Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Une rue Henri Diaz à Vierzon, où et quand ?

Publié par vierzonitude sur 5 Août 2022, 15:19pm

Dans une émission "Dimanche en politique", dimanche 4 avril 2021,  l'ex-maire de Vierzon, Nicolas Sansu avait annoncé qu'une prochaine rue, pas encore désignée, portera le nom d'Henri Diaz, résistant, brigadiste international, décédé à 103 ans en mars dernier. "Une rue portera son nom à Vierzon car il est originaire de Vierzon", avait souligné l'ex-maire. A moins d'avoir raté quelque chose, cette rue a-t-elle été baptisée. Et si non pourquoi ? Les promesses de l'ex-maire sont-elles toutes caduques ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :
Commenter cet article
C
Y a t'il à Vierzon une Rue Jean Tinturier ??? Vierzonnais mort au STO, il aurait 100 ans. C'est au titre de martyr que sa béatification est engagée, à priori il n'était pas communiste...alors peu de chance...
Répondre
C
La portion de la piste cyclable du canal de Berry de Thenioux à Bourges devraient porter le nom de Henri Diaz. Il parcourait à vélo le chemin de halage au nez et à la barbe des nazis pour accomplir sa mission d’ agent de liaison de la résistance. Il fut coureur cycliste dans sa jeunesse et rouler à vélo entre Vierzon et St Amand ne lui posait pas de problème. (Voir Les Chemins de la Liberté) Livre écrit par Henri Diaz dans lequel il nous transmet son histoire et celle de ses camarades résistants.<br /> Honte à ceux qui essaient de salir sa mémoire du fait de son appartenance à un parti politique de gauche, comme à celui qui salit la mémoire des jeunes français engagés de force au STO.<br /> Mon père avait réussi à s’evader du STO et regagner le sud est de la France pour combattre dans les rangs FFI. Malheureusement tous n’ ont pas réussi à s’ évader ou pas eu le courage. Mais ceux là ne sont pas à blâmer. Qu’ auriez-vous fait à leur place ?
L
Ce n'est pas que cet homme soit communiste qui me gêne mais je me méfie des héros des guerres civiles. Car quel que soit le camp choisi, Franco d'un côté ou les Brigades de l'autre, ces guerres civiles sont toujours le théâtre privilégié d'exactions massives (exécutions, viols, pillages, etc.) qu'on a du mal à imaginer des années plus tard quand on rencontre un paisible grand-père assis dans son canapé. Quant à votre surprenante idée de mettre en avant Jean TINTURIER, il faudrait déjà nous expliquer en quoi un engagé du STO, c'est-à-dire apportant sa contribution physique à l'industrie allemande, peut être montré en exemple ? Les travailleurs du STO n'étaient ni des prisonniers (ils étaient libres le soir et le dimanche) ni des martyrs comme vous le dites. Les réfractaires au STO qui ont massivement grossi les rangs du maquis ont au contraire bien mieux servi la France et pris authentiquement le risque du martyre.

Archives

Articles récents