Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Le Front de gauche auquel appartient le député-maire de Vierzon s'abstient sur la loi de sécurité publique

Publié par vierzonitude sur 10 Février 2017, 10:30am

"Le projet de loi a été approuvé à l'unanimité de la quinzaine de députés PS, LR et FN présents. Seul le Front de gauche avait annoncé son intention de s'abstenir" lit-on sur le site de France Info. "Ce texte, présenté comme une réponse aux manifestations policières de l'automne, assouplit les règles de légitime défense pour les policiers, durcit les peines pour outrages aux forces de l'ordre et autorise l'anonymat des enquêteurs" lit-on encore.


Une chose est sûre : l'article du Figaro, paru la semaine dernière, à propos de l'insécurité à Vierzon, avait raison sur toute la ligne. Surtout, en ce qui concerne la différence des déclarations du maire lorsqu'il s'adresse au procureur de la République :

et quand il s'adresse à la presse, c'est-à-dire, à un journal susceptible d'être lu par ses électeurs...

Lors du conseil municipal de jeudi soir, il remet encore en cause l'Etat à propos de la lenteur des subventions pour l'installation des caméras de vidéoprotection. Il faut bien que la ville de Vierzon trouve un coupable à sa propre impuissance ou, pire, à sa propre mauvaise volonté.

En même temps que le maire faisait sa petite déclaration au conseil municipal, on apprenait dans la presse nationale, que le groupe Front de gauche de l'Assemblée nationale, auquel appartient le député-maire de Vierzon, s'abstenait sur le projet de loi de sécurité publique concernant de nouvelles dispositions pour renforcer le rôle de la police. 

Etrange numéro d'équilibriste. Car quel message le maire de Vierzon envoie-t-il à son électorat vierzonnais notamment ? D'un côté, il reconnaît dans une lettre adressée au procureur de la République, qu'il existe de la "colère", de "l'injustice" chez les Vierzonnais à cause de "cambriolages", de "vols" et "d'agressons".  De l'autre, dans la presse, il prend des positions fermes contre... les Vierzonnais eux-mêmes. 

D'un côté, il veut que l'Etat soit à ses côtés pour des problèmes de sécurité qu'il ne reconnaît pas publiquement, donc qu'il ignore, et qu'il conteste même ! De l'autre, son groupe politique s'abstient quand il s'agit de renforcer le pouvoir des policiers dans certains circonstances. Que dit-il à son électorat ? Que la sécurité n'est pas un sujet de la gauche radicale, il le dit lui-même dans le Figaro. Et que par conséquent, si les gens en veulent, du moins les électeurs, ils n'ont qu'à voter à droite ou à l'extrême-droite. Heureusement qu'il n'y a plus de vent, les girouettes auraient le torticolis sinon.

Commenter cet article

Jag 10/02/2017 12:07

Un député-maire d'une rare incompétence qui ne pense qu'à lui et sa possible réélection....Qu'il se rassure, on ne l'oubliera pas au moment de glisser notre bulletin dans l'urne...
La démocratie a encore du chemin à faire, le peuple devrait pouvoir stopper le massacre avant la prochaine élection !!
A quand un carnet de note annuel pour pouvoir continuer ou stopper ?
Dans le privé, les compteurs sont remis à zéro tous les ans et on a droit à un entretien annuel sur le bilan et comment améliorer ....dans le public, ce sont des protégés avec des privilèges anormaux ...payés par le contribuable !

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents