Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Vierzonitude interroge les candidats : pour Carole Sicot, il faut instaurer des référendums d’initiative populaire

Publié par vierzonitude sur 4 Juin 2017, 12:38pm

Vierzonitude a adressé ce questionnaire à toutes les candidates et à tous les candidats de la seconde circonscription du Cher. Carole Sicot, candidate de l'UPR, y a répondu.

Vierzonitude interroge les candidats : pour Carole Sicot, il faut instaurer des référendums d’initiative populaire

Quel  est le sens de votre candidature ?  Pour tout dire, je suis membre de l'UPR depuis 18 mois, j'ai rencontré ce mouvement politique il y a presque 3 ans, à travers les conférences de M. Asselineau. Ce parti et cet homme m'ont fait renouer avec la politique que je pensais dépassée,inaccessible, inintéressante, corrompue, inutile.  Je me suis engagée car, le mouvement est blacklisté des  (grands) médias mais les thèses développées sont puissantes et argumentées, mon but principal est de le faire connaître au public via ma candidature.

Etre député c'est défendre sa circonscription ou être pleinement un élu du peuple à l'assemblée ? Je trouve curieux la dichotomie que vous présentez. Je pense qu'un député devrait représenter les intérêts des gens qui l'ont élu, c'est la première règle morale à laquelle il devrait se plier. Bien sûr, il y a l'intérêt de son parti en trame de fond mais si les intérêts des électeurs, ceux du parti, et ceux du député ne sont pas convergents c'est qu'il y a usurpation, pour ne pas dire mensonge et vol de pouvoir. Un député comme n'importe quel élu est un représentant du peuple, et il en représente un partie(sa circonscription), celle qui associée aux autres forme le tout de notre peuple. L'un fait partie du tout, il ne faut pas perdre cette notion de vue, ni le respect de soi et de ceux avec qui et pour lesquels on se bat au quotidien.

Le non-cumul des mandats est-il une bonne chose ? Pour ma part, oui. Un mandat  (quel qu'il soit) est une concentration de pouvoir que des électeurs ont confié à un pair qu'ils considèrent qualifié pour accomplir une mission politique. On ne peut remplir correctement qu'une mission à la fois. Et chacun une fois élu ne devrait pas être en mesure de se représenter pour mettre fin aux corruptions et autres magouilles politiques auxquelles nous assistons depuis de décennies. Tout autre discours est enfumage politique, corruption et réseautage qui sont très loin des intérêts de tous les électeurs qui ont voté pour le candidat. J'attends les arguments d'autres discours pour me prouver le contraire de ce que j'avance.

De quelle façon pensez-vous être utile au pays d'abord, à la circonscription ensuite ?  Si j'étais élue, je me rendrai utile à convaincre mes collègues députés et je ferai une proposition de loi afin de faire voter la reconnaissance du vote blanc avec annulation du scrutin qui aurait eu une majorité de votes blancs et interdiction aux candidats présentés à ce scrutin de se représenter au second scrutin (voir programme UPR.FR). Je pense que ce point pourrai changer beaucoup de choses dans la vie politique française. Mais ce n'est qu'un exemple..Je vous propose d'aller consulter le site UPR.FR, il y a plein de bonnes idées comme celles-là... Bizarrement; je pense que la reconnaissance du vote blanc ne serai peut être pas bienvenue au parlement, ces braves gens seraient-ils prêts à mettre leurs mandats en jeu étant susceptibles de ne pas pouvoir se représenter encore et toujours?!! Mais je tenterai quand même après tout, juste pour voir les réactions et faire tomber les masques !!

En cas de majorité présidentielle à l'Assemblée Nationale quelle place prendrez-vous ? De quelle façon comptez-vous travailler ?  Le point sûr est que je serai dans l'opposition farouche et infatigable, après je sais que pour combattre son ennemi, il faut le comprendre, connaître ses points forts et ses points faibles, ne pas le sous-estimer et dans le même temps se connaître soi même, se mettre à l'épreuve... Je travaille déjà comme ça, méthodique clairvoyante, en prenant des risques toujours pesés, sans perdre le contact du réel et du bon sens (merci ma maman). Mais si j'étais élue au delà de moi même, je sais que j'aurai l'UPR derrière moi, un groupe de gens plus de 28 000 aujourd'hui,l' énergie et l'intelligence via M.Asselineau et son équipe qui saurait très bien m'aiguiller et me guider dans les méandres de la politique...  


Sur quels sujets pensez-vous être Macron-compatible ?  Là comme ça, je n'en vois pas, j'adhère pleinement aux thèses de l'UPR qui sont en opposition totale avec la politique de ce que M.Macron propose et va mettre en place. Il va mettre en pratique les recommandations des GOPE (grandes orientations de politiques économiques ) que donne la Commission Européenne via le Conseil Européen tous les ans. Il va même aller plus loin que cela paraît-il ; il va détruire nos vies et l'avenir de nos gosses; de notre pays...Je ne peux pas avoir de macron-compatibilité.  

  
Sur quels sujets pensez-vous être Macron-incompatible ?  La plupart de ceux sur lesquels il a montré son jeu politique; la suite est à craindre. Je suis totalement macron-incompatible...

 

Quels sujets vous tiennent particulièrement à cœur et que vous allez développer pendant cette campagne ?  Le sujet qui est blacklisté et tabou dans les médias et beaucoup d'esprits français : la question des GOPE et son corollaire le Frexit.

 

Et quels sujets importants à vos yeux n'ont pas été suffisamment évoqués lors des présidentielles ?  Le chômage, l'emploi,la précarité grandissante, la situation de l'agriculture, de l'éducation, de la santé, des retraites, des services publics en péril... Tous les sujets qui concernent et intéressent les français n'ont pas été vraiment abordés. Quelle ligne directrice pour le président sur le quinquennat (quel point fort, au moins 1 ???!!). Ces présidentielles n'avaient rien de politique, au sens de gestion de la « polis », la cité-état. M.Macron n'a pas évoqué une seule fois les GOPE alors que c'et LA feuille de route de son quinquennat, il a même dit qu'il ferait encore « mieux »pour être bien vu de la sphère dont il provient... Je ne m'étale pas, sinon je vais paraphraser M.Asselineau qui fait le travail bien mieux que moi..


Croyez-vous encore aux partis politiques ? Et Pourquoi ?  Je l'ai évoqué en point 1, je ne crois pas aux partis politiques médiatisés et/ou vieux de plusieurs décennies. La soupe médiatique ne m 'intéresse plus depuis des années, j'ai compris qu'ils étaient un leurre, une manipulation, une forme d'ingénierie de masse. Les vieux partis (j'inclus le NPA) ne font que mentir et trahir une partie de leur électorat pour mettre en valeur une autre partie plus élitiste. Les gens de la base, sincères et crédules sont bercés de discours qui n'ont d'autre valeur que l'idéologie et le rêve. Un parti doit partir des problèmes que rencontrent les gens et se créer en se basant sur les réponses proposées aux gens pour résoudre ces problèmes. Les membres des partis  doivent tous avoir la même information, il ne devrait pas y avoir de castes. C'est trop le cas en France.  


De plus tous les partis de France ont souscrit des emprunts dans les banques (nous sommes le seul parti à être autofinancé par nos adhérents). Les scandales liés à l'argent,aux affaires de mœurs alors que les membres de ces partis sont toujours en tête de média... Que pensent et que penser des gens qui sont à la base de ces partis. La parti En Marche est un leurre de plus, tout comme le FN, l'un qui a été monté de toutes pièces et financé comment ? L'autre est un faire valoir qui ne veut même pas du pouvoir(Marine va danser après « l 'échec » du second tour des présidentielles) et qui dupent les gens qui écoutent ses sirènes. Nous arrivons à une époque où il faut de la transparence pour faire en sorte que les gens renouent confiance avec le monde politique. Les Français ont profondément « faim » de politique, l'UPR est le seul parti où la transparence est de mise ... 

La gauche et la droite représentent-ils encore quelque chose en 2017 ? A-t-on vraiment besoin de se situer politiquement et pourquoi ? Pour ma part, gauche et droite n'ont plus de sens aujourd'hui. Les lignes ont bougé avec la mondialisation. La lutte de classe n'a plus les même dimensions.A mon sens, la bataille se situe plutôt aujourd'hui selon une ligne pro/anti mondialiste. Une vision du monde où l'argent ne serait plus la fin mais le moyen et dans lequel on baserait le but de la vie non pas dans sa « réussite » (chacun met les névroses qu'il souhaite derrière ce mot) mais dans son bien vivre pour soi et pour les autres. En opposition à une autre vision d'un monde où le système de course aux biens doit perdurer quoi qu'il en coûte pour que l'élite puisse de maintenir au niveau et à sa place au-dessus des autres, car pour eux la masse est de toute façon malléable et manipulable à merci tant qu'elle reste dans son petit confort abrutissant, nombriliste et court-termiste..


