Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Les séjours de Régine Deforges chez sa tante de Vierzon

Publié par vierzonitude sur 20 Juillet 2020, 18:37pm

Régine Deforges, entre Vierzon et l'île de Ré.... A Ars-en-Ré, l'hôtel Sénéchal est  orphelin près du clocher d'Ars. Elle était d'Ars-en-Ré, l'âme rousse omniprésente. Et bien que Régine Deforges ait été finalement en de nombreux endroits à la fois, comme elle en témoigne dans ses Mémoires, ses endroits "littéraires" sont ceux qu'elle a gravés dans ses pages.

Extrait de Rencontres ferroviaires

Extrait de Rencontres ferroviaires

Ainsi, Vierzon en fait-il partie. Dans plusieurs de ses romans, Vierzon apparaît; "Rencontres ferroviaires", "Blanche et Lucie" entre autres. Comme un fil rouge tiré de la pelote de son enfance. Mais c'est dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août, paru il y a plusieurs semaines, que l'on découvre alors Régine Deforges et sa famille entrelacée avec la bijouterie Lesieur (qui a fermé dans les années 1990) face aux Nouvelles Galeries (aujourd'hui, la parfumerie Marionnaud, il reste de la bijouterie, l'horloge au mur, arrêtée) et la fabrique de grès artistiques, Denbac dont elle écorche le nom de l'un des créateurs qu'elle appelle Balluchon, dans son autobiographie. Il s'appelait Balichon. Un détail...

Voir le site consacrée aux Denbac de Vierzon

Extrait de Blanche et Lucie

Extrait de Blanche et Lucie

Sa tante s'appelait Gogo, vendeuse à la bijouterie Lesieur. La scène se déroule pendant la seconde guerre mondiale. Vierzon, coupée en deux par la ligne de démarcation, et qui plus est noeud ferroviaire, donne l'occasion de marquer les esprits. Celui de Régine Deforges est peint par le magasin de sa tante et son studio en zone libre. "Franchir la ligne de démarcation n'était pas une simple affaire" écrit Régine Deforges dans ses Mémoires. Mais le plus étonnant, c'est la relation de sa tante Emilia qui, citons l'auteure, "avait épouse le frère de ma grand-mère Blanche, rené, qui avait créé une fabrique de grès à Vierzon avec M. Balluchon (sic); ils signaient leurs oeuvres Denbac." Les détails débordent sur la ville. "Certains dimanche, quand il faisait beau, nous prenions le tramway jusqu'à son terminus, pour aller pique-nique dans la forêt : c'était une véritable expédition."

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Ainsi, le lecteur a-t-il eu l'occasion de croiser Vierzon, à de nombreuses reprises dans les romans de Régine Deforges et dans ses Mémoires. Elle-même explique son itinérance de l'enfance : De cette époque datent nos déménagements successifs : Montmorillon, Vierzon, Bourges, Bois-Colombes, dans la région parisienne, Pindray, près de Montmorillon, Payrac dans le Lot, Limoges et de nouveau Montmorillon... 

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Vingt mois après ma naissance est née ma soeur Chantal, à Châteauroux, où mon père, sur les instances de sa belle-famille, avait pris un emploi aux Chemins de fer : être cheminot, c'était la sécurité et la retraite assurées. Régine Deforges, enfant du pays...

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Dans ses Mémoires, L'enfant du 15 août

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents