Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Le pont Molière attend toujours ses travaux plus que nécessaires

Publié par vierzonitude sur 8 Novembre 2016, 14:59pm

Le pont Molière est souffreteux. Ses garde-corps ne tiennent plus qu'à un fil, ils représentent même un danger, selon un rapport daté de février 2010. "A cela vient s'ajouter l'obsolescence des garde-corps dont la hauteur pourrait remettre en cause la sécurité des piétons." Et depuis ce rapport, plus de travaux... On se souvient que la ville de Vierzon avait budgété 500.000 euros (le coût des travaux s'élève environ à 1,5 millions d'euros) mais elle a vite reporté cette somme sur une autre année, puis une autre année, sans travaux ! Evidemment, un pont ce n'est pas électoral, ce n'est pas comme un bowling ou un centre routier. Pourtant, regardez l'état du pont Molière et regardez le rapport des experts qui date de 2010 avec les photos.... Il y a urgence. Mais à Vierzon, les urgences sont ailleurs !

Cet ouvrage à tablier béton armé est dans un état moyen.
Le vieillissement des superstructures et notamment la dégradation du revêtement de chaussée sur les abords du tablier sont à l'origine des principaux désordres observés en intrados (dépôts humides sur sommiers entraînant l'éclatement du béton et la corrosion des armatures des extrémités de
poutres, calcite et stalactites actives en sous face des poutres de rive de la travée centrale, défaut en sous face des encorbellements).
De plus, l'éclatement du matériau sur la partie aval de la culée rive droite a provoqué la déstabilisation et la fracturation (ouv. 20 mm) de la pierre de sommier, support direct du tablier. Ce point doit être repris à court terme afin de pérenniser l'appui sans quoi, le détachement du bloc
entraînera vraisemblablement un abaissement brutal de la poutre de rive et donc une redistribution anarchique des efforts. A cela vient s'ajouter l'obsolescence des garde-corps dont la hauteur pourrait remettre en cause la
sécurité des piétons.

Le pont Molière attend toujours ses travaux plus que nécessaires

MESURES A PRENDRE

1 - Entretien courant
Nettoyage régulier des sommiers.

2 - Entretien spécialisé
- réfection des trottoirs
- remplacement des garde-corps (dans le cas d'une conservation de la circulation piétonne)
- réfection du revêtement de chaussée
- mise en oeuvre de véritable joints de chaussée et joints de trottoirs
- reprise des épaufrures et éclats avec aciers apparents oxydés (purge + passivation des armatures
+ ragréage)
- ragréages épars
- réparation avec renforcement de la zone dégradée sur la culée rive droite

3 - Surveillance
Visites annuelles et inspections détaillées périodiques normales.

Le pont Molière attend toujours ses travaux plus que nécessaires

Cet ouvrage a été construit entre 1925 et 1930. En 1940, la travée rive gauche a été détruite à l’aide d’explosifs, la date de reconstruction est inconnue.
En 2008, à l’occasion d’une étude de faisabilité pour le remplacement des garde-corps, le prestataire a constaté des désordres importants sur les poutres et le tablier. En mesure conservatoire, le pont a été interdit aux véhicules dont le PTAC>3,5 tonnes, en dehors des transports en commun.
En 2009, un diagnostic géotechnique a été réalisé sur les appuis pour connaître en connaître l’état et la nature. Hormis la culée sud qui est à reconstruire, les trois autres appuis peuvent être conservés moyennant leur confortement.
En 2010, une inspection détaillée a été menée sur le tablier afin de savoir dans quelles mesures il pouvait être conservé.
En 2011, une mission d’assistance technique a été menée en vue de réaliser une étude comparative de différentes solutions.

La mission d’assistance technique entreprise en 2011 a conduit à envisager la réhabilitation de l’ouvrage dans les principes suivants :
Ouvrage à trois travées de type bipoutre à hauteur variable.
Les deux piles intermédiaires et la culée nord seront confortées.
Le tablier aura une longueur de 47,50 m et une largeur de 9,75 m pour supporter deux voies de circulation de 3,00 m de large et deux trottoirs de 1,50 m de largeur utile.

Une attention particulière devra être portée sur l’intégration de l’ouvrage dans son environnement paysager et routier. Il pourrait être envisagé, par exemple, de retrouver le même remplissage de garde-corps présent sur le pont Voltaire situé à une centaine de mètres.

D’un point de vue environnemental, la réalisation de l’ouvrage devra minimiser les impacts sur le milieu aquatique, le fonctionnement de l’école et les reports de circulations motorisées. Le candidat retenu devra élaborer le dossier loi sur l’eau.

Dans le cadre du plan local de déplacement urbain, et notamment d’une éventuelle mise en sens unique de l’avenue de la République (artère principale du centre-ville), il est attendu une augmentation du trafic sur le pont.
Par conséquent, il est attendu un trafic limité à 40 tonnes minimum.

En termes d’exploitation, les techniques employées devront permettre de réduire autant que possible les frais liés à l’entretien et à la surveillance de l’ouvrage. Il est attendu une durée de vie du tablier d’environ 100 ans.

Le pont Molière attend toujours ses travaux plus que nécessaires
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Voilà, vous commencez à distinguer où se situent les priorités. Maintenant, pour le reste, si des simples d'esprit, agressifs et vociférants, veulent continuer à shooter dans une baballe, ou si des sous-developpés culturels veulent assister à des spectacles indigents autant que subventionnés, il ne leur reste plus qu'à faire des économies pour subvenir à leurs petits besoins.
Répondre

Archives

Articles récents