzonnais de soutien à Emmanuel Macron répond aux questions de Vierzonitude. Il revient sur l'issue du premier tour, avec Emmanuel Macron face à Marine Le Pen et se penche sur le futur, notamment la mobilisation du second tour et les législatives qui suivront.

Heureux ?

Oui, nous sommes heureux du chemin parcouru et du résultat. En Marche est né il y a un an et nous avons tout construit pas à pas. Nous sommes fier du travail d’écoute mené sur le terrain en lien avec les équipes du candidat : la suppression de la taxe d’habitation, c’est une réponse concrète aux constats remontés par les animateurs de territoires ruraux et des villes moyennes. 

Il nous faudra continuer à fonctionner comme cela, avec nos députés et avec le président : écouter, regarder lucidement les problèmes et mettre en oeuvre des solutions efficaces, sans idéologie. Dans six mois,  nous serons tous sur le terrain pour écouter les citoyens et pour évaluer avec eux ce qui marche mieux et ce qui ne marche pas. Nous serons les oreilles du président et du gouvernement, mais aussi le poil à gratter pour évaluer avec les citoyens.

Heureux donc, mais aussi lucides sur la situation du pays. Oui beaucoup de Français sont en colère et perdus ou perdants face aux changements du monde. Ce sont des attitudes compréhensibles et respectables qui expliquent leurs votes.

Ce qui n’est pas respectable, c’est la radicalisation qui a été volontairement accentué par des leaders politiques pendant cette campagne. Notre pays est fragile et nombreux sont ceux qui préfèrent attiser les braises plutôt que de pacifier, de mobiliser, de construire des solutions qui marchent. On le voit déjà, certains boutes-feu ne savent plus comment éteindre les incendies qu’ils allument à coup de fausses informations, de caricatures. Nous n’acceptons pas de jouer ce jeu là, car à la fin toute la démocratie y perd.

 

Heureux du résultat sur Vierzon et sur la circonscription ?

Sur Vierzon, qui peut être heureux que le Front National gagne 7 points ? Qui peut se satisfaire que les populismes progressent ensemble de part et d’autres du spectre politique ? Malgré leur déni, les politiques au commande à Vierzon ont une grave responsabilité dans ce phénomène : à force de nier les réalités sur la sécurité par exemple, ils jettent des milliers d’électeurs dans les bras de Marine Le Pen. À force de mettre sur le dos de la mondialisation ou de l’Europe leurs échecs économiques locaux, ils récoltent ce qu’ils ont semé : des votes FN.  Mais au bout du compte, les seuls vrais perdants de cette manière de faire de la politique sont les Vierzonnais. 

Certains politiques pensent gagner ou conserver leur poste en agitant la peur du FN. Certains croient que plus Marine le Pen sera haute à la présidentielle, plus Nicolas Sansu pourra rassembler aux législatives, donc sauver son poste de député.  À force de jouer ce jeu là, tout Vierzon y perdra. Il faut sortir de cette bataille mortelle entre les deux Fronts. Vierzon a besoin de renouveau et surtout de solutions à nos problèmes. En Marche ne promet pas le grand soir. Nous proposons des progrès concrets comme le droit au chômage pour tous, les remboursements des lunettes à 100 %, ou 60 milliards d’investissement pour la formation des chômeurs, le numérique partout, la transition énergétique, la santé.

 

Et le deuxième tour, comment le voyez-vous ?

Depuis dimanche, j’ai entendu une phrase forte d’un homme politique : « entre mon parti et mon pays, je choisis mon pays, je vote Macron ». D’autres sont bien plus flous ou plus fous. Chacun est placé devant ses responsabilités, nul ne peut s’y soustraire au prétexte que les sondages donneraient une avance confortable à Emmanuel Macron. Chaque voix comptera, chaque citoyen a une responsabilité : décider seul quel sera le ou la président(e) de la République. 

Pour certains, ce choix semble difficile, je le respecte. La démocratie, même très imparfaite, permet et impose des choix à faire avec discernement et esprit de responsabilité. Sur notre territoire, chacun peut se poser deux questions : quel président je veux vraiment pour diriger et représenter mon pays, lui ou elle ? Quel président sera concrètement le plus utile à notre territoire : lui ou elle ? 

 

Et maintenant les législatives. Vous avez votre candidat sur la deuxième circonscription et sur les autres ?

Nous aurons des candidats et des suppléants dans les trois circonscriptions. Au vu des résultats du premier tour, nous pouvons gagner toutes les circonscriptions du Cher à la future majorité présidentielle.  Pour l’heure, je ne connais pas encore les noms des candidats. Cela ne me gène pas car il nous faut d’abord gagner et bien gagner l’élection présidentielle. C’est à dire faire voter pour notre projet et pas seulement gagner par rejet. Donc il nous reste du boulot à faire ces quinze prochains jours car rien n’est gagné d’avance : chaque voix comptera. En juin, au vu de la composition et des premières réalisations du nouveau gouvernement, chacun se positionnera : est-ce que je préfère un nouveau député de la majorité présidentielle capable de faire avancer les intérêts de nos territoires ou je choisis un député d’opposition capable de faire survivre son parti. 

 

Quelle est justement votre stratégie pour faire élire les candidats d'En marche qui formeront la future majorité si Emmanuel Macron est élu ?

La stratégie est la même que pour la campagne présidentielle. Dire la vérité sur la situation et proposer des solutions concrètes, efficaces, réalisables rapidement.  Quand nous proposons donc des classes de 12 élèves en CP et CE1 c’est parce que nous constatons que trop d’élèves arrivent sans bases solides au collège et décrochent. Quand nous proposons d’investir 15 milliards d’€ dans la formation de jeunes et d’adultes loin de l’emploi, c’est parce qu’il faut avoir le courage de dire que de nombreux chômeurs doivent s’orienter vers d’autres filières ou secteurs. Ceux qui racontent qu’il y aura des emplois en fermant les frontières, en sortant de l’Euro, leur mentent. Pareil sur la sécurité, il faut dire la vérité et mettre en place des solutions au quotidien. 

En Marche n’accepte pas les politiques qui se servent des difficultés des gens. Sur notre territoire c’est un sport local. Dans les deux camps. À croire que certains politiques préfèrent avoir des gens en difficulté et sous dépendance plutôt que des gens qui s’émancipent et réussissent leur vie. Bien sur il y a des gens à protéger, mais pas pour s’en faire des clientèles obligées.

Pour les législatives, j’observe que les partis politiques font comme si tout allait redevenir comme avant. Ils espèrent que la Présidentielle n’est qu’un mauvais moment à passer. Regardez-les, ils font déjà campagne sans même savoir qui sera élu Président. Ils ont déjà leurs affiches, leurs programmes. Ils font du vélo ou inaugurent à tour de bras. La vieille bonne politique en somme. Ils n’ont rien compris. Les gens n’en veulent plus.

Les arguments sont déjà rodés : il faut rassembler autour de moi pour éviter le Front National : ça c’est Nicolas Sansu. Un seul candidat de Gauche : lui. La candidate socialiste est prévenue.  Pour LR, il s’agit de gagner les législatives pour rattraper ce que Fillon leur a fait perdre. Vive la cohabitation disent-ils aujourd’hui.  Ce qu’ils veulent tous en vrai: garder le pouvoir qu’ils détiennent depuis si longtemps, maintenir en vie leurs vieux partis.  À croire qu’ils ne sauraient pas quoi faire en dehors de la politique. Ils peuvent se mettre à travailler, même à devenir banquier. Je les invite à essayer, cela les changerait.  Il est temps de renouveler les pratiques politiques avec Emmanuel Macron.

 

Comment avez-vous ressenti l'attachement des Vierzonnais notamment à En marche ?

Difficile de répondre à cette question, tellement les gens sont secrets.

Sur les marchés et lors du porte à porte, les gens étaient surpris de nous voir. Ils ont peu vu de militants cette année. La phrase qui est le plus revenu : « bon courage » comme si l’engagement politique était devenu rare et difficile. Nous avons reçu des encouragements parfois discrets. Je ne croyais pas à quel point les gens craignent de s’afficher publiquement à Vierzon. Ce qui m’a le plus marqué : la difficulté des gens à choisir, jusqu’au jour même. Il est difficile de transgresser les habitudes et les traditions politiques.

