Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Zonzonitudes : un conseil municipal, non, une gueule de bois !

Publié par vierzonitude sur 18 Décembre 2015, 16:00pm

Le conseil municipal ou la gueule de bois de l'après élection régionale. Vierzonitude a lu avec attention le direct de la presse locale. Commentaires.

Zonzonitudes : un conseil municipal, non, une gueule de bois !

Le maire de Vierzon à propos des élections régionales du 13 décembre et de la montée de l'extrême-droite : "les résultats nous invitent à beaucoup d'humilité et à agir concrètement pour nos concitoyens". Ce qui aurait pu être fait depuis 2008 ! Mais par manque d'humilité, ce ne fut pas le cas, il n'y a qu'à voir l'état physique de la ville et son état électoral avec un F.N, seconde force politique de Vierzon. Comme dirait l'ancien maire Jean Rousseau, "il y a le feu à la maison Vierzon."

Le maire annonce une action en faveur des écoles : "c'est par l'éducation et la culture que nous ferons vivre nos belles valeurs républicaines." Très bien ! Faut dire que les écoles de Vierzon sont en ruine, comme le reste. Le commerce, l'urbanisme, ça ne compte pas. La culture ? La Décale en joujou pour ado ? Noël à Vierzon ? La biennale du cirque ? On est impatient de voir ce que les élus ne feront pas. La promesse d'humilité est déjà loin.

"Nous nous mobilisons en faveur du maintien et de la modernisation de l'hôpital." Le maire annonce une aide exceptionnelle d'un million d'euros obtenue grâce à son intervention auprès de la ministre de la santé. Vite, une médaille en plus des indemnités qui sanctionnent largement un travail dont celui de venir en aide à l'hôpital de Vierzon.

La chef de file de l'opposition centriste reconnait une défaite "courte mais réelle" du centre et de la droite, nécessitant "un gros travail". Sans blague ! Pas un seul élu du Modem à la Région, toujours aussi modeste l'opposition centriste ! Défaite courte mais longue déculottée.

Nadia Essayan, chef de file centriste : "il est de notre responsabilité de dire à nos concitoyens ce que fait le FN là où il a des élus. Et il ne fait pas grand-chose. Les conseillers Rassemblement bleu marine ne prennent presque jamais la parole, et on ne connait pas leur avis." Oui mais ils ont une conseillère régionale issu du conseil municipal de Vierzon...

De Bruno Bourdin, chef de file du F.N : "chacun y va de son commentaire mais le grand perdant reste le peuple français. Le Front national n'a pas perdu, il n'a pas gagné". Comme le Front de gauche et le Modem de Vierzon, gagnants et humbles.

Fabien Bernagout,adjoint aux sports, déplore que le F.N est un parti qui "prône l'exclusion et la brutalité, sans remettre en cause le système économique qui crée des ravages sociaux sur lesquels il surfe". C'est vrai et le pire, c'est que ce système permet de payer des élus frontistes au lieu de payer des élus du Front de gauche. Vite, dénonçons ce système injuste !

Philippe Fournié, adjoint au maire PS, grand vainqueur des régionales pense que la solution contre le F.N c'est l'intercommunalité : "il y a un problème d'identité pour beaucoup de nos territoires. Le rural se positionne face aux villes. L'une des réponse, c'est l'intercommunalité." Le F.N, second parti de Vierzon, pourtant ici l'intercommunalité a permis de posséder un bowling et un office de tourisme démesuré. Les électeurs sont vraiment des ingrats.

Une bien bonne de François Dumon, ex-conseiller régional recasé président de la communauté de communes' à propos du F.N : "ce parti se nourrit de la désespérance ! C'est peut-être plus facile..." Quel parti politique ne se nourrit pas de la désespérance depuis 40 ans, pour faite sa soupe politicienne ? Oui, y compris le parti auquel appartient François Dumon.

Du même qui reproche à Nadia Essayan, l'élue centriste, d'avoir dit, à propos des dernières élections que le Front de gauche n'est pas à la hauteur. Elle fait alors "le lit du FN". Et un Front de gauche qui joue à celui qui pisse le plus loin, refuse l'union dès le premier tour et critique le P.S avec qui il se fait élire à Vierzon, ça ne fait pas du tout le jeu du F.N, ça ! C'est clair pour l'électeur, ça !

Jean Rousseau, conseiller municipal d'opposition PRG, affirme ne pas croire en un front républicain. Sauf pour lui-même, ce qui lui a permis d'être maire de Vierzon pendant 18 ans en passant du P.S aux écolos de Brice Lalonde, au centre, à la droite pour finir au PRG. On vous le dit, un front républicain à lui tout seul !

"Notre objectif est désormais de travailler à obtenir une aide exceptionnelle pour que notre territoire puisse porter les politiques publiques essentielles à Vierzon et aux Vierzonnais" a dit le maire. Et en langage clair, proche des gens quoi, ça veut dire quoi cette langue de bois ?

"Le maire propose qu'une délégation citoyenne rencontre la préfète du Cher, au début du mois de janvier." Une vraie délégation ou une bien noyautée par le parti avec un discours formaté apprit par coeur ?

"Nicolas Sansu affirme travailler pour mobiliser des fonds, notamment le Fonds d'investissement pour les centres des villes moyennes." On espère qu'il travaille, 2017 approche...

"Les pertes de dotations de l'Etat sont estimées à 700.000 euros." C'était écrit dans le rapport de la commission d'enquête dont le député était le rapporteur mais le Parti socialiste l'a jeté aux oubliettes.

A propos des actions de la Sem-Territoria, l'adjoint à l'urbanisme énumère les travaux de voirie effectués par la municipalité, place Vaillant-Couturier, rue Porte-aux-Boeufs, par exemple... Wahou, c'est vrai tant de choses entreprises depuis 2008, ça frise l'admiration.

"Apparemment, vous ne voyez pas ce qui se fait", lance le même élu à l'opposition. Non, mais on vient bien ce qui ne se fait pas.

"Le travail fait par la concession, notamment toutes les études, vont nous servir. Elles restent valables", assure le maire Nicolas Sansu. Vu le prix que ces études ont coûté, heureusement qu'elles vont servir ! Il faut applaudir aussi là ?

"Je veux bien qu'on critique sans cesse, mais il faut aussi regarder ce qui a été fait, appuie le maire Nicolas Sansu. Quand on descendait de la gare à l'avenue de la République, en 2012, il y avait vingt-sept commerces fermés. Aujourd'hui, il y en a douze !" Oui mais quand on monte la rue Joffre, il y a plus de commerces fermés que de commerces ouverts. Normal, les commerces de la rue Joffre sont avenue de la République.

"En quatre ans, c'est plus de 8 millions d'euros qui ont été investis par les collectivités pour le centre-ville. Si on avait un peu plus, on irait plus vite, je le dis très clairement !", dit le maire. Si on enlève les 3,5 millions d'euros du bowling et les 600.000 euros de l'office de tourisme, il reste moins de quatre millions d'euros investis en centre-ville. On continue le décompte ?

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Articles récents