Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


La grande histoire des cités de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 30 Juillet 2020, 13:24pm

Blottie autour de son château, sur les hauteurs de la ville, Vierzon a d'abord vécu entre ses remparts avant de serpenter dans ses faubourgs, agglutinés autour des principales voies de communication. Elle s'est étendue au gré des circonstances naturelles et économiques, blotties contre les parois de sa vaste forêt et de ses rivières, d'une part, et d'autre part, contre la joue de son canal et de sa gare ferroviaire.

Les faubourgs cernent Vierzon-Ville, réunis dans Vierzon-Villages. La soif d'indépendance fait éclater Villages en trois communes distinctes et en 1937, lorsque le grand Vierzon recoud toutes ses parties éparpillées, la ville n'a pas un nombre d'habitants proportionnel à sa nouvelle superficie. Aujourd'hui encore, les 27.495 habitants (chiffres : 2008) s'ébattent sur un territoire équivalent à peu près à ... 100.000 habitants.

La preuve : Vierzon et ses 27.000 habitants possèdent une superficie (74 kilomètres carrés) plus grande que celle de Bourges (68 kilomètres carrés) avec ses 69.000 habitants. Vierzon est un camembert découpé en quatre portions. Chacune représente l'équivalent des ex-communes qui, rassemblées en 1937, sont devenues les quartiers naturels de la cité. La ville n'a eu de cesse de vouloir grandir encore et toujours. Ogre urbain doté d'un gros appétit d'habitants, seule recette valable pour prétendre grossir. Le pic d'habitants est atteint en 1975 avec 35.699 habitants. En gros, Vierzon s'enorgueillit d'être une ville de 36.000 habitants. Elle n'a pas cessé d'étoffer ses effectifs : plus de 28.000 en 1954; plus de 31.000 en 1962; plus de 33.000 en 1968 jusqu'à frôler les 36.000 en 1975. Dès lors, les habitants désertent et leur nombre passe sous la barre symbolique des 30.000 en 1999. Un coup de tonnerre démographique.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Pourtant, la prospérité économique d'une ville devenue industrielle, permet d'échafauder n'importe quel plan sur la comète. Dès les années 1950, le frémissement de la grandeur agite les narines de la municipalité. En 1958, tout est dit dans un article de presse qui évoque le projet d'aménagement du canal de Berry, déclassé plusieurs années auparavant. La voie d'eau a fait son temps. Elle passe en centre-ville et son inutilité couplée à son insalubrité précipitent sa fin : le canal sera bouché. Et pourquoi le sera-t-il ? “Dans une vingtaine d'années, Vierzon peut être une ville de 50.000 habitants.” La place ainsi gagnée servira à imposer des aménagelents décisifs. Maurice Caron, maire de l'époque, a signé cette déclaration que le futur rendra purement hasardeuse. Toutefois, le chroniqueur de l'époque effleure l'idée d'une éventuelle “utopie” dont il se refuse toutefois, eu égard au respect du au maire... : “Vierzon qui a fait un très gros effort en faveur de la construction voit chaque année, sortir de terre, des constructions nouvelles qui permettent à des personnes habitant l'extérieur mais dont le travail est à Vierzon de se loger convenablement et d'être sur le lieu de leur travail”. Dans la presse, en 1956, un autre article affiche clairement les ambitions : “Vierzon est une grande ville et veut le prouver”. Tout est dit.

Il est temps d'offrir aux nouveaux habitants, en dehors du gîte, la possibilité de mieux circuler, de mieux stationner, de mieux se réunir. Sauf que cette boulimie immobilière ne sert pas seulement à loger les voisins pour les fixer à Vierzon. Les années d'après-guerre sont difficiles. En 1950, deux mille familles sont toujours sans abri. Des baraquements de fortune ont poussé place de l'Abattoir, à Villages, aux Forges, au Chalet de la Forêt, dans le passage Proudhon. En 1963, cinq ans après l'article, douze baraquements qui abritent 48 familles subsistent encore.

Du coup, les terrains libres se hérissent de cités : celle du Désert en 1951 (1000 demandes !) et la même année la cité Louise-Michel, la cité de Puits-Berteau l'année suivante, la cité Henri-Sellier entre 1953 et 1955, la cité d'urgence dite Abbé-Pierre, au Verdun en 1954, la cité du Bourdoiseau en 1955, la cité de relogement en 1957 et celle de Gustave-Flourens en 1958.

La reconstruction de Vierzon après-guerre est une nécessité vitale pour des centaines de familles. Du coup, dans les années 1950, 1960, 1970 et 1980, naissent de grands projets de cités pour effacer une réalité douloureuse : les baraquements, logements indignes où étaient logés les Vierzonnais.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Sur d'anciennes vignes, au Clos-du-Roy, un projet de construction de logements de masse pointe le bout de son nez. Le logement est une bataille. Et la courbe démographique donne raison aux bâtisseurs. Une première salve de logements garnit la décennie de l'après-guerre. Là où il n'y avait rien, il y a désormais des bâtiments, des rues, des quartiers entiers. En 1964, le bulletin municipal barre deux pages de ce titre inquiétant : “le logement : problème angoissant.” Angoissant parce qu'il faut des crédits.

Six cents demandes restent à satisfaire. La décennie 60 accèlère la cadence : 320 logements à la cité du Colombier, le quartier du Tunnel-Château en accueille 99; la cité Sellier termine son programme. En 1966, le Clos-du-Roy frappe un grand coup : 3.000 logements à venir. La ville s'hérisse de hauts bâtiments. Désormais, l'église Notre-Dame et le Beffroi sont concurrencés par des immeubles de logements sociaux. Le paysage est moderne. On parle de “chantiers de masse”.

La ville s'étire. Et ses réseaux avec, forcément. Il faut amener l'eau, l'assainissement, l'évacuation des eaux pluviales, créer des voiries, des trottoirs. Le béton a bonne presse. L'immobilier remplit les vides. Et rend des familles heureuses avec le confort d'une salle de bains. En novembre 1970, un édito du bulletin municipal annonce la couleur : “Sa courbe géographique (de Vierzon) fait prévoir une augmentation de près d'un millier d'habitants par an dans les prochaines années. Un tel chiffre exigera bien entendu à la fois le maintien de l'activité économique et de nouvelles et importantes possibilités de logements. Dans ce sens, la création de l'importante cité de Chaillot par “l'abri familial” sera certainement très bénéfique.”

Plus de logements sociaux à la pelle, ce coup-ci, mais une accession à la propriété à bon prix. Là encore, la vaste plaine de Chaillot se hérisse de pavillons construits en un temps record (jusqu'à trois par jour pour contenir les coûts de fabrication). Vierzon croit dur comme fer à cet “accroissement démographique” qui exige non seulement des logements, mais des structures scolaires, culturelles, sportives corrrespondantes. Cinq ans plus tard, le recensement offre des certitudes à la municipalité que sa politique est la bonne : 35.699 habitants. Le crédo : se développer.

27.000 habitants

En 1975, justement, le plan d'occupation des sols pour aménager Vierzon, trace les grandes lignes de l'avenir. Et déjà, elle pointe un souci : “Vierzon, ville de 37.000 habitants assume des charges de voiries et de réseaux égales à celles d'une ville de 100.000 habitants ou plus.” Le chapitre 2 est intéressant : “développer Vierzon sans l'étendre”. Il faut “constituer un vrai centre-ville”, et “développer les zones d'emploi.” A la fin de 1976, Chaillot compte trois mille habitants dans 613 maisons. C'est le summum. Le nouveau quartier marque la décennie 70. Celle d'après n'est pas avare non plus de constructions. Face à Chaillot, un autre nouveau quartier, les Crêles, 140 habitations inauguées en 1982. Suivent la résidence du Moulin de Grossous, la résidence Paul Eluard, de la Poste.

La démolition de l'usine Larchevêque laisse la place à l'ilôt du même nom (106 logements). Seulement, le recensement de 1982 met un frein aux ambitions. La ville commence à perdre des habitants. Les raisons sont, entre autres, économiques. Le vieux quartier n'échappe pas la modernisation: création de rues piétonnes, logements rénovés à grande échelle. La décennie 80 prépare un grand changement en centre-ville : la création d'un “vrai” centre que Vierzon réclame depuis 1937, à travers la création du Forum République. Un ensemble de commerces construit sur le canal busé. La greffe prend mal. Ce centre est artificiel. Dans l'enfilade, une nouvelle Poste, des logements. Sur le sillon du canal, l'urbanisation rejoint l'écluse de Grossous.

En 1990, patatra, nouvelle baisse de la population : 32.000 habitants. Les cités (Sellier, Colombier, Clos-du-Roy) sont devenues les quartiers dits “sensibles”, trop hauts, trop de vacances. Ils sont l'objet d'un plan drastique de démolition. Parmi les élus figure un ex-patron d'une entreprise de bâtiment : il a construit les logements qu'il fait alors démolir... Le départ des habitants se lit à présent dans l'urbanisme. Symbole fort : une école, Paul Langevin, est complètement désaffectée et transformée en centre associatif. En 1999, le choc est rude : moins de 30.000 habitants et la courbe continue de mordre la poussière, 28.000 en 2006, 27.723 en 2007, 27.495 en 2008. Des pavillons remplacent les immeubles de Sellier et du Clos du Roy. Vierzon court après ses habitants. D'abord endiguer la perte. Et repartir à la hausse. Peut-être...

A noter toutefois que, la cité de la Genette est née bien avant... Dans les années 1930. Cette cité, placée en pleine zone inondable, à côté du Cher, a d'ailleurs fait les choux-gras du journal satirique le Cocorico qui montrait, en dessin, le maire de l'époque en train de ramer sur l'une des maisons qui flottaient....

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

C'est au nord que les changements sont les plus radicaux. De rien naissent la cité du Colombier, Sellier et bien sûr du Clos-du Roy.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Voici la cité du Colombier.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Voici la cité Henri-Sellier avec Henri Sellier....

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

La cité Gustave-Flourens, à Villages, juste après la voûte de Saint-Martin.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

La plus emblématique des cités : Clos-du-Roy.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Au sud de Vierzon, c'est bien sûr le quartier de Chaillot qui pousse dans les années 1970.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Et les Crêles avec sa célèbre loco colorée !

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Revenons dans le nord de Vierzon, avec la cité de Bellevue.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

La cité de la Craillo et son groupe scolaire.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

La cité du Désert.

La grande histoire des cités de Vierzon

La cité du Carnaval.

La grande histoire des cités de Vierzon

La cité du Bois-Marteau.

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Et d'autres....

La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon
La grande histoire des cités de Vierzon

Bien sûr, il n'y a pas tout. mais si vous possédez des photos des différentes cités de la ville, adressez les à : vierzonattitude@gmail.com. Nous les publierons. Merci.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Simon Rodier 26/11/2018 08:42

Le coin artistique.LE Tunnel Chateau médiéval a été peint
par trois artistes vierzonnais.Jacques Dangeon,Serge Rue et Yves Metivier.Leurs oeuvres etaient exposées au cinquentenaire du Tunnel à la salle Denbac.

Simon Rodier 26/11/2018 07:57

Merci pour ces photos.Aux gens qui aujourd'hui critiquent les tours et les barres,je dis qu'à l'époque elles ont permis à d'innombrables jeunes couples de se loger confortablement sans devoir squatter chez leurs parents.Elles ont permis de loger immigrés et français chassés d'Algerie vu que le FLN avec la complicité de certains français leur promettait la valise ou le cercueil.Elle a permis aux ouvriers qui vivaient alors dans des taudis,des baraquements ou des bidonvilles d'avoir droit au confort et à la salubrité.50 ans apres,on assiste a un mouvement de démolition que certains appellent RÉHABILITATION ou RENOVATION URBAINE amorcé depuis 30 ans car les 1ers dynamitages ont dû avoir lieu à Venissieux ou Aulnay sous Bois.Résultat aujourd'hui de nombreux jeunes vivent encore chez leurs parents passés 30 ans et n'ont pas les moyens de se loger.Il y a de moins en moins de logements sociaux et le privé est souvent inaccessible.A Vierzon la démolition des cités a validé les projets conservateurs de certains qui pensaient qu'en rasant les cités il y aurait moins d'ouvriers,moins de pauvres,moins de cassoss(Je hais ce terme à la mode chez beaucoup),moins d'arabes et moins d'immigrés.Les demolisseurs nius faisaient croire qu'en faisant du passé table rase nous nous debarrasserions de la délinquance,de l'insécurité,des trafics et dus ghettos.Le constat aujourd'hui,C'EST QU'IL N'EN AI RIEN.

M 26/11/2018 07:19

La disparition des bistrots est plutôt pour moi un fait de société. Auparavant souvent seul l'homme travaillait et malheureusement son épouse n'avait pas son mot à dire sur ce qu'il faisait de sa paie. Le travail était dur et le bistrot était bien souvent le seul endroit de "loisir" et de convivialité qui faisait se rencontrer les ouvrier hors du boulot. Les temps on changer le télé qui est apparut et le reste, dont le souci de prendre soin de son corps, par le sport (antinomie avec bistrot).

zorglub 05/05/2014 08:31

Volonté politique nationale, que celle de réduire le nombre de débits de boissons.

En témoigne l'exonération de plus-value édictée par l'article 41 bis du CGI, dans le cadre d'une cession d'un débit de boisson, suivie de sa reconversion en tout autre chose : http://bofip.impots.gouv.fr/bofip/5765-PGP.html

chat noir 21/07/2015 15:32

Oui zorglub vous avez tout à fait raison, mais pourquoi ? Â mon avis ce n'est pas pour le bien-être de la population, ou contre l'alcoolisme, mais pour réduire les lieux de rencontres, d'échange ou de réunion qui pourraient mettre en péril politiquement nos élites.

Archives

Articles récents