Sur Vierzon, je suis heureux de voir rassemblés des nouveaux venus en politique qui s’engagent pour la première fois et gens engagés depuis longtemps. Avoir autour de la table Nadia Essayan, Jean Rousseau et Stéphane Mousset c’est la preuve que des différences s’estompent quand l’essentiel est en jeu. Réunir des tout jeune en politique avec des sexagénaires c’est le signe que la politique se renouvelle et que les transmissions d’opèrent. Mon rôle important comme animateur : permettre que ces différences d’histoires et d’expériences soient fécondes. Elles le sont.

 

Une réunion publique prévue à Vierzon ou ailleurs dans le Cher ? 

Il y aura une réunion publique le 2 mai en soirée, certainement au Centre des Congrès. Nous invitons tous les Vierzonnais à venir échanger avec nous autour d’une question : Macron Président, qu’est ce que cela changera pour nous ? Pour gagner vraiment, il faut obtenir des votes d’adhésion et de conviction.  Pour réussir le quinquennat, nous voulons que les gens sachent ce que nous voulons vraiment faire avec eux et pour eux. 

 

Aucun des grands candidats n'est venu dans le Cher avant le premier tour...

Nous commençons en politique ce n’est donc pas à nous que ce reproche est à faire. C’est un signe de plus de la coupure entre les métropoles et les territoires comme les nôtres. C’est surtout le bilan d’une classe politique locale qui ne sait pas ou ne veut pas rendre notre territoire attractif pour des hommes politiques certes, mais aussi pour les entrepreneurs, les créateurs, les chercheurs.  C’est cela aussi qu’il faudra changer avec nos députés : ils devront travailler tous les 3 ensemble pour contribuer à développer et promouvoir tout le département, pour attirer des talents et pas seulement défendre leur pré-carré, leur parti ou leur carrière.  En Marche a été créé pour cela. En nous rejoignant nombreux, les adhérents vont aider à ce que les nouvelles pratiques politiques s’imposent. 

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

À droite toute 27/04/2017 04:33

Un Tiffon, font, font les petites marionnettes
Un Tiffon, font, font 3 p'tits tours et puis s'en vont
Cet opportuniste ne durera que ce que durera l'imposture de Macron, c'est à dire le temps que les électeurs ouvrent les yeux et voient le clone de Hollande.

Cereus Maximus 26/04/2017 14:20

En d'autres termes, le sirop Typhon dégage peut-être les bronches mais son action sur les boyaux du cerveau est nulle.

Cereus Maximu 26/04/2017 10:48

Consternant, et personne ne devrait être étonné. Prétendre que le renouveau repose sur les trois has been ou même never been locaux cités dans l'interview, c'est soit du foutage-de-gueule 1er degré, soit une tentative d'humour désespérée. Il restera toujours à cet illustre inconnu non-disant une possibilité de reconversion dans le comique d'animation commerciale. Comme quoi les ramollos du citron avec de la béchamel qui tient lieu de matière grise, on en trouve vraiment partout toutes tendances confondues. N'est-ce pas ?
Notons qu'objectivement, pour s'en tenir à cette simple notion de renouveau politique, que les seuls à pouvoir faire vraiment bouger les lignes sont et restent les extrêmes avec toutes les inepties surréalistes de leurs programmes économiques. Au bout du compte, ne soyez, ne soyons pas surpris si la Macronette présente un jour un bilan social, économique et politique pire que celui de Flamby qui nous quitte dans quelques jours.
Une petite pensée émue en guise de conclusion pour le Merluchon qui pensait avoir eu la révélation de sa destinée suprahumaine d'Homme providentiel. Il se pensait coaché par Castro le Fidèle et Chavez l'Inénarrable. Nous avions Ségolène Soubirou et ses visions il y a 10 ans, nous avons eu cette fois Jean-Luc de Lisieux et ses illuminations holographiques. Festival assuré pour tous les allumés du capuchon tous les cinq ans...Enfin JLM, quelques jours de vacances au Vénézuela vous feront le plus grand bien thérapeutique.

Jag 25/04/2017 19:49

Cela nous change de la politique vierzonnaise des 50 dernières années....
Un avenir pour notre ville, il faut y croire et mettre nos dinosaures à la retraite !
Mais, pour que cela marche(!), il faudra être actifs pour bouger et non spectateurs de notre décrépitude !!

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents