Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog que personne ne lit... mais dont tout le monde parle


Un territoire sans pollution est un territoire sans activité... Polluons alors !

Publié par vierzonitude sur 20 Mars 2019, 06:50am

"Un territoire qui n’a pas de pollution, c’est un territoire qui n’a pas d’activité", explique sans sourciller le président de la communauté de communes Vierzon-Berry-Sologne, François Dumon, dans la presse locale. L'économie et l'écologie ne feraient donc pas bon ménage, si l'on se place dans la roue de cette logique.

Un territoire vertueux, en matière de développement durable, ne serait donc pas un territoire dynamique en matière économique. Pollution = emplois... C'est là qu'on s'aperçoit de la courte vue de nos dirigeants qui peinent, génération oblige, à imaginer d'autres alternatives à la lutte contre la pollution et le réchauffement climatique et le besoin d'un territoire dynamique.

On n'attendait pas moins de la part de la communauté de communes qui ne ménage pas ses efforts pour bétonner, bitumer, viabiliser, squatter des terres vierges et des hectares de prairies pour en faire des parcelles aptes à la construction d'entreprises. Idem du côté de la ville dont on ne compte plus, ça ferait sans doute peur, le bilan carbone d'un mètre cube de béton , rapportée à ce qui a été nécessaire pour construire la vague et le mur du centre-ville, on n'ose pas faire le calcul.

Les élus acceptent de mettre en place une série d’actions, pour limiter la pollution mais "sans contrarier" l’emploi, expliquent-ils. Mais, n'y-a-t-il pas des gisements d'emplois possibles dans le développement durable ? N'existe-t-il pas d'autres solutions, pour l'emploi, que de noircir des étendues herbeuses, parquer des camions qui polluent près d'une forêt ou d'ériger des stations service où paissaient des moutons ? 

N'y-t-il pas une certaine folie bétonneuse à vouloir étendre Vierzon dès lors que sa population ne cesse de rétrécir ? Rappelons que Vierzon est plus étendue que Bourges avec presque trois fois moins d'habitants. Ne peut-on pas arrêter de construire des supermarchés (comme Aldi) et des restaurants, dès lors que Courtepaille érigé il y a cinq ans a déjà fermé ? 

On ne remet pas en cause la conscience écologique de la communauté de communes mais elle apparaît en contradiction avec ses actes. Ne pas "contrarier" l'emploi signifie que l'on ne se donne pas la peine d'offrir la place à d'autres sortes d'emplois que ceux que caressent la communauté de communes. A elle de prouver qu'on peut avoir des activités et ne pas polluer à tout va. Ca s'appelle l'imagination. Elle existe ailleurs, pourquoi pas ici...

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Franck Farina 25/03/2019 14:28

Je viens de lire votre article.Bravo et merci.Je vote Vierzonitude!Stop le béton!

Sirov 21/03/2019 13:10

Dans plein d'endroits la cdc eût été confrontée à des résistances et des zadistes.Mais à Vierzon la rouge et la rebelle,quand ce sont les camarades qui décident de bétonner et arracher des chênes séculaires tout le monde se tait.Le réchauffement climatique aura raison de tout ces vandales et autres saccageurs de la nature.

Wizard 21/03/2019 17:03

Les zadistes ne sont hélas pas des exemples car ils n'ont rien à proposer en dehors de leur incruste. Je vous rejoins sur le saccage de la nature toutefois, mais vous verrez que si la couleur politique de la ville change aux prochaines municipales rien ne changera sur l'urbanisme. Vu le niveau des prétendants qui font la queue pour profiter de la situation.
Il est aujourd'hui bien connu que le climat ne se réchauffe pas comme une assiette passée au micro-ondes, mais que le climat varie, plus ou moins fortement à la hausse ou à la baisse depuis que la terre existe ! C'est le principe de recherche d'équilibre applicable à tous les organismes vivants, la terre en étant un à certains égards.

Docteur Krospell 20/03/2019 18:03

Au camarade Wizard,il y a à Vierzon 1000 à 2000 biens immobiliers à vendre.Dont des biens valables,en bon état,bien situés, avec du terrain.....La ville continue de perdre des habitants.Ce ne sont pas les friches industrielles qui manquent(Fay,Bas de Grange,la Française,aux Forges.....)Donc comment justifier l'urbanisation au nord de la ville?Les terres de Bonegue,de l'orée de Sologne,du Briou,du Champs des Renards,de l'Aujonniere permettaient d'absorber les eaux de pluies et de les retenir.Avec ce qui a été construit,les inondations aux forges,en ville et au bois d'Yevres ne seront pas chimériques le jour où elle se produiront.La gare de triage est fermée depuis 1993.A quoi sert le foncier depuis ce temps?

Wizard 21/03/2019 09:47

Suivre le sujet de l'immobilier à Vierzon, c'est s'apercevoir que les biens valables, tels que vous les décrivez, partent vite et parfois très vite. Un indice qui ne trompe pas, les prix moyens remontent sérieusement.
Les friches industrielles que vous citez sont privées il me semble et je crois même qu'elles se trouvent en zones inondables naturelles. Pour libérer du foncier, pas de mystère, c'est soit la loi du marché si les propriétaires veulent bien vendre, soit la braderie de terrains communaux comme au Colombier.

Bazharoff 20/03/2019 17:14

Le Président Dumon dit une chose juste.La pollution est inévitable,au Pays de Vierzon ou ailleurs.Mais il faut investir dans des puits de carbone pour capter les gaz à effet de serre et les séquestrer.J'attends donc qu'il justifie l'urbanisation de dizaines d'hectares au nord de Vierzon de la rn20 à la route d'Auxerre.Comment justifier la rocade?Comment justifier le Technoparc de Sologne alors que ses industries tertiaires et électroniques se seraient très bien intégrées en centre ville,ou dans la friche industrielle de la sncf à Fay-Gustave Flourens?Comment justifier l'urbanisation des poumons verts vierzonnais à des fins immobilières amors que la ville continue de perdre des habitants et n'a jamais été aussi pauvre qu'aujourd'hui?Il y avait il y a encore 25 ans un collier de fermes familiales à la périphérie de Vierzon.Ce qui représentait 2 à 3 emplois par exploitation.Ces gens nourrissaient Vierzon et contribuaient à entretenir les sols,les arbres et à absorber le co2.Ne regrette t il pas cette époque ou ne jure t il que pas le béton,le bitume et la déforestation?Bien sûr qu'il n'y a pas d'industrie sans pollution.Un exemple:Autour de sa raffinerie de la Mede,Total cultive autour de son site des algues qui captent le co2 émis par ses activités pétrochimiques.Total récolte ensuite les algues pour les transformer en biobrut,puis en bio carburant.
Quel est le bilan de Vierzon et son pays en matière de puits de carbonne?De sanctuarisation des poumons verts en ville?(Champs des renards,Fougery,Paul Langevin,Moscou.....)

Wizard 21/03/2019 10:03

Les technologies miracles n'ont pas fait leurs preuves à grande échelle.
En économie, l'industrie relève du secteur secondaire, le tertiaire définissant précisément tout ce qui ne relève pas des domaines agricoles et industriels (définition INSEE).
Imaginez la tête des habitants du centre-ville si demain ils doivent cohabiter avec des centaines de salariés et leurs véhicules, et des semi-remorques de livraison.
La SNCF est un acteur privé. Toujours cette idée que le privé est à la disposition du public…
On pourrait débattre sans fin des thèmes climatiques puisque par définition tout ce qui n'est pas irréfutable n'est pas scientifique.
Je sais pour ma part que le Paris de 2019 est bien moins pollué que celui que j'ai connu dans les années 1950, époque où la majorité des logements étaient chauffés au charbon. Ne parlons pas de Londres entre l'époque de Dickens et aujourd'hui.

Raslebol 20/03/2019 10:02

C'est sûr , quand tout le monde sera mort d'un cancer dans cette commune, l'activité sera fleurissante, c'est d'une logique débordante !
Quand t'on a vécu déjà son temps sur cette terre,pourquoi penser à l'avenir serein des autres ,et bien polluons alors, c'est pas trop grave!

Wizard 20/03/2019 10:01

L'emploi propre et vertueux a un coût que les investisseurs ne sont pas toujours prêts à assumer. Le public non plus, il suffit de voir avec l'alimentation. Qui va se sacrifier ? Penser que les choses vont s'arranger risque d'être totalement illusoire avec des ressources réduites et une démographie galopante (question tabou que personne n'ose évoquer).
Soyez logiques, un accroissement de la population de la ville se traduirait de fait par un nouveau recul de la nature comme c'est le cas dans toutes les régions. Il ne faut pas se leurrer, une famille avec enfants n'hésite pas un instant entre une maison avec jardin en périphérie et une maison exigüe, fut-elle à colombages, dans une rue encombrée et bruyante. Y'a pas photo, pas la peine de revenir là-dessus. Dans ce contexte, entendre quelqu'un se plaindre d'avoir trois fois plus de place ici que les berruyers n'en ont chez eux est juste...surréaliste.
Personnellement même si je trouve qu'il y a toujours trop de béton, il faut reconnaître que Vierzon est loin d'être frénétique en ce domaine. Le problème récurrent dans ces posts, c'est qu'il s'en trouve toujours un pour idéaliser une ville chimérique qui n'existe nulle part ailleurs, sauf à sortir chéquiers et portefeuilles.

Archives

Articles récents