Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Les élections approchent, soyez plus que jamais un non-mouton de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 25 Mars 2017, 15:30pm

Les élections approchent, soyez plus que jamais un non-mouton de Vierzon

Non, tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons, à bêler dans le troupeau. Ils ne sont pas tous militants, le doigt sur la couture du pantalon, à guetter la Toison d'or, au prix fort : le reniement. Les bergers rouges et roses, bleus, gris, mauves, on en passe, ont leur troupeau de fidèles, sourds et aveugles, prêts à sauter d'une falaise si le chef des moutons le dit. 

Non, les Vierzonnais ne sont pas tous des moutons, ils aspirent à autre chose qu'à une vaste comédie très mal mise en scène, à d'autres prés plus verts que ceux qu'entretiennent les politiciens. A force de brouter au même endroit, le sol est à nu, le sol est à chair, ils sont à l'os. Faut-il avoir des gênes d'ovins pour croire que la politique peut servir la grandeur d'une âme citoyenne ? Comme le dit Michel Onfray, les citoyens veulent de la politique, pas à des politiciens.  

Le pire ennemi de la démocratie c'est l'usage qu'en font les élus et le non-usage qu'en font les citoyens. Non, tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons, leur vision ne se limite pas uniquement à la statue d'un Commandeur, d'un sauveur qui piétine l'âme que ce soit celle d'un pays ou d'une ville, dont il n'en fait rien. La moutonnerie électorale rendra stérile, à terme, le fondement de la démocratie, à force de toujours tondre les moutons, à les rassembler une fois tous les cinq ans, aux présidentielles, une fois tous les six ans aux municipales, pour qu'ils paissent à la mamelle de l'urne et s'en gavent, l'âme guérie de toute frustration, pour les années à venir. Braves moutons, braves Vierzonnais, qui paient leur carte d'adhérent, le devoir accompli, le bâillon sur la bouche, le bandeau sur les yeux, les bouchons dans les oreilles.

Et après ? Rien. Le vide moutonnier. Pourtant, certains marchent, à petits pas de laine, dans les pas des autres, sans lever la tête pour ne pas voir, pour ne rien voir, ne rien entendre, ne rien admettre. Donner raison. La politique moutonnière est celle-ci : baisser le menton en signe de déférence. Tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons, tous n'ont pas la vocation de brouter des broutilles, de soutenir des carrières, d'aller manger à la gamelle des promesses jamais tenues. Berger est un métier. Politicien n'en est pas un. Le berger a plus d'égards envers son troupeau que le politicien n'en a avec le sien.

Troupeau embarrassant, qui plus est infidèle. Quand les moutons s'égarent, ils vont rejoindre le loup, sentir l'haleine fétide du danger électoral, renifler l'aigre odeur de laine des moutons noirs qu'ils suivent, du même pas que les autres, avec cette impression de transgresser la règle. Un troupeau pour un autre... Tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons, ils n'ont pas vocation à bêler dans le vide. A répondre aux ordres. A se laisser berner. Endormir. Humilier. 

En comptant les silencieux, les marginaux, les éclairés, les réfléchis, on peut y arriver. Les autres moutons sont indécrottables, trop heureux de se faire tondre pour une cause qui les dépasse. Vierzon n'est un pas un troupeau qu'on doit mener à la catastrophe. Les Voutons (moutons Vierzonnais) n'ont d'autre choix idéologique que de croire à ce qui les nourrit.

Les autres marchent en canard, en crabe, en biais, en sautant, en dérivant. Tout ce qui fait que la droiture de la ligne est brisée concourt à lutter contre la moutonnerie vierzonnaise. Tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons même si, aujourd'hui, un petit groupe de bergers, enivrés par le son des cloches qui tintinnabulent au-dessus de leurs têtes, aimeraient conduire un troupeau de plus en plus grand, obéissant, vide de sens. Un troupeau au service non pas de la démocratie élémentaire, mais du pouvoir crasse, celui qui paraît anodin jusqu'à celui qui est totalement indécent. Tous les Vierzonnais ne sont pas des moutons, il suffit juste de savoir se reconnaître. Devenir un non-mouton, en voilà une très belle réalisation.

 

Commenter cet article

Andrée 27/03/2017 07:17

Alors voter utile, ne laisser pas revenir ces politiques plus intéressés par les indemnités que les problèmes de la ville.

Méditation Ovine 06/12/2014 22:31

• « Une nation qui produit de jour en jour des hommes stupides achète à crédit sa propre mort spirituelle. » - (Martin Luther King ).

• « Moi, les hommes politiques, j'appelle ça des timbres. De face, ils vous sourient, ils sont figés. Mais si jamais vous leur passez la main dans le dos, alors là, ça colle ! » - (Coluche).

• « Dieu est peut-être éternel, mais pas autant que la connerie humaine. » - ( Pierre Desproges).

• « A part la droite, il n'y a rien au monde que je méprise autant que la gauche. » - (Pierre Desproges).

• « Moutonnage : Procédé technique consistant à déposer des imbéciles sur un rêve politique. » - (Arrangement d’une citation de Pierre Desproges).

• « Parole de coiffeur : il est interdit de descendre avant la raie. » - (Pierre Desproges).

• « On peut rire de tout, mais pas avec tout le monde. » - (Pierre Desproges).

• « Pour les aveugles, on dit non-voyant, pour les sourds, non-entendant, et pour les cons, non-comprenant. » - (Guy Bedos).

• « Dans le trafic d'idées comme dans le trafic de drogue, on punit l'usager sans toucher au dealer ! » - (Guy Bedos).

• « Depuis qu'ils sont au pouvoir, je n'ai jamais rien demandé aux socialistes. Et il faut leur rendre cette justice, je n'ai rien obtenu. » - (Guy Bedos ).

• « Il n'y a pas que des salauds au gouvernement. Il faut rester objectif. Il y a aussi des incompétences. » - (Guy Bedos).

• « Il y a des gens, quand ils pensent, c'est tellement bas, que même dit tout haut, c'est encore très bas. » - (Guy Bedos ).

• « On ne donne la parole qu'à ceux qui veulent la prendre. » - (Guy Bedos).

• « La liberté ne s'use que si l'on ne s'en sert pas. » - (Guy Bedos).

Brèves de Bêlants 06/12/2014 21:27

• Un petit arrangement d’une citation de Jean-Marie Gourio : « Les bergers vierzonnais seraient moins cons que les autres s’ils se déplaçaient en échasses pour ne pas marcher dans la merde de leurs moutons ».

• Henri de Rochefort : « Il y a deux sortes de bergers parmi les pasteurs du peuple : ceux qui s’intéressent au gigot et ceux qui s’intéressent à la laine. Aucun ne s’intéresse aux moutons ».

• Gilbert Cesbron : « Les chefs des peuples se prennent pour des bergers ; ils ne sont souvent que des chiens de troupeau ».

• Un arrangement d’une citation d’Anton Tchekhov : « Le Vierzonnais ? Il a toujours été comme un troupeau : en quête de bons bergers et de bons chiens, et allant toujours là où le mènent les bergers et les chiens ».

• Proverbe vierzonnais : « A force d’Assises , le cul du berger vierzonnais sent souvent le gros rouge qui tache ».

Ailleurs 06/12/2014 19:44

personne parmi les élus ou anciens candidats , ne peut aider à sauver la boîte à rêves des robes de Myriam Ophélie?????

Mérinos 20/11/2014 00:06

Parce que:

Fais-toi mouton, le loup te mangera.

Mieux vaut vivre un jour comme un lion que cent ans comme un mouton.

Mais surtout:

« Les moutons vont à l’abattoir. Ils ne se disent rien, eux, et ils n’espèrent rien. Mais du moins ils ne votent pas pour le boucher qui les tuera, et pour le bourgeois qui les mangera. Plus bête que les bêtes, plus moutonnier que les moutons, l’électeur nomme son boucher et choisit son bourgeois. Il a fait des Révolutions pour conquérir ce droit. »
Octave Mirbeau, La Grève des électeurs

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents