Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes

Publié par vierzonitude sur 28 Juillet 2020, 15:52pm

La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes

Adoubé de nouveau président de la communauté de communes de Vierzon, François Dumon est toujours là ! Depuis le temps ! C'est qu'il a bourlingué, François Dumon. On ne va pas là énumérer ses gloires politiques qui sont finalement simples : maire-adjoint, tentatives ratées pour être maire de Vierzon, conseiller régional, vice-président de la région, conseiller général, maire-adjoint, conseiller municipal délégué au commerce, membre du conseil d'administration du CREPS de Bourges, président de la communauté de communes, membre du comité directeur de la ligue du Centre de football, le compte doit être bon, à quelques casquettes près. Comme le soulignait un article de la presse locale, dans un portrait qu'elle dressait de lui, il a quand même été "syndicaliste chez Case", et même soudeur, nous avait rappelé sa profession de foi d'une campagne d'élections européennes. 

En 1970, il laisse Flambo (marchant de meuble) pour Case. L'année suivante, il prend sa carte au PCF. Jacques Rimbault, alors au conseil municipal de Vierzon avant d'être maire de et député à Bourges, l'impose comme maire adjoint aux municipales de 1977 à Vierzon. C'est parti. Les Vierzonnais le voient donc depuis 1977, ça fait un bail, 43 ans, c'est plus qu'il faut pour prétendre partir en retraite, mais non. Car, en politique, ce n'est plus une question de trimestres ou d'argent mais de plaisir, bien sûr !  Ah là là, François Dumon, tout le monde le connaît. Avec ses cheveux longs de vilain garçon, tel qu'il apparaît aux Vierzonnais à la fin des années 1970, jusqu'à ses cheveux longs, aujourd'hui, mais dans sa tête, comme le chantait Léo Ferré. 

En 1978, le jeune élu devient permanent. Alors, après avoir appris auprès de Jacques Rimbault et de Fernand Micouraud (maire de Vierzon), il se lance dans la campagne de 1981. François Dumon, alors maire adjoint à l'urbanisme, permet, à la fin des années 1980, la construction du Forum République, un projet ambitieux avec son arche qui ne verra jamais le jour. Un projet qui a vidé le centre-ville, fait fermer Monoprix, assécher la rue des Ponts. Le fait qu'il soit en 2020, conseiller délégué au commerce, peut faire sourire.

Pour le sauver d'une défaite électorale aux élections régionales, François Dumon s'installe alors, rue Blanche Baron, dans le fauteuil de président de la communauté de communes. L'envie lui prendra-t-il de se refaire pousser les cheveux ? Histoire de faire jeune comme en 1977 ?  "Imaginez ! Élève de Notre-Dame et enfant de choeur, même dissipé...", lit-on encore dans la presse locale.

A 67 ans, la vie politique continue. Ne manque plus qu'il se mette au vélo pour accompagner Jean Rousseau, dépourvu désormais de tout mandat politique, son mentor finalement en matière de longévité politique. On pouvait lire encore que le président de la CDC regarde surtout devant lui avec « le souci de continuer à développer ce territoire qui lui tient à cœur ». Normal, quarante-trois ans que le territoire le porte,  il ne va pas le lâcher maintenant.

La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
La longévité, ça conserve, de maire adjoint à président réélu de la communauté de communes
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

tenirbon 31/07/2020 17:47

Comme son camarade Sansu il n'a jamais été confronté à la vie en entreprise et ses contraintes il ne vient pas de la société civile comme on le dit maintenant et reste bien éloigné de la réalité

visiteur 28/07/2020 21:19

Autant les vieilles cartes postales de Vierzon provoquent chez moi un intérêt et une curiosité manifeste, autant le reste de vos articles condescendants, sans intérêts, limite insultants, démagogiques sans aucun doute et inutiles de surcroit, flirtant avec le mensonge parfois, souvent…
et oui, Cher Monsieur, on ne peut pas tout dire et surtout n'importe quoi même si l’on n’est pas d'accord, c'est exactement cela la démocratie. En dernier lieu, j’ai toujours pensé que les attaques personnelles sont d'une bassesse inouïe......
Le Monsieur de Vierzonitude, toujours là depuis plus toujours, comme les autres, mais pas élu au suffrage universel lui………. Des idées simples, -y’a qu’à faut qu’on-, et puis des vieilles cartes postales, un amour des tracteurs et autres vieilleries, aucune proposition intelligente depuis que je vous lis, bien malheureusement…
Signé, un lecteur fatigué de votre redondance dans l’imbécilité, la crasse, l’insulte et la nullité…

Jag 17/12/2016 12:11

Merci pour le CV édifiant de cet élu.
Encore un professionnel de la politique qui a été incapable de trouver un job productif dans le secteur privé...il pourrait nous remercier de l'entretenir.

visiteur 15/12/2016 09:41

Les journalistes ne sont pas mieux considérés que les politiques dans l’opinion publique alors messieurs on se calme les vierzonnais n’ont pas besoin de ces diatribes inutiles :-/

chat noir 20/07/2015 16:58

Non intelligent, il a vite compris ses intérêts. Soit l'usine ou le conseil municipal. Si tu vivre longtemps non de dieu, choisi la politique, tranquillité assuré, certainement pas l'usine et ces cadences infernales qui te tue, vite fait bien fait.

Evidence 19/07/2015 10:21

Cheveux longs, et idées courtes.

Archives

Articles récents