Je me positionne en anti-mondialiste, et non pas altermondialiste, car ce n'est pas un autre mondialisme que je souhaite, je ne pense pas que les pays et les gens ou les pays doivent être mis en concurrence perpétuelle, ça n'a rien donné en plusieurs millénaires. À la lumière de l'histoire du monde et des problèmes écologiques et anthropologiques que nous vivons... il serait temps de travailler en collaboration plutôt qu'en compétition.         

Que vous évoque la circonscription de Vierzon ?  Je vis à Vierzon depuis mes 2 ans ; cette circonscription c'est mon monde, j'en connais les défauts ; les qualités. Je me désole de voir ce que les politiques et politiciens successifs n'en n'ont rien fait de mieux. Je sais que les gens d'ici aiment leurs habitudes ; une certaine forme d'immobilisme et d'inertie. Je pense que nous avons un potentiel mais qu'il faut encore éveiller les gens à celui-ci, il faut tourner la circonscription vers une autonomie et un dynamisme qu'elle contient en larvé, il faudra une sacrée étincelle pour la faire éclore. Je suis une véritable idéaliste c'est un fardeau lourd à porter parfois..Mais si on ne rêve pas un peu, rien n'arrive non plus...
    

Que représente pour vous la charge d'un(e) député(e) ? Honnêtement, je n'ai que de vagues idées, je ne me suis jamais vraiment posé la question. J'idéalise beaucoup la fonction, mais je crois que l'arrivée en poste doit faire beaucoup déchanter. J'imagine que je donnerai toutes mes tripes à rédiger des texte  de propositions de lois, essayer de me faire bien voir de certains pour gagner en soutien... Je pense que c'est comme dans toute chose, il y a un temps et un monde entre l'arrivée en poste et la prise de conscience de la réalité du travail et de l'univers dans lequel on évolue... Je ne peux pas vraiment répondre à cette question.

Si vous êtes élu(e), serez-vous transparent(e) sur votre indemnité de frais de représentation de mandat (IRFM) ? Tout à fait, je trouve que cela devrait être obligatoire et la non déclaration ou omission révocatoire. Comme cela se fait en Suède, dans d'autres pays de l'Union européenne ou du monde (Canada). Ce principe devrait être inscrit dans la constitution ou au moins dans les « statuts » de tout élu du peuple quelque soit son niveau.
Les élus sont censés représenter la nation qui les a mis au pouvoir, ils détiennent le pouvoir et vivent de l'argent public. Les comptes des dépenses et entrées d'argent des élus sur le temps de leurs mandats devraient être tous accessibles aux citoyens lambda. C'est la moindre des choses si l'on considère la République et la Démocratie dans leurs acceptions premières, dont on nous rebat les oreilles en permanence... Et dont on dit que la France est le symbole !

Êtes-vous favorable au maintien de la réserve parlementaire ? Là encore, cette somme d'argent public allouée à des élus est selon moi source de corruption ; magouilles et montages politiques. Selon moi cette réserve est  à la base un moyen d'autonomie et de gestion locale qui pourrait être une source d'avancée et d'amélioration de la vie des citoyens. Mais nous savons que les politiques en détournent une partie non négligeable quasi-systématiquement. Selon moi, cette réserve comme source d'argent public doit être soumise à la plus grande transparence, et être consultable par les citoyens, sous peine de révocation, d'inéligibilité voire de peine de prison...encore faudrait-il que la justice soit dotée des moyens correspondants et soit-elle même non corrompue..

Quelle réforme, selon vous, doit être engagée au lendemain des législatives ? Extrait du programme de l'UPR (la version complète est accessible et tout aussi intéressante et riche sur UPR.FR ou UPR18.FR) dans l'ordre de « faisabilité » :

- La reconnaissance pleine et entière du vote blanc. 

- L’instauration des référendums d’initiative populaire.

- Toute réforme constitutionnelle ne pourra plus être adoptée que par référendum (article 11 de la Constitution de la cinquième République) à la majorité des électeurs inscrits.

 La suite c'est pour vous donner un aperçu d'un venir possible, et ce n'est pas une mélanchonade, ni une macronade ni une lepenonade...c'es POSSIBLE si chacun remet son cerveau à l'endroit et éteint son poste TV!!

Le rétablissement, dans l’article 68 de la Constitution, des crimes :


- de « complot contre la sûreté de l’État » (supprimé par la loi constitutionnelle nᵒ 93‑952 du 27 juillet 1993, neuf mois après le référendum sur le traité de Maastricht) ;
- de « haute trahison du Président de la République » (supprimé par la loi constitutionnelle nᵒ 2007‑238 du 23 février 2007).

Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux 


1. Inscrire dans la Constitution : « Les élections s’effectuent au scrutin secret et manuel, au moyen de bulletins de vote en papier, d’urnes transparentes et sous la surveillance du public. Les scrutins par machines à voter sont interdits. »


2. Légitimité du Conseil constitutionnel : transformer l’actuel Conseil constitutionnel en une Cour constitutionnelle, qui sera professionnalisée et dépolitisée. Inspirée de l’exemple allemand, cette Cour sera composée exclusivement de seize magistrats professionnels, élus par les parlementaires pour une période non renouvelable de douze ans. Elle devra défendre la Constitution en toutes circonstances et en aucun cas suggérer de la défaire pour s’adapter à des traités internationaux (modification de l’article 54 de la Constitution).
Les possibilités de saisine seront élargies à des groupes d’élus locaux ou de citoyens français.


3. Instaurer l’équité du financement public des activités politiques
Ce financement sera strictement proportionnel aux voix reçues à chaque élection, décomptées dès la première voix.


4. Réformer le statut de l’élu, avec interdiction du cumul des mandats fixée par une loi organique et inéligibilité à vie pour les élus condamnés. Limiter à un seul renouvellement consécutif les mandats de parlementaire, conseiller départemental, maire. Poser le principe de l’examen périodique des conflits d’intérêts et celui de l’inéligibilité à vie d’un responsable public n’ayant pas un casier judiciaire vierge.


5. Mise en place d’un quorum d’au moins 60 % de présence à l’Assemblée nationale. Éviter le spectacle révoltant et antidémocratique de votes avec une Assemblée aux trois quarts vide.


Établir la liberté de la presse, son honneur et son indépendance à l’égard de l’État et des puissances d’argent
Être les « Montesquieu du XXIᵉ siècle » en actualisant le principe de la séparation des pouvoirs et en reconnaissant le quatrième pouvoir : le pouvoir médiatique. 
Le pouvoir médiatique sera séparé des trois autres pouvoirs, mais aussi des féodalités économiques et financières.


1. Fixer un cadre constitutionnel aux médias
Créer un Service public de l’information et de la culture (SPIC).
Indépendant et doté de moyens lui permettant de remplir sa mission informative, démocratique et émancipatrice, ce SPIC sera chargé par la loi de favoriser la qualité des débats publics, l’élévation de la culture générale et l’éducation de tous en offrant une information et des programmes de qualité(culture, arts, histoire, sciences, etc.)


2. Adopter des lois anti-concentration et des dispositifs permettant de lutter contre la logique de la financiarisation et la logique commerciale dans le domaine des médias
Interdire aux groupes intervenant fortement dans d’autres secteurs économiques de posséder des médias.
Interdire, de manière constitutionnelle, toute prise de contrôle des médias de masse par des fonds de pension ou des groupes et conglomérats multinationaux.
Limiter l’ampleur des financements publicitaires et la durée des messages publicitaires.
Réformer le système d’aides publiques à la presse afin que les subventions favorisent les médias qui participent de façon loyale et désintéressée à la vie démocratique.

Et oui fallait pas me lancer avec des questions comme ça aussi !!

Enfin, la façon d'être député en 2017, vous convient-elle ou pas ? Et si non que faut-il améliorer ?  Primo, je ne sais pas ce que c'est d'être député, ni en 2017 ni à aucune autre date. Secundo, même si je ne l'ai pas vécu de l'intérieur, je vois ces politiques, j'ai été amenée à les rencontrer durant cette campagne, et dans la vie en général surtout « notre député » . Je citerai un agriculteur qui nous a invité , nous les candidats au législatives dans la seconde circo du Cher. Il m'a dit « Vous savez, on n'est pas dupe » sachant malgré tout que ses problèmes d'agriculteurs pourraient être résolus par des politiques auxquels il ne fait que trop peu confiance, à raison. Ce jour là, notre député est resté 20mn, s'est montré et a discuté avec les  agriculteurs présents, puis il s'est dérobé sous prétexte (vrai d'ailleurs ) de l'enterrement d'un conseiller municipal local. Son suppléant est resté pour le « débat » ; j'ai trouvé ces élus suffisants et presque hautains dans leurs réponses et leurs rapports aux autres, comme si ces élections n'étaient qu'une routine, un exercice de conformité pour retourner dans le bureau d'élu avec le salaire qui va bien.


J'ai ressenti ce mépris, cette distance, cette fausseté dans les regards et les tons de voix, nous les ressentons tous quand nous regardons un discours de politique quel qu'il soit, à la télé (pour M.Asselineau c'est différent). Le pouvoir et la politique sont comme un poison, plus on baigne dedans plus ils corrompent les cœurs et les esprits (à la manière de l'anneau de Soron ,vous avez-vu le film?). Les élus se coupent , pour ne pas dire se moquent bien des vies que nous vivons. Et comment pourrait-il en être autrement, ils ne sont plus appelés à « retourner » ou à « aller » (car beaucoup n'ont jamais vraiment travaillé) vivre dans la vie civile. A se mettre sur le marché du travail, à se demander si leur salaire va toujours tomber et en quelle quantité, et comment ils allaient faire vivre les leurs dans l'avenir. Et dans le même temps ; ils savent que la roue peut tourner, alors ils tapent dans les caisses et vont serrer des mains et donner de beaux discours pour retourner au pouvoir et maintenir leur niveau de vie. Nous ferions certainement tous la même chose à leur place si nous avions eu le même parcours. Ne sachant rien faire d'autre de nos talents humains, condamnés au « concours de beauté » électoral (cette phrase est de Bernard FRIOT), nous essaierions certainement de plaire à la masse (qui ne comprend rien car ne vit pas dans ce monde trouble et incohérent et parce que les médias et le système éducatif ne font rien pour que les gens connaissent vraiment ce monde là), quitte à mentir, trahir (même ses idéaux) pour être réélu, encore et encore... 

Ce qu'il faut changer, c'est nous même. J.J.Rousseau disait  que le principe même de donner son pouvoir à un autre via un représentant est déjà une perte de celui-ci, en France, nous avons perdu notre conscience politique individuel à mesure des années, nous pratiquons une forme de consumérisme politique, comme nous choisissons notre voiture ou nos vêtements, nous « élisons » des représentants qui de toute façon finissent par nous mentir et nous trahir. Nous le savons tous très bien et nous laissons faire, nous faisons « barrage au FN » depuis 40ans à chaque fois cela fait élire le détesté d'en face et nous continuons de croire à ces idioties !!... 


Nous devons renouer avec nos vies, notre histoire réelle, et la politique contrairement à ce que beaucoup croient de nos jours est parties intégrante de celles-ci. Tout est politique, la santé , l'éducation, la gestion de l'argent, la notion même de ce qui a valeur ou n'en a pas...Tout est politique, je l'ai découvert en y laissant quelques plumes mais je suis heureuse d'avoir trouvé cette vérité. Un ami me l'a confirmé très récemment ; même un radar au coin de la rue c'est de la politique. Le prix de la baguette, le droit de vivre sainement est politique. Si l'on veut que les choses changent, il ne faut pas attendre des autres (et en particuliers de ceux qui ont déjà le pouvoir ou qui le veulent) qu'ils consentent à les faire changer. Ces gens vont faire changer les choses pour leurs intérêts, en rien pour les nôtres. N'attendons pas qu'on nous laisse du pouvoir, prenons le. Et avant d'avoir le pouvoir, il faut être conscient que nous l'avons déjà. L'argent qui fait se battre ces « élus », ces gens de pouvoir, n'est autre que celui que nous produisons tous les jours en se levant le matin...  Nous avons le pouvoir et ce système « médiatico-éducatif » d'abrutissement généralisé nous fait nous persuader que nous sommes impuissants !  Nous avons le pouvoir, il suffit de vouloir le prendre, il ne tient qu'à nous...Sommes nous prêts pour cela...J'y travaille...Le temps est mon allié... 

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents