Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Lettre à une ville que je ne reconnais plus

Publié par vierzonitude sur 19 Janvier 2017, 11:09am

Lettre à une ville que je ne reconnais plus

Le doute est arrivé par surprise.

Un soir, vers 21h30, je traversais le Forum république, dans le halo de l'éclairage public. Les lieux me sont plus que familiers, disons qu'ils sont le décor d'une habitude qui n'a ni zone d'ombre, ni secret. Il fait partie de l'ADN des Vierzonnais comme d'autres quartiers, d'autres pans de quartiers, d'autres rues, ancrés dans la géographie de nos mémoires, utiles à l'archéologie de nos souvenirs.

Le doute est arrivé par surprise, insidieux, dans la solitude de l'heure tardive.

Je marchais comme on marche dans sa ville, avec l'assurance qui alimente la certitude qu'ici, ce sont nos courbes, nos trottoirs, nos pavés, ceux que l'on foule en tant qu'habitant d'ici, pas d'ailleurs, non d'ici. Cette ville est en nous comme toutes les villes d'enfance, comme toutes ces villes que l'on écume de nos vies quotidiennes, que l'on hérisse de nos connaissances, balisée de visages connus. Je marchais comme chez moi, parce que c'est chez moi. Et cette étrange appartenance qui n'en est pas une, (car aucune ville n'appartient physiquement à personne), permet de se croire pourtant le propriétaire d'ici.

Le doute est arrivé par surprise.

Aucun bruit que celui de mes pas ne résonnait entre les blocs. Et j'enchaînais le mécanisme de la marche avec l'inconscience de l'automatisme : on marche pour avancer, sans douter car l'on sait où l'on va, ce que l'on va voir, il n'y a aucune surprise à avancer puisque l'on pourrait aussi avancer les yeux fermés. C'est le privilège de celles et ceux qui ont une parfaite connaissance de leur ville, de son sens, de son histoire, de ce qu'elle contient, comment elle respire, comment elle vibre. Comme si la porte de chez soi s'ouvrait non plus sur son appartement ou sa maison particulière mais sur la ville entière.

Le doute est arrivé par surprise.

Alors que j'avançais, face à moi, quelqu'un d'autre avançait aussi. Et sans prendre conscience que je ralentissais, le doute m'a pris à partie. Il m'a même assailli. Bousculé. Pendant un instant plus dur que les autres, je me suis demandé si je devais continuer à marcher vers celui qui avançait aussi. J'ai regardé autour de moi, un regard circulaire pour accrocher mon regard à la possibilité de bifurquer. Mais je n'ai rien trouvé à quoi accrocher l'excuse de faire demi-tour, ou d'aller à droite ou à gauche.

Le doute s'amplifiait.

Jamais, je n'aurai douté de cette ville, pas d'elle, en elle-même, de ceux qui l'habitent, qui la peuplent. Le doute avant un relent de crainte comme une mauvaise odeur qui monte et s'installe. Jamais la crainte ne m'avait obligé à douter parce que c'est ma ville, parce que je la connais, parce que c'est chez moi et que chez soi, on n'a aucune crainte en traversant les pièces, allant du salon à la cuisine, de la cuisine à la chambre. 

Le doute est arrivé par surprise.

Jamais, auparavant je n'aurai eu le moindre doute, la moindre crainte à avancer dans ma propre ville. Et ce millième de seconde-là m'a profondément mis mal à l'aise, baissant d'un coup, l'étrange rideau d'une réalité qui a changé, malgré moi. Curieusement, j'ai su qu'une alchimie désespérante avait vrillé l'image que j'ai de cette ville en image que je ne voulais surtout pas voir. La personne en face a bifurqué. Trop tard, j'avais douté. J'avais craint. J'avais eu une aigreur dont la forme, si elle avait grandi, aurait été de la peur. Et du doute à la peur, il n'y qu'une faible marge. Ce soir-là, j'ai su que quelque chose chose s'était passé. L'instant de m'en apercevoir, j'ai vu, dans cette parenthèse de doute, une ville que je ne reconnais plus.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Michelon 18/01/2017 20:45

Retour du cerveau reptilien? C'était mieux avant et partout pareil maintenant.

Jag 18/01/2017 09:56

Personne pour apprécier la beauté du texte et la photo de circonstance.....

Raoul du Berry 18/01/2017 08:47

Bientôt on tournera un remake de la série américaine "The walking dead"

Qui s'appellera "The poor dead"...

Avec en boss de fin de niveau, le tueur à la faucille et au marteau du film "Red is dead" !

Oh bon sang Dorian! 17/01/2017 23:07

Cessez de nous diluer tous les doutes liés à l état réel de Vierzon dans l étendue flasque et indifférente de la généralité! Bon sang! Dans d autres villes on continue à goûter aisément la beauté..que ce soit dans le décor ou dans l équilibre des chiffres sur la pauvreté locale... A Vierzon non!.. tout cela se détériore, s'évapore... Réveillez-vous! Ne cherchez plus de fausses excuses!

vierzonitude 19/01/2017 11:03

Pas de soucis : vierzonattitude@gmail.com

Dorian 18/01/2017 21:45

Il est vrai que je n'habite pas Vierzon, je ne suis donc pas le mieux placer pour parler. Mais le sentiment de doute que vous décrivez me touche car c'est celui que j'ai pu ressentir aussi dans ma propre ville à Annecy en Haute-Savoie, qui est pourtant si on peut dire, tout l'opposé de Vierzon. Alors qu'est-ce qui fait une ville ? Son architecture ou ceux-qui l'habitent ?
D'autre part, je lis depuis Annecy votre Blog dont je trouve le contenu très intéressant. Je suis artiste-vidéaste et aimerais beaucoup venir réaliser un film à Vierzon. Ma grand-mère et une grande partie de ma famille maternelle habite Vierzon et je suis, d'une certaine manière, très attaché à cette ville. Je compte venir bientôt leur rendre visite et faire quelques photographies. Peut-être pourrions nous nous rencontrer pour discuter ?
PS : pour info, voilà une cartographie des cinémas dans le monde où chacun peu ajouter du contenu et des cinémas. J'ai pour ma part inscrit le FRANCE 2 de Vierzon ! https://www.traversees-urbaines.fr/map/

Dorian 17/01/2017 22:29

Je viens de lire votre texte, je comprends votre sentiment mais je me demande si cela n'est pas plus lié à un climat général de doute, à l'échelle de la France, plutôt que directement lié à la ville de Vierzon...?

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents