Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Reportage : naturel assumé ou tactique politicienne ?

Publié par vierzonitude sur 14 Novembre 2019, 06:20am

Ira, ira pas ? Tête de liste, pas tête de liste ? Fatigué, pas fatigué ? République en Marche, pas République en marche ? Info ou intox ? Le reportage, plutôt la caisse de  résonance que France 3 offre au maire de Vierzon, souffle à la fois le chaud et le froid. 

Difficile d’ignorer que chaque mot prononcé l’est dans un micro, qui ne se cache pas. Difficile d’ignorer aussi que chaque posture l’est face à une caméra qui ne se cache pas non plus. Naturel assumé ou tactique politicienne ? En regardant ce reportage, on se dit que le maire de Vierzon semble préparer ses troupes à un changement radical  : des camarades contraints de se marier avec l’ennemi (La République en Marche) pour survivre, des camarades contraints de voir le maire de Vierzon laisser sa place de premier de la liste à une syndicaliste de l’hôpital (juste la tête de liste ou la place de maire ?), un président de communauté de communes qui passe la pommade comme au premier jour dans un simili tête-à-tête avec la caméra, et qui se fait doucher. L’accointance entre le P.C et LREM est-elle une posture, une intox comme le fait entendre la députée Modem ? 

Et que penser de ce chef d’entreprise de droite d’un seul coup cajolé par les anti-capitalistes  vierzonnais qui auraient alors retourné leur veste idéologique et politique ? Que penser aussi de cette pseudo-concertation, face caméra, consistant à demander aux uns et aux autres, si finalement, une syndicaliste n’aurait pas mieux sa place en tête de la liste qu’un politique professionnel ? 

Il est certain que les régionales perdus (- 5%), les législatives perdues, les résultats des Européennes, la montée de plus en plus haute de l’extrême-droite à Vierzon, peuvent faire réfléchir. Est-ce une raison pour griffer les électeurs qui, entend-on, votent avec leurs pieds ? On imagine que les pro-maires de Vierzon reconnaîtront dans ce reportage, un exercice de vérité sans filet, un portrait non dénaturée par la présence d’une caméra.

Est-ce le maire tel qu’en lui-même ou un personnage joué jusqu’à cette façon de faire croire que cette fois-ci, contrairement à 2008 et 2014, la majorité risque de ne pas passer ou du moins trop juste ou du moins, sans l’apport d’une autre force politique ? Les détracteurs auront tout loisir de buter sur des phrases, des commentaires, des attitudes. Ce qu’on aurait aimé savoir, savoir et comprendre, si ces 51 minutes d’auto-promotion, ont une arrière-pensée. Difficile de croire le contraire lorsque le doute d’une candidature, dans le reportage, est battu en brèche par une démarche de candidature dans la réalité….

Le documentaire “Tout le monde n’a pas eu la chance d’avoir un maire communiste” sera diffusé le lundi 18 novembre à 23 heures, sur France 3. Il consacre 51 minutes à Nicolas Sansu, maire de Vierzon, depuis 2008. La question transversale de ce documentaire est simple : y retourne-t-il ou pas ? “J’arrête, dit-il au début du reportage. Je ne sais pas si ça va me manquer.” Plus loin, il explique ne pas avoir envie d’y aller, “c’est le bordel, ça va être tendu sur Vierzon. Je suis fatigué.”

Sa “super mauvaise expérience aux régionales" (battu avec moins de 5% des voix) l’a refroidi, semble-t-il. Lors des élections européennes, mêmes doutes. Il explique vouloir réfléchir à ce qu’il faudra faire pour rassembler et élargir.

Lui ou quelqu’un d’autre ? Lui sur la liste c’est sûr, premier ou deuxième ? La première serait une femme syndicaliste, issue du mouvement de l’hôpital…

Un face-à-face Nicolas Sansu/François Dumon (président de la communauté de communes) souffle le chaud et le froid. “Le meilleur c’était toi” lui dit François Dumon. “Nous avons encore les lunettes des années 80. Les gens veulent changer”, rétorque le maire. “On est à côté de la plaque”.

Le maire de Vierzon souligne qu’il n’ira pas dans ces conditions-là. Il lâche réfléchir, pourquoi pas, à l’investiture de la République en Marche. “Investiture ou pas ? Les communistes vont hurler mais nous ne sommes pas en 2008.” Du coup, il lâche être “Macron-compatible” et s’interroge : “est-ce qu’on va jusque là ?” Plus loin, il avance deux solutions : être sur la liste c’est clair, mais sans doute “casser les codes”. Il reconnaît aussi que "les conditions de 2014 ne sont pas réunies, que ce n’est pas la même élection.” Sincérité au bout de deux mandats ou stratégie politique destinée à préparer les troupes à une alliance peut-être historique entre “ceux qui voulaient fermer l’hôpital et ceux qui voulaient qu’il reste ouvert.”

 
Reportage : naturel assumé ou tactique politicienne ?
Reportage : naturel assumé ou tactique politicienne ?
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Sirius 14/11/2019 07:47

Si certains avaient encore des doutes sur le fait qu’une certaine syndicaliste a récupéré la mobilisation sociale concernant l’hôpital à son bénéfice personnel... le documentaire sur France 3 était déjà centrée sur elle au détriment des autres acteurs de cette mobilisation et on se demandait pourquoi (ou pas).

Quelle mascarade ! J’espère que les professionnels ne seront pas dupe de tant d’opportunisme.

Hôpital 13/11/2019 11:35

Il en a fait des discours a l'hôpital en critiquant en marche et la député en marche qui a pris sa place au département. A chaque fois cetait a cause d'en marche que l'hôpital aller fermer. Incroyable de retourner sa veste a ce point. Le communisme a vécu et tout ce quil fait q vierzon actuellement, cest faire fuir les entreprises dont la ville a tant besoins. Ousttt a ce maire, en esperant que le suivant ai de bonne idées pour redynamiser cette ville morose

athos 13/11/2019 11:18

Nicolas SANSU apparaît comme un maire jovial, un brin trivial, mais qui "ne se la pète pas" avec ses administrés.
Assurément aussi un bon comédien face à la caméra, surtout dans ces moments surréalistes, avec François DUMON ou Cécile MILLERIOUX, au sujet de la composition de cette liste qui fait tant jaser.

Wizard 13/11/2019 10:15

C'est la confusion dans les pseudos. A voir comme ça, on pourrait croire qu'il y a beaucoup de réactions, mais ça ne fait pas illusion longtemps.

Franchement, le maire on s'en fout à partir du moment où il fait son boulot (le boulot réellement indispensable), où il ne nous gonfle pas avec des travaux permanents et s'il perd cette déplorable manie de dilapider l'argent public pour des opérations de clientélisme.

tenirbon 13/11/2019 08:26

Il faudrait quand même qu'il nous explique ce que veut dire pour lui être "macron compatible"
Et puis voter pour quelqu'un qui semble y aller plus par obligation que par envie, quel programme !!!!
Le passage avec F Dumont fait froid dans le dos, on dirait presque un suicide politique, ces deux là représentent le passé et ce n'est pas moi qui le dit !!

Hippocrite ou hippocrate 13/11/2019 01:15

Quel mépris. Que ce soit pour les tracteurs, pour Jacques Brel, pour les artistes locaux, pour les électeurs qui votent avec leurs pieds, pour les "flics", pour les agents communaux... Belle image du 1er magistrat de la ville, à la hauteur du bonhomme.

Lafacecachée 13/11/2019 01:12

Le maire sous sa vraie facette, des interventions remplies de gros mots, de la manipulation à tout va. Il parle régulièrement de stratégie, il tape dans le dos d'un patron de droite en disant qu'il est le plus sympa de tous, tout ça pour le caresser dans le sens du poil. Et pour les Vierzonnais, qu'à t-il dit? Quelles ambitions pour la ville? Beaucoup de moqueries, que ce soit pour les électeurs, les artistes locaux, la connaissance culturelle sur le groupe Sergent Garcia, et j'en passe.
Et s'il était temps de passer à autre chose et de le respecter aussi peu qu'il respecte les gens sur les marchés, au forum des associations, ...
Les communistes qui s'allient avec la République en Marche, c'est la cerise sur le gâteau quand même. Il passe d'anti Macron à Macron compatible. Trop fort cet homme

avec 12/11/2019 23:25

du recul, pas sûr que Sansu ne laisse pas indifférent. Au final, on ne sait pas trop qui il est, s'il a un but, un moteur personnel, une conception. ll parle un peu à tort et à travers. Il ne montre pas de logique sauf d'être un héritier du communisme local, biberonné au communiste local et voulant faire croire à de la modernité alors qu'en fait, ses ancêtres auraient pratiqué le bétonnage et le clientélisme social de la même façon.

avec 12/11/2019 21:11

le recul... tout ce barouf pour inaugurer un tas de béton qui ne sert qu'à créer du vide, du courant d'air, de froid et peu, si peu de vie sauf le samedi matin et encore, c'est un artifice, car il a fallu pour cela déplacer le marché du bord de l'eau

mete-thenioux 12/11/2019 20:37

si si nous a Thenioux ont en a un aussi

un autre 12/11/2019 20:17

Ce qui est sûr, c'est qu'il ne laisse personne indifférent.

Archives

Articles récents