Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Loi santé : les raisons de l'abstention de la députée Nadia Essayan

Publié par vierzonitude sur 27 Mars 2019, 09:59am

Sur sa page facebook, la députée Nadia Essayan explique les raisons de son abstention à propos du vote de la loi Santé.

"L’abstention et pas le vote contre, parce que je trouve dans ce texte des avancées comme : la fin du numerus clausus, les assistants médicaux, le cumul emploi-retraite pour les médecins, les délégations de tâches aux pharmaciens et aux infirmiers. Ce sont autant de propositions pour faire face aux déserts médicaux et assainir la situation sur le long terme", écrit la députée.

En revanche, ajoute-t-elle, "je pense que ces propositions ne suffiront pas à répondre sur le court terme à la détresse actuelle des habitants de certains départements dont le mien, et à celle des professionnels de santé qui, dès lors, travaillent dans des conditions qui ne sont pas les meilleures pour un bon service. Certains de mes concitoyens renoncent aux soins, il faut entendre cela, par manque de médecins." 
 

"Abstention enfin parce que le gouvernement actuel ne porte pas la responsabilité de la situation actuelle. Les précédents l’ont vu venir mais n’ont rien fait ou si peu. J’attends maintenant la lecture définitive du texte."

Loi santé : les raisons de l'abstention de la députée Nadia Essayan

Pour tout savoir de la loi santé

La députée Modem de Vierzon, Nadia Essayan est la seule parlementaire de son groupe du mouvement démocrate et apparentés à s'être abstenue de voter la loi relative à l’organisation et à la transformation du système de santé. 

Une loi adoptée ce mardi après-midi par 349 voix pour et 172 contre. Entre autre point, ce projet de loi instaure les hôpitaux de proximité contre lesquels le maire de Vierzon, notamment est vent debout. Car l'hôpital de Vierzon, malgré les confirmations de l'agence régionale de santé (ARS) pourrait entrer dans le cadre de ces nouveaux hôpitaux de proximité.

Le Monde rappelle que "La labellisation d’hôpitaux de proximité »Couplé à une réforme du régime des autorisations spécialité par spécialité, ce volet du projet de loi va permettre au gouvernement de redessiner la carte hospitalière ces prochaines années. Entre 500 et 600 établissements publics et privés devraient être labellisés « hôpitaux de proximité » et être ainsi recentrés sur la médecine générale, la gériatrie et la réadaptation, en lien avec les médecins libéraux.

Une réforme à double tranchant. Côté pile, ces établissements, qui constitueront le premier échelon d’un système hospitalier plus gradué, seront assurés d’un certain niveau d’équipements (laboratoire d’analyse, radiologie, etc.). Ils bénéficieront également d’un financement adapté, non directement indexé sur leur activité. « Aucun hôpital ne fermera, même ceux qui n’ont guère d’activité, ceux qui ont du mal à recruter, ceux qui travaillent uniquement avec des intérimaires, ou qui sont en permanence en déficit en raison d’une déprivation populationnelle provoquant une baisse d’activité considérable », a fait valoir la ministre, promettant que ces établissements pourraient être « revitalisés avec un investissement et un financement ad hoc correspondant à leur activité ».

Côté face, ces hôpitaux ne disposeront pas de maternité et ne pourront qu’« à titre exceptionnel » et dérogatoire proposer de la petite chirurgie, a concédé Mme Buzyn. Plusieurs élus communistes ont fait part de leur inquiétude de voir « 200 à 300 hôpitaux » risquer de « subir un déclassement » et ainsi devenir des « établissements de seconde zone »

 

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

J 27/03/2019 13:54

Cela nous change beaucoup de l'attitude du précédent député qui votait systématiquement selon les consignes de son parti sans savoir nécessairement pourquoi ..

Archives

Articles récents