Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Vierzonitude

Le blog dont tout le monde parle mais que personne ne lit


Pas trois mais quatre boulangeries en moins en un an à Vierzon !

Publié par vierzonitude sur 12 Octobre 2016, 05:00am

Ce n'est pas une mais deux boulangeries que la ville de Vierzon vient de perdre, hier, au tribunal de commerce de Bourges. La petite boulange, place Foch, avait annoncé sa fermeture, ce lundi. Vierzonitude en avait largement parlé. Mais une seconde boulangerie vierzonnaise ne rouvrira pas ses portes : la boulangerie rue du Chateau, au pied du Beffroi. Trois salariés viennent de perdre leurs emplois, dans la fermeture des deux boulangeries. Une hécatombe si l'on considère que l'an passé, au mois d'octobre, la boulangerie de la rue des Ponts et celle de la rue Armand Brunet qui appartenaient aux mêmes patrons boulangers, ont aussi fermé leurs portes. La boulangerie de la pace Foch et celle de la rue du Château sont toutes deux situées dans des périmètres sensibles : la place Foch qui perd peu à peu ses commerces après avoir perdu son marché hebdomadaire du samedi à cause de la commission marché qui les a installés au Forum république. La boulangerie rue du Chateau se situe au bout de la rue Joffre, rue plus que sinistrée aujourd'hui.
Est-ce que la perte de quatre boulangeries en un an va faire réagir les élus ? Vont-ils avoir au moins un mot de compassion envers les salariés et les patrons boulangers qui perdent leur job ? Un électro-choc face à une situation devenue grave pour le commerce vierzonnais ? Jusqu'où va-t-il descendre ? Jusqu'où va-t-on se voiler la face ? Jusqu'à quand va-t-on faire croire que le commerce vierzonnais va bien ? Que le moindre déballage est une manifestation divine ? Ce n'est certainement pas l'office du commerce machin-chose, logé actuellement dans les locaux de la communauté de communes qui va s'émouvoir d'une telle situation. Sa page Facebook ne sert qu'à) peindre en rose une situation dont les élus refusent de parler ! Jusqu'à quand va-t-on brasser du vent et dépenser des millions d'euros pour, au final, un résultat nul ? Entre un bowling financé à hauteur de 3,5 millions d'euros d'argent public et une politique municipale nulle en matière de commerce et d'aménagement urbain, on voit nettement où vont les préférences des élus. Vers le clinquant. Résultat : la ville devient une ville fantôme. Et ce ne sont pas les travaux de l'îlot Rollinat qui vont résoudre le problème majeur. Car il a fallu attendre que la ville soit arrivée à un point de non-retour, à une situation telle qu'à chaque fermeture de commerce, on se précipite un peu plus vers la fin. Sans qu'une certaine forme de lucidité politique et citoyenne ne se fasse jour.

Